LE CHAT DE LA STREET T.V.

lundi 31 janvier 2011

EGYPTE / FRANCE : UNE SEMAINE DE SOUTIEN A PARIS. 18 H metro COURONNE

 Un collectif de soutien au peuple égyptien, créé à l’initiative de militants égyptiens et tunisiens, qui regroupe de nombreuses associations, appelle non seulement à une grande manifestation samedi prochain à 15 H à Paris, mais également à des rassemblements quotidiens tous les soirs à 18 H à la sortie du métro Couronnes. 


RASSEMBLEMENT QUOTIDIEN A 18h AU METRO COURONNES (ligne 2)
A partir de ce lundi 31 janvier jusqu’à vendredi soir. Bientot plus d'informations au sujet de la grande manifestation de soutien samedi.





PALESTINE - Dalil BOUBAKER mosquée de PARIS : " Concernant Israel je la vois et l'admire comme un pays en pleine expansion... "

ump - crif - mosquée de Paris
« Concernant les derniers événements à Gaza, je crois personnellement que lorsque des organisations comme le Hamas bombardent pendant des années le territoire d'Israël, elles suscitent forcément des réactions d'Israël et exposent les populations palestiniennes à des représailles. Ce qui est irresponsable et dangereux ». 

Celui qui s'exprime ainsi n'est pas membre d'un lobby pro-israélien en France ni un élément de la communauté juive de ce pays. Ces propos ont été tenus par le recteur de la Grande Mosquée de Paris, Dalil Boubakeur, dans une interview, publiée mercredi 1er avril, par magazine israélien « SVP-Israël ». 

« J'ai grandi en Algérie. Je me rappelle que nous disions alors - lorsque des juifs s'installaient dans un village - que la richesse venait avec eux et que s'ils partaient, la misère revenait. Il faut savoir que l'antisémitisme n'est pas une invention arabe mais typiquement européenne. Car être antisémite pour un arabe n'a aucun sens, car ce serait pour un sémite être contre soi-même. Juifs et arabes sont donc amenés, par la nature des choses, à se tenir la main, poursuit M. Boubakeur. 

Puis le recteur évoque un projet de voyage en Israël et glorifie ce pays et l'intelligence de ses hommes, comparés à leurs voisins des pays arabes. « Concernant Israël, je le voie et l'admire comme un pays en pleine expansion et qui a d'énormes ­possibilités grâce à l'intelligence de sa population, surtout quand on voit comment le pays a mis en valeur ses terres, en comparaison aux terres de ses pays voisins... Israël est l'expression même de l'homme livré à la nature. D'où l'importance à mes yeux, de la connaissance et de l'intelligence humaine ».

Au lendemain de sa publication, l'entretien suscite déjà un malaise au sein de la communauté musulmane en France et pourrait mettre le gouvernement algérien dans l'embarras dans le contexte des élections présidentielles qui démarre le samedi 4 avril dans l'Hexagone. Le journal, qui se présente comme le guide magazine israélien du tourisme et des affaires, insiste en effet sur l'appartenance de la Grande Mosquée de Paris à l'Algérie. Certains passages laissent entendre que le recteur s'exprime officiellement au nom d'Alger. 

Mais il y a aussi le contexte de la publication de cet entretien. Elle intervient le jour de la prise de fonctions en Israël du gouvernement de coalition de droite et d'extrême droite, dirigée par Benyamin Netanyahou. Les propos de M. Boubakeur interviennent également dans un contexte international où même les défenseurs habituels d'Israël en France se montrent discrets, après les massacres et les crimes de guerre commis par l'Etat hébreu à Ghaza. 

« Le recteur de la Mosquée de Paris a toujours cherché à plaire aux associations communautaires juives en France. Mais cette fois, il est allé trop loin », souligne un responsable d'une association communautaire algérienne.

15/04/2009


ÉGYPTE - L'armée juge "légitimes" les revendications du peuple (vidéo)


L'armée égyptienne a annoncé, lundi soir, qu'elle jugeait "légitimes" les revendications du peuple, qui manifeste depuis une semaine contre le gouvernement, et qu'elle ne recourrait pas à la force contre les manifestants. S'adressant au "grand peuple d'Égypte", l'armée a jugé "légitimes" ses revendications et assuré qu'elle ne recourrait "pas à l'usage de la force contre le peuple égyptien".
"La liberté d'expression de forme pacifique est garantie pour tous", a affirmé le porte-parole de l'armée, cité par l'agence officielle Mena et la télévision d'État. Les forces armées égyptiennes ont assuré qu'elles n'utiliseraient pas la force contre les manifestants, a rapporté la télévision d'État lundi, à la veille d'une "marche d'un million" de personnes prévue mardi au Caire et à Alexandrie (nord) pour réclamer la chute du président Hosni Moubarak.
source AFP 


BOYCOTT : Martine Aubry (Parti Socialiste) - Je pense que ceux qui prônent le boycott (...) ils portent l'intolérance, ils portent la haine.»

« Je pense que ceux qui prônent le boycott se trompent de combat : au lieu de porter la paix, ils portent l'intolérance, ils portent la haine. Et quand on veut un chemin de paix, on ne commence pas par porter cela. » Si « deux, trois » élus socialistes soutiennent ce boycott, « nous discutons avec ces camarades pour essayer de leur faire comprendre que ce n'est pas pour nous l'élément qui va conduire à ce que nous recherchons ensemble », a rajouté la maire de Lille, rapporte Nord Eclair (9 novembre 2010). Cette rencontre a aussi été l'occasion de revenir sur le jumelage entre la ville de Lille et celle de Safed, créé en 1988 par Pierre Mauroy, qui par ailleurs assistait au dîner du CRIF. Le jumelage sera relancé après qu'il ait été interrompu par le précédent Maire de Safed, a estimé Martine Aubry : « Nous avons signé il y a quelques mois un partenariat qui porte sur la santé, l'emploi des jeunes, la culture, le développement durable et sur des micro-projets. » Un jumelage important pour le délégué régional du CRIF, Charles Sulman, qui a dit espérer encore plus de coopération entre la ville de Lille et celle de Safed. Charles Sulman a également longuement parler de l’Iran, dans son allocution : « La République islamique cherche à obtenir la bombe pour plusieurs raisons. Le régime veut à la fois sécuriser son pouvoir et se préserver des menaces qui pèsent sur lui : celles qui émanent de l’arène internationale et celles de l’intérieur. En se dotant de l’arme nucléaire, le régime serait « sanctuarisé». Les slogans antiaméricains et anti-israéliens, l’idéologie politique et paranoïaque qui accuse les ennemis étrangers, ont contribué à faire en sorte que la République islamique tienne jusqu’à aujourd’hui. L’objectif étant, en jouant sur la fierté nationale, de faire oublier les pressions extérieures sur les violations des droits de l’homme et la corruption de son régime. Que traduit donc la crise actuelle? Si ce n’est une crispation du régime ! Bref, l’Iran sous sa direction actuelle, est un condensé de toutes les oppressions, un point de départ pour des opérations terroristes dans le monde entier et un danger pour la paix et la stabilité du monde. Pour Richard Prasquier, le Président du CRIF, l'antisémitisme à la française mute, prenant des racines extrémistes dans le conflit israélo-palestinien : « Cet antisémitisme se fixe chez les jeunes générations, dans certaines zones prioritaires, certains groupes scolaires. Ce terreau développe des stéréotypes qui font partie du patrimoine commun. La vérité, c'est qu'on accorde en France une importance anormale à ce conflit. Ces discours sont repris par des courants bien-pensants, "droits-de-l'hommiste". C'est profondément inquiétant », rapporte la Voix du nord (9 novembre 2010). « Il y a des endroits en France où un Juif court un risque à pratiquer sa religion, où un enfant juif risque d'être malmené dans son établissement scolaire. Le CRIF est là pour dire que cela existe même si ça ne fait pas plaisir ».

Photo : D.R.



FRANCE : Nicolas Sarkozy a des racines SIONISTE (vidéo)

L’énorme sympathie manifestée par Nicolas Sarkozy pour le régime sioniste est un produit de son éducation dans un milieu maternel sioniste.


N.Sarkozy
La mère de Sarkozy est issue de la famille Mallah (messager ou ange selon la traduction du mot hébreu) l’une des plus vieille famille juive de Salonique en Grèce. Au XV ème siècle, la famille Mallah a fui l’Inquisition espagnole pour la Provence, puis un siècle plus tard s’est installée à Salonique en Grèce. Plusieurs membres de cette famille sont devenus des dirigeants sionistes influents, actifs dans la vie politique locale et nationale, de même que dans la vie économique et sociale.

Jusqu’à aujourd’hui, les Mallah sont toujours d’actifs sionistes là où ils sont installés dans le monde.

Aaron Mallah grand pere de N.Sarkozy
Le grand père maternel de Sarkozy, Aron Mallah, connu sous le sobriquet de Beniko, est né en 1890. L’oncle de Beniko, Moshe, était rabbin, l’un des rares rabbins de son époque à soutenir la cause sioniste. En 1898, il a commencé à publier « El Avenir », le journal le plus important du mouvement national sioniste en Grèce à l’époque. Son cousin Asher, siégeait au Sénat grec, et en 1912 il a aidé à garantir la création du Technion, l’Université de Technologie à Haïfa en Palestine, réservée à l’élite sioniste. En 1919, il a été élu comme premier président de la Fédération Sioniste de Grèce, et il a dirigé le Conseil Sioniste pendant plusieurs années. Dans les années 30 il a aidé des juifs grecs à rejoindre Israël, où il a lui-même émigré en 1934.

Un autre des cousins de Beniko, Peppo Mallah, a siégé au parlement grec. En 1920, il s’est vu offrir le ministère des finances grec, mais il a refusé l’offre. Après la création de l’état d’Israël, il est devenu le premier représentant de l’état sioniste en Grèce.

En 1917, un gigantesque incendie a détruit certains quartiers de la ville de Salonique et endommagé les biens de la famille Mallah. Plus tard, certains membres de la famille Mallah ont quitté la Grèce pour la France, l’Amérique et Israël.

Andrée Mallah mere de N.Sarkozy
Le grand père de Sarkozy, Beniko, a émigré en France avec sa mère. Il s’est converti au catholicisme pour épouser une jeune fille française du nom d’Adèle Bouvier, lui-même changeant son prénom pour celui de Benoît, mais il est resté très proches des siens, les Mallah. Ils ont eu deux filles, Susanne et Andrée, cette dernière étant la mère de Sarkozy. Pendant la seconde guerre mondiale, lui et sa famille se sont réfugiés à Marcillac la Croisille en Corrèze. Certains des Mallah restés à Salonique ou venus s’installés en France ont été déportés et ont péris dans des camps de concentration, dont Birkenau. 57 membres de la famille ont été victimes de l’Holocauste, ce qui explique la proposition extravagante, irrationnelle et lourdement chargée émotionnellement de Sarkozy, une fois élu président, de demander que chaque enfant de primaire « adopte » un enfant juif victime de l’Holocauste. Un amalgame, vie privée, vie publique, constamment présent lors de ses premiers mois de gouvernance.

En 1959, la fille de Benoît, Andrée Mallah, a épousé Pal Nagy Bosca y Sarkozy, un descendant d’une famille aristocratique hongroise ayant émigré en France, et qui, après avoir servi dans la légion étrangère, avait été naturalisé. Le couple a eu 3 garçons : Guillaume, Nicolas et François. Les parents de Sarkozy ont divorcé en 1960, et la mère de Sarkozy, Andrée, a élevé pratiquement seule ses fils avec l’aide de son père Benoît. Sarkozy était très proche de ce grand père sioniste, avec qui il a passé beaucoup de temps. Ils ont vécu à Paris jusqu’à la mort du grand père en 1972, puis ont déménagé à Neuilly sur Seine pour se rapprocher de Pal, qui avait changé son prénom pour celui de Paul. Sarkozy, pour payer ses études, a du vendre des fleurs et des glaces. Le reste est bien connu. Si Aron/Beniko/Benoît s’était converti au catholicisme pour épouser sa dulcinée, son arrière petit fils, Jean Sarkozy, le fils de Nicolas, envisage lui de se convertir au Judaïsme, pour épouser la sienne, riche héritière des magasins Darty.

Source de certaines informations, Raanan Eliazhttp://www.ajn.com.au/news/news.asp?pgID=3162. Raanan Eliaz est ancien directeur du Conseil National de Sécurité Israélien et du Hudson Institute Washington DC. Il est actuellement candidat PhD à l'Université catholique de Leuven en Belgique et consultant en affaires israélo européennes.

N.Sarkozy et S.Peres








PALESTINE : Platini se degonfle devant ISRAEL



Retour en arrière…
En septembre 2010, Michel Platini, en menaçant Israël de sanction était apparu aux yeux des personnes encore dignes, comme un porte-parole. A l’époque, il menaçait l’équipe de football israélienne d’exclusion de l’organisation sportive de l’UEFA. (voir article)
Des paroles en l’air…
Mais que se passe t-il dans la tête du président de l’UEFA? Aujourd’hui, aurait-il zappé ses dires? Aurait-il vendu son âme contre quelque chèque? Il n’en est pas moins un lâche et doublement, un fourbe. Après avoir donné de l’espoir aux nombreux adeptes du ballon rond, qui ne peuvent accepter que l’équipe de Foot Palestinienne puisse littéralement et simplement « NE PAS EXISTER », il revient sur ses propos… ET PIRE! Il agit dans l’autre sens! En effet, il accepte que Israël soit le pays hôte pour organiser en 2013 le Championnat d’Europe des moins de 21 ans. Alors qu’à côté, on tue, on décime et on étouffe la misère que connaissent les Palestiniens depuis des années!
Pendant que certains joueront, d’autres tomberont!

Ne nous voilons plus la face, le monde est sourd. Le monde est cruel. Comment peut-on autoriser un tel décalage? D’un côté une compétition de jeunes, de l’argent, de la joie, du partage, des sourires et de l’autre, un tableau bien morose : des enfants privés de tout droit, même pas celui de jouer librement! Des familles qui meurent de faim à cause du blocus et des cris que la communauté internationale s’efforce de faire taire!
Nous ne serons pas complices, nous ne tolérerons pas ce genre de crime à ciel ouvert. Si Platini la marionnette veut être un esclave et accepter cette impunité, qu’il le fasse, mais qu’il ne se dise pas touché ou préoccupé par ce qui se passe en terre occupé; et surtout, qu’il ne se prétende pas garant des lois du football vu qu’il ne peut même pas les faire appliquer! Platini, encore un pantin, un de plus… Mais nous aurons bonne mémoire, ne vous inquiétez pas, nous saurons nous en rappeler…

source : la-cde.org


Israel exclut de la coupe d'Europe si la Palestine n'a pas d'Equipe ??

Le président de l'Union européenne des associations de football (UEFA), Michel Platini, vient d'affirmer que les mesures israéliennes vis-à-vis du sport palestinien constituaient une violation des réglementations et lois internationales en vigueur, susceptible de le pousser à reconsidérer la qualité de membre de l’UEFA pour Israël.
Michel Platini vient de rencontrer Jibril Rajoub, président de la Fédération palestinienne de football. Celui-ci a mis en avant les pratiques israéliennes qui ont pour effet d'isoler le sport palestinien évoquant les restrictions imposées pour les allers et venues des sportifs palestiniens et les difficultés à pouvoir importer des équipements sportifs. Israël a interdit par ailleurs l'entrée de matériels destinés à favoriser le développement du sport en Palestine, octroyés en juillet 2009 par Platini, et qui sont toujours bloqués au niveau des ports israéliens. Jibril Rajoub a fourni un rapport détaillé au président de l'UEFA sur les difficultés des sportifs palestiniens, et notamment des footballeurs, à pouvoir se réunir, s'entraîner et se déplacer. Michel Platini a alors déclaré qu'Israël avait été accepté en Europe et qu’ils doivent respecter les messages des lois et réglementations sportives internationales, faute de quoi leur présence en Europe n'aura pas lieu d'être : « Je vais peser de tout mon poids pour mettre un terme à la souffrance du joueur palestinien notamment au football et je présenterai cet état de fait au bureau exécutif lors de la prochaine réunion prévue en automne 2010 d'autant plus qu'Israël est membre du bureau exécutif. » C'est un message particulièrement ferme et tout à fait inhabituel qu'Israël reçoit de la part d'un organisme international.

Israël avait quitté la confédération asiatique du fait du boycott des pays arabes et avait été accepté dans les instances européennes de football. C'est pour cela que les équipes de clubs israéliens disputent la Champion’s League et la Ligue Europa, tandis que l'équipe nationale dispute sa qualification pour la Coupe du monde au sein de la zone Europe et participe aux qualifications pour le championnat d'Europe des Nations. En 2002, l'UEFA avait empêché provisoirement des matchs internationaux de se dérouler en Israël mais pour des considérations liées à la sécurité et du fait de la menace d'attentats. Ce n'était en rien une condamnation politique d'Israël.

Si Platini maintient sa menace, le coût serait particulièrement lourd pour Israël. La menace de suspension de la participation des équipes nationales ou de clubs israéliens à des compétitions européennes serait un coup très dur porté à Israël. On se rappelle ainsi qu'en 1992, l'équipe de Yougoslavie avait été écartée du fait du début des guerres balkaniques. Contrairement à l'ONU avec l'Assemblée générale qui multiplie les résolutions sans aucune valeur juridique contraignante et où le Conseil de sécurité est bloqué par le veto des Etats-Unis, l'UEFA peut prendre de vraies décisions. La visibilité du sport, son impact quotidien profondément ancré dans les sociétés, donneraient au débat sur la participation d'Israël à l'UEFA, une importance politique et symbolique énorme.

On peut penser qu'Israël ne se méprendra pas sur le message envoyé par Platini en sachant que, pour de simples raisons d'attachement au sport, il ne cédera pas et que les moyens traditionnels de pression qui fonctionnent très bien pour les Etats européens n'auront pas d'effets sur l'instance suprême européenne sportive. Il est donc très probable qu'Israël revoit assez rapidement sa politique de restriction des déplacements des sportifs palestinienset de la fourniture d'équipements sportifs à la Palestine. Les dirigeants israéliens sont suffisamment perspicaces pour savoir quelles pressions sont réelles ou purement verbales. Et Platini et l’UEFA auront probablement plus d'impact et d'influence sur leur décision que les différentes protestations verbales sans consistance des dirigeants politiques occidentaux.


dimanche 30 janvier 2011

DÉSINFORMATION : Les MENSONGES sur les Talibans (vidéo)

c’est le titre de plusieurs journaux et surtout de l’AFP reprise du Times magazine.. Vous savez : l’AFP… l’information des égouts de la propagande usioniste qui propagent des mensonges. Vous allez voir comment ces pervers oxidentaux (sionistes d’occident) ont monté de toute pièce la même histoire que cette petite koweitienne qui avait menti devant des milliards de gens sur de soi disant militaire irakiens qui auraient tués des bébés… vous vous souvenez tous de ce mensonge exidental (sioniste occidentaux) :


Au passage, colin powel a menti devant plus de 6 milliards d’individu sur la petite fiole incroyablement dangereuse, pourquoi n’iraient-ils pas créer une petite propagande aussi monstrueuse ?

Aujourd’hui, les us sionistes ont sorti de leur chapeau de propagande monstrueuse, le cas d’une femme qui aurait été mutilée par un méchant taliban… cette jeune femme de 18 ans, au nom de Aisha est devenue, par l’intermédiaire du magazine Time, un objet de justification de la présence nazifiante des yankees en Afghanistan.

je vous rappelle, pour ceux qui ne connaissent pas trop l’Islam, qu’il est interdit de toucher au visage d’une épouse, de même dénigrer une femme ou porter atteinte a sa dignité au risque de peine de mort. Nous qui considérons que les talibans sont de dangereux fondamentalistes, il faudrait donc savoir : soit ils suivent a lettre les lois islamiques, soit ils font leur sauce version boubakeur de sion.

Avant de vous donner la version de l’émirat islamique d’Afghanistan, je voudrais vous rappeler le sondage récent sur l’Afghanistan et l’énorme coïncidence de la médiatisation de cette jeune femme…

L’institut Gallup avec le quotidien national Today a révélé que 43% des américains estiment que s’était une erreur d’entrer en guerre contre l’Afghanistan contre 28% en 2008. C’est une grande progression des désaccords malgré tout l’arsenal de propagande et leur falasha obama installé au balcon de la maison blanche.

62% des personnes interrogés estiment que la situation en Afghanistan est « assez » ou « très mauvaise » contre 34% d’avis contraire. Cela prouve aussi que malgré les fausses nouvelles des medias sionistes les américains se tiennent informés.

Quant a cette aisha, l’émirat islamique condamne catégoriquement cette barbarie, inhumaine et anti-islamique. Cette attaque contre une citoyenne afghane n’a jamais été rapporté aux tribunaux islamiques afghans qui auraient pu agir immédiatement contre l’agresseur.

L’émirat islamique afghan utilise la loi pour résoudre les désaccords et les droits humains ainsi que les questions familiales. Des lois islamiques pour promouvoir la paix, la justice sociétale et non la haine et la cruauté. Ce qui n’est pas le cas de tous les exemples de régime oxidentaux fascisant qui propagent la haine contre les musulmans.

Si l’Islam interdit la mutilation même des morts, des ennemis comme des amis, qu’en est-il des êtres vivants. Si les lois islamiques interdisent la mutilation des animaux, qu’en est-il des êtres vivants.

En réalité, cette personne aurait pu être mutilé par un voleur ou un violeur et mis sur le compte des talibans qui sont bien plus avancé humainement que les oxidentaux au droit de l’hommiste a géométrie variablement sioniste.

Les journalistes a la solde des occupants et des assassins de civils dont des enfants et des femmes afghans ne devraient pas user de mensonge pour servir leur maitre. Ils devraient plutôt propager la vérité et suivre rigoureusement leur déontologie… je vous incite a lire cette vidéo, qui est la preuve de la haute moralité de nos frères résistants talibans…

Des femmes qui ont demandé la protection des talibans seraient aujourd’hui mutilées par les talibans, alors que les socialistes et communistes de l’alliance du nord, allié des yankees aujourd’hui, violaient les femmes et les enfants avant l’émirat islamique afghan… Le mensonge des américanos-sionistes n’a pas de limite et nous connaissons la verité aujourd’hui.

Aujourd’hui d’ailleurs, les femmes subissent les pires atrocités depuis l’arrivé des yankees et des oxidentaux en raison de la présence de brigands dans le régime afghan.

Imaginez que la France soit, aujourd’hui, occupée par des nazis et nous insultent de terroristes barbares… de quel coté vous rangeriez vous ?? Avec les faibles qui ne peuvent se défendre, ou ouvertement démentir les propos mensonger des oxidentaux ? Il y a les résistants, quelque soit leur identité et les occupants spoliateurs meurtriers de l’autre coté… c’est a vous de choisir la verité et votre chemin :

source : antipropagande



AFGHANISTAN : Les Talibans accusent l'armée U.S de mentir

Les talibans afghans ont proposé dimanche au Congrès américain d'envoyer en Afghanistan une mission pour enquêter sur les «mensonges» et la «propagande» des généraux américains qui cherchent à prolonger la guerre.



«Envoyez une équipe de mission d'enquête en Afghanistan. Les membres de cette équipe devraient avoir une liberté de mouvement et devraient être autorisés à se tenir à distance de vos agences de renseignements», déclare Yousuf Ahmadi, un porte-parole régulier du mouvement taliban, dans un long communiqué parvenu à l'AFP.
«De plus, vous devez vous enlever de l'esprit que l'Afghanistan constitue une menace pour la paix dans le monde. Il s'agit de propagande sans fondement et d'un mensonge fabriqué par vos dirigeants pour justifier et continuer cette guerre illégale, irrationnelle et injustifiée, une soi-disant guerre contre le terrorisme», ajoute M. Ahmadi dans ce communiqué adressé à «Messieurs du Congrès américain».
Les déclarations des talibans interviennent après les élections à mi-mandat aux Etats-Unis qui ont vu les républicains prendre le contrôle de la Chambre des représentants et gagner des sièges au Sénat.
«Durant les deux dernières années, votre armée de haut vol a mis en place différentes stratégies, dont l'envoi de renforts, la construction de nouvelles bases militaires, la création de milices. Mais toutes ces mesures ont été prises sans tenir compte des réalités du terrain. C'est pourquoi elles ont échoué», estime le porte-parole.
«Informations biaisées»
«Chaque jour, des responsables militaires vous donnent des informations biaisées sur l'Afghanistan. Ils veulent apparaître comme victorieux, obtenir des crédits et jeter de l'huile sur le feu de la guerre», affirme le porte-parole.
En août, les talibans avaient proposé aux forces internationales d'enquêter conjointement sur les morts de civils, une offre rejetée par l'Otan, après un rapport de l'ONU accusant les insurgés d'être responsables de la grande majorité de ces pertes.
Environ 150'000 soldats des forces internationales (dont deux- tiers d'Américains) sont déployés en Afghanistan pour combattre une insurrection, notamment talibane, qui a gagné en terrain et en intensité ces trois dernières années.
Deux soldats étrangers ont péri dans des attaques des insurgés dans l'est, portant à 626 le nombre de soldats étrangers morts dans le cadre des opérations militaires en Afghanistan depuis le début de l'année, selon un décompte de l'AFP basé sur celui du site internet indépendant icasualties.org.

source : 20minutes.fr

samedi 29 janvier 2011

EGYPTE : Les manifestations ont fait au moins 100 morts et 2 500 blessés en cinq jours (vidéo)

Alors que la nuit de vendredi à samedi a été particulièrement violente malgré les promesses d’ouverture du président Moubarak et malgré le couvre-feu que les manifestants n’ont pas respecté, des milliers d’Égyptiens ont de nouveau investi les rues dès hier matin.


“Moubarak, va-t-en !” criait-on à la place Tahrir, après l’annonce, vers midi, de la démission du gouvernement, conformément à la promesse faite la veille au soir par le raïs. Un nouveau cabinet devait être formé dans la journée d’hier, mais cela n’aura eu aucun impact sur la situation, les manifestants ne voulant pas de changements “de façade” qui permettent au régime de durer et de se régénérer. Au centre-ville du Caire, où des bâtiments officiels, dont le siège du parti au pouvoir, étaient en proie aux flammes, les militaires ont sécurisé, dès la mi-journée, le musée des antiquités égyptiennes qui recèle des richesses incommensurables. Selon des observateurs sur place, les échanges entre militaires et manifestants étaient plutôt amicaux, ces derniers grimpant même sur des chars sans se faire violenter. On se demande, dès lors, si le comportement pacifique, jusqu’ici, des militaires est à lier avec la visite éclair du chef d’état-major de l’armée égyptienne à Washington. Mais, en même temps, des policiers ont tiré, selon l’agence de presse Reuters. À Ismaïlia, des témoins ont fait part de heurts violents entre manifestants et policiers. Pour sa part, la chaîne Al-Jazeera annonçait, dès 10 heures, hier, 15 tués à Suez et 23 à Alexandrie, deuxième plus grande ville du pays. À 11 heures, la radio France-Info annonçait, pour sa part, que 30 cadavres, dont ceux de deux enfants, ont été transférés dans un hôpital du Caire. Au total, des sources indépendantes estimaient à plus de 100 morts et 2 500 blessés le bilan du soulèvement, alors qu’au même moment, le ministère de la Santé faisait état de 38 morts, dont des policiers, pour la seule journée de vendredi. À 14 heures, on apprenait que dans la seule ville d’Alexandrie, le bilan était de 36 morts et que 8 personnes ont été tuées par balle dans une prison située dans les faubourgs du Caire. À Rafah, ville frontière avec la bande de Gaza, le siège de la sécurité de l’État a été attaqué et trois policiers ont été tués, rapportaient des témoins. À travers toutes les villes du pays, plusieurs commissariats de police étaient en flammes, dont 17 dans la seule capitale du pays. Selon les services de sécurité, plus de la moitié des commissariats du pays ont été incendiés. Un peu plus tard, des milliers de manifestants tentaient d’attaquer le ministère de l’Intérieur, brûlant des voitures de police à proximité de l’immeuble et des tirs fournis étaient entendus aux environs du siège de la Banque centrale et dans le voisinage d’une prison du Caire. 
La police aurait ouvert le feu sur les manifestants, tentant de prendre d’assaut le ministère de l’Intérieur, tuant trois manifestants, selon un premier bilan annoncé par la chaîne qatarie Al-Jazeera. Alors même que les communications téléphoniques suspendues vendredi ont été rétablies hier matin, sous la forte pression des États-Unis, le couvre-feu a été étendu de 16 heures à 8 heures du matin dans les grandes villes du pays, et l’armée, qui s’est gardée d’intervenir jusqu’à présent, a appelé la population à le respecter et à s’organiser pour se protéger des pilleurs. Pour sa part, la télévision d’État a averti que quiconque braverait le couvre-feu se mettrait en danger. Les manifestants se trouvaient cependant par milliers dans les rues après l’entrée en vigueur du couvre-feu et la situation s’annonçait des plus tendues pour la nuit de samedi à dimanche. Les évènements sanglants qui se déroulent en Égypte ont provoqué de nombreuses réactions internationales. Alors que la Maison-Blanche continue sa pression sur Moubarak pour ne pas tirer sur les manifestations pacifiques, pour l’Union européenne, “les violences doivent cesser”. Le Premier ministre français, de son côté, a estimé que “c’est le peuple égyptien qui décide”. A contrario, et sans surprise, plusieurs chefs d’État arabes ont appelé leur homologue égyptien pour lui exprimer leur soutien. Pour sa part, l’Iran, qui a rompu ses relations diplomatiques avec Le Caire depuis trente ans, “suit et observe attentivement les évènements en Égypte, et attend des responsables du pays qu’ils écoutent la voix de la nation musulmane et qu’ils se soumettent à ses exigences légitimes”, selon le porte-parole de la diplomatie iranienne. Cette déclaration du pays des mollahs a eu un écho immédiat en Égypte, puisque quelques minutes plus tard, les Frères musulmans ont appelé à “une passation pacifique du pouvoir”. Dans une ultime tentative de calmer les esprits, Hosni Moubarak a annoncé, hier, la désignation du patron de ses services secrets, le général Omar Souleymane, au poste de vice-président, et le général Ahmed Chafic, ministre de l'Aviation et ancien commandant de l'armée de l'air, a été chargé de former un gouvernement.





The Music Industry Exposed (VF) - Le satanisme dans la musique (11épisodes)

The Music Industry Exposed est une série u.s qui nous explique comment le satanisme c'est introduit dans la musique et comment aujourd'hui il en est un des principaux piliers.. Voici les 11 premiers épisode traduit en français par différent internautes. 




































Rejoignez la page Street Télé Virtuelle sur Facebook

vendredi 28 janvier 2011

EGYPTE : 27 morts et que fait Moubarak? Il dissout le gouvernement (vidéo)

La contestation contre le régime de Moubarak s'amplifie. 20 personnes ont trouvé la mort et 75 ont été blessées vendredi 28 janvier au cours d'affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Suez, à l'est du Caire, selon des sources médicales. Ce qui porte à 27 le nombre de morts depuis le début des manifestations. Le président Hosni Moubarak annonce, dans un discours à la télévision, la formation d'un nouveau gouvernement. DNA vous propose de suivre en direct le fil des événements.

Vendredi 28 janvier :
23 h 30 : Le président Hosni Moubarak annonce le limogeage du gouvernement et la formation d'un nouvel exécutif dés demain samedi.
23 h 19 : Le président Hosni Moubarak fait un discours à la télévision.
23 h 00 : 20 personnes ont trouvé la mort et 75 ont été blessées vendredi 28 janvier au cours d'affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Suez, à l'est du Caire, selon des sources médicales. Ce qui porte à 27 le nombre de morts enregistrés depuis le début des manifestations
21 h 30 : Le sénateur américain John Kerry estime que l'Egypte devait choisir un nouveau dirigeant en 2011 au cours d'élections « libres, transparentes et démocratiques ».
21 h 00 : L’agence AP (Associated Press), citant un official américain s'exprimant sous couvert de l’anonymat, indique que l’administration américaine pourrait revoir l’aide annuelle de 1,5 milliard de dollar accordée au régime de Moubarak. Washington multiplie les contacts ces dernières heures avec le Caire pour contraindre Moubarak à lâcher du lest.
20 h 25 : Au moins cinq manifestants ont été tués vendredi au Caire dans les rassemblements contre le régime de Hosni Moubarak, selon des sources médicales. Les circonstances de leur décès demeuraient inconnues dans l'immédiat. Les affrontements entre manifestants et forces de l'ordre ont également fait quelque 870 blessés, selon un précédent bilan communiqué de même source.
20 h 15 : La compagnie nationale égyptienne a annoncé la suspension de ses vols au départ du Caire pour 12 heures. La compagnie a déclaré que ses appareils en provenance de l'étranger pourraient atterrir mais que les départs à compter de 21 heures locales étaient annulés. Parallèlement, un responsable de l'aéroport du Caire a précisé sous couvert d'anonymat qu'un certain nombre de compagnies internationales avaient annulé des vols à destination de la capitale égyptienne, au moins pour la nuit.
Cette annonce d'EgyptAir fait suite à l'instauration d'un couvre-feu imposé par les autorités de 18 heures à 7 heures.
19 h 35 : Tous les opérateurs de téléphonie mobile présents en Egypte « ont reçu l'ordre de suspendre leurs services dans certaines zones sélectionnées », a affirmé ce soir dans un communiqué à Londres le géant britannique des télécommunications Vodafone.
« Conformément à la législation égyptienne, les autorités ont le droit de donner un tel ordre et nous devons nous y soumettre », a assuré Vodafone en précisant que l'injonction s'appliquait à « tous les opérateurs de téléphonie mobile en Egypte ». « Les autorités égyptiennes doivent clarifier la situation en temps voulu », ajoute ce bref communiqué, sans autres précisions.
De son côté, le chef de la diplomatie américaine Hillary Clinton a appelé vendredi le gouvernement égyptien à mettre fin au blocage « sans précédent » des communications dans le pays, où se multiplient les manifestations hostiles au pouvoir en place.
16 h 50 : Le président Hosni Moubarak, en sa qualité de chef de armées, a décrété un couvre-feu de 18h à 7h a été dans tout le pays.
16h 10 : Des véhicules de l’armée font leur entrée dans certains quartiers du Caire, selon un correspondant d'Al Jazeera. L'agence AP indiquent que des manifestants vont appel à l'armée pour les protéger de la police. La police s'est retirée de la ville d'Alexandrie, passée sous le contrôle des manifestants.
15 h 58 : Des images diffusées en direct par Al Jazeera montrent des manifestants qui se sont embarrés d'au moins un fourgon de police avant d'y mettre le feu. Deux manifestants brandissent deux fusils subtilisés à des policiers. L'homme tué dans la ville de Suez se prénomme Hamada Labib, 30 ans, chauffeur.
15 h 49 : Un manifestant aurait été tué aujourd'hui dans la ville de Suez, à l'est du Caire, lors d'accrochages avec la police, rapportent des témoins ainsi que la chaîne de télévision qatarie, Al Jazeera. Ce décès, s'il était confirmé, serait le huitième au cours des quatre jours de manifestations sans précédent contre le régime du président Hosni Moubarak en Egypte.
15 h 34 : Selon l'agence AP (Associated Press) qui cite des sources policières, Mohamed El Baradei, a été placé placé en résidence surveillée dans l'après-midi du vendredi.
15 h 30 : Les quatre journalistes français qui avaient été arrêtés ce matin au Caire, où se déroulent des manifestations contre le régime d'Hosni Moubarak, ont été relâchés selon une information du Figaro. Selon différentes sources, il s'agit de journalistes travaillant pour Le Journal du Dimanche, Le Figaro, l'agence photo Sipa et l'hebdomadaire Paris-Match.
15 h 00 : Les manifestants prennent le contrôle du centre ville de Suez selon des images diffusées en direct par Al Jazeera. La police se retire du Boulevard "El Djeich" devant l'afflux de milliers de manifestants.
14 h 54 : La chaîne Al Jazeera diffuse en direct des scènes d'affrontements au Caire entre des manifestants et des forces de l'ordre. Al Jazeera fait état de morts et blessés, mais indique ne pas pouvoir vérifier la véracité de ses informations.
14 h 48 : Tirs nourris et intensifs de bombes lacrymogènes au Caire pour tenter de disperser les foules de manifestants. La police tire avec des balles en caoutchouc.
14 h 20 : La police bascule. Al-Jazeera à Suez indique que le commissariat de police a été pris d’assaut par des manifestants qui ont libéré des détenus. Ils ont également brûlé trois camions anti-émeute. Le reporter rapporte que les policiers ont été débordés en quelques minutes.

Dans une intervention audio Jack Shender, reporter du Gaurdian au Caire, révèle que la police se range désormais du côté des manifestants. Il a vu un officier de la police jeter son fusil à bombes lacrymogènes pour indiquer aux manifestants qu’il est désormais à leurs côtés.

14 h 00 : Les manifestations s'étendaient à travers tout le Caire aujourd'hui en début d'après-midi, après la prière hebdomadaire du vendredi, au quatrième jour de la mobilisation, selon des journalistes de l'AFP. Plusieurs dizaines de milliers de personnes sont descendues dans la rue dans de nombreux quartiers du Caire, scandant « le peuple veut la chute du régime », alors que la police semblait totalement débordée et tentait de disperser les foules à l'aide de gaz lacrymogènes et de canons à eau.
Parties de plusieurs quartiers de la rive est du Nil, où se trouvent la plupart des bâtiments gouvernementaux, les manifestations ont également gagné de nombreux secteurs de la rive occidentale de la capitale où vivent quelque 20 millions de personnes.
13 h 40 : La BBC version arabe rapporte qu’environ 4000 manifestants ont cerné le bâtiment du gouvernorat de Suez en scandant « Egypte libre, Moubarak dehors ». Un reporter d’Al Jazeera annonce que 2 soldats, à Suez, ont été poursuivis en justice pou avoir refusé de tirer à balles réelles sur les manifestants dans la soirée du jeudi. (Source Guardian)
12 h 55 : Quatre journalistes français ont été arrêtés vendredi matin au Caire, a indiqué le porte-parole du ministère français des Affaires étrangères Bernard Valero lors d'un point de presse.
12 h 50 : Al Jazeera indique que l'opposant Mohamed El Baradei a été arrêté par la police. Des témoignages publiés par The Guardian affirment qu'il n'a pas été interpellé mais empêché par des policiers de se déplacer.
12 h 00: La chaîne qatarie Al Jazeera fait état de tirs de bombes lacrymogènes sur des manifestants dans la ville d'Alexandrie, à l'ouest du Delta du Nil. Des accrochages éclatent entre la police et des manifestants devant une mosquée du centre du Caire à l'issue de la prière hebdomadaire à laquelle a participé l'opposant Mohamed ElBaradei.

11 h 30 : Mohamed El Baradei évoque des risques sur sa personne, mais affirme assumer son engagement auprès des manifestants. Dans une déclaration faite vendredi 28 janvier au quotidien britannique The Guardian, El Baradei affirme : « Bien sûr, il y a un risque pour ma sécurité aujourd’hui, mais c’est un risque qui vaut d’être pris quand vous voyez votre pays dans un tel état vous devez prendre des risques. Je serai avec le peuple aujourd’hui. »

Le prix Nobel de Paix, rentré jeudi soir au Caire, pour participer aux manifestations contre le pouvoir prend à témoin l’opinion internationale : « J’alerte le Guardian et le monde que l’Egypte est isolée par le régime qui se maintient sur le seul pied qui lui reste. »
09 h 00 : Le réseau internet était inaccessible vendredi matin au Caire, indique l’AFP selon es usagers et d'hôtels, alors que des appels ont été lancés pour de nouvelles manifestations vendredi
« Le réseau internet est coupé aujourd'hui en Egypte », a déclaré la réception d'un grand hôtel de la capitale, une information confirmée par d'autres établissements. Plusieurs particuliers contactés par l'AFP à travers le pays ont également confirmé ne pas avoir accès au web.
L'internet a été largement utilisé par les militants appelant aux manifestations hostiles au régime.
Jeudi 27 janvier
20 h 00 : La Maison Blanche a appelé aujourd'hui le gouvernement et les manifestants en Egypte à éviter la violence. Elle a affirmé que les protestations actuelles offraient une chance au président Moubar
19h 04 : L'opposant égyptien Mohamed ElBaradei est arrivé ce soir au Caire pour participer aux manifestations en cours contre le régime du président Hosni Moubarak, a constaté un journaliste de l'AFP à l'aéroport.
18 h 15 : Gamal Moubarak n’est pas en fuite. Les autorités égyptiennes ont démenti jeudi que Gamal Moubarak, fils du président Hosni Moubarak, ait fui l'Egypte, indique Reuters.
Plusieurs sites internet ont relayé des rumeurs selon lesquelles Gamal Moubarak, haut responsable du Parti national démocrate, au pouvoir, serait parti à Londres, une information reprise par la chaîne de télévision CNBC.
« Il s'est entretenu ce matin au siège du parti pour discuter des questions relatives aux manifestations », a déclaré un haut responsable du PND, ajoutant que la réunion s'était prolongée jusqu'en fin d'après-midi.
17h 00 : Un manifestant, Mohamed Atef, 22 ans, a été tué aujourd'hui par la police lors d'accrochages dans la localité de Cheikh Zouwayed, dans le nord du Sinaï, ont indiqué des témoins, au troisième jour de manifestations contre le régime.

Mohamed Atef a été mortellement atteint d'une balle dans la tête lors d'un échange de tirs entre des manifestants bédouins habitant la région et les forces de sécurité, ont indiqué à l'AFP des témoins et des proches de la victime.
16 h 30 Mohamed El Baradei prêt à assurer la transition. « Si la population veut que je mène la transition, alors je ne la décevrais pas ». El Baradei, prix Nobel de la paix, s'est exprimé jeudi de Vienne, en Autriche, quelques heures avant d'être de retour dans son pays. « Si le régime venait à recourir à la force, cela serait complètement contre-productif. Cela conduirait à une situation terrible », a-t-il prévenu.
15 h 30 : Des manifestants ont mis le feu à une caserne de pompiers à Suez, à l'est du Caire, après avoir lancé des cocktails molotov sur la police, a constaté un photographe de l'AFP.
15 h 00 : Nouvelle flambée de violence. Des accrochages opposent plusieurs centaines de manifestants aux forces de l'ordre dans les villes d'Ismaïliya et Suez. A Ismaïliya, des témoins font état de tirs de gaz lacrymogène des services de sécurité qui tentent de disperser les manifestants qui ripostent par des jets de pierres. Une dizaine de personnes ont été arrêtées avant le début de la manifestation. A Suez, les policiers anti-émeute ont eu recours aux gaz lacrymogènes, aux balles caoutchoutées et aux canons à eau pour disperser plusieurs centaines de manifestants rassemblés devant un poste de police pour réclamer la libération des personnes arrêtées mardi et mercredi
12 h 20 : Mohamed El-Baradei rentre de Vienne jeudi soir pour participer au mouvement actuel, a annoncé son frère. Sur Twitter, l'ancien chef de l'AIEA commentait plus tôt: « Nous allons continuer à exercer notre droit à manifester pacifiquement pour retrouver notre liberté et notre dignité. La violence du régime va se retourner contre lui ».

12 h 00 : Le parquet général a inculpé quarante manifestants de tentative de "renversement du régime" après les manifestations de cette semaine dans plusieurs villes du pays, rapporte jeudi la chaîne de télévision Al Arabiya.

10 h 25 : Les échanges sont provisoirement suspendus à la Bourse du Caire après une forte chute.

10 h 00 : L'opposant égyptien Mohamed ElBaradei, l'un des principaux soutiens des manifestations contre le régime de Moubarak, en séjour à l'étranger, sera de retour jeudi soir au Caire.

08 h 40 : Au moins mille personnes ont été arrêtées depuis le début des manifestations, indique un responsable de la sécurité. Alors que l'on faisait état de la mort de deux personnes lors d'affrontements mercredi, un policier et un civil, les autorités démentent et affirment que leur mort est due à un accident de la route.
Mercredi 26 janvier
21 h 30 : Le journal Le Monde rapporte que dans la ville de Suez, ville portuaire au nord du pays, des opposants au régime ont mis le feu en début de soirée, à un bâtiment gouvernemental, et tenté d'incendier les locaux du parti au pouvoir. Des sources proches des services de sécurité et des témoins ont rapporté que les protestataires ont jeté des cocktails Molotov sur les locaux du Parti national démocratique (PND) du président Hosni Moubarak sans réussir à l'incendier.
21 h : Nouvel appel à manifester pour vendredi 28 janvier. Dans un message diffusé par SMS et sur le réseau Facebook, le « Mouvement du 6 avril », un groupe demande à ses sympathisants de « faire savoir à tout le monde que nous aurons des manifestations de masse vendredi, après la prière, partout en Egypte».
18 h20 : La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton demande à l'Egypte de ne pas perturber le fonctionnement des réseaux sociaux sur internet et appelle toutes les parties à faire preuve de "retenue"
17 h55 : La police néerlandaise annonce avoir empêché l'immolation par le feu devant l'ambassade d'Egypte à La Haye d'un homme d'origine égyptienne âgé de 52
17 h 50 : La Maison Blanche a appelé mercredi l'Egypte, un de ses proches alliés, à lever l'interdiction de manifester, après l'arrestation par les forces de l'ordre égyptiennes d'au moins 500 personnes dans le pays
17 h 10 : Au moins 500 personnes ont été arrêtées, a appris l’AFP auprès des services de sécurité. Parmi les personnes arrêtées figurent environ 90 arrêtées dans le secteur de la place Tahrir, dans le centre du Caire, et 121 membres de l'organisation islamiste des Frères musulmans, officiellement interdite mais tolérée dans les faits, interpellés à Assiout, au sud de la capitale égyptienne.
16 h 40 : Facebook inaccessible. Connexion impossible au site social Facebook  en Egypte. Interrogé sur des informations faisant état de l'inaccessibilité du réseau en Egypte, un porte-parole de Facebook renvoie au site Herdict.org spécialisé dans la surveillance de ce type de blocages. Ce site géré par l'université Harvard faisait état mercredi de six rapports d'inaccessibilité pour Facebook. « Des Egyptiens ont confirmé que Facebook avait été bloqué ce matin », a indiqué Jillian York, spécialiste de ces questions à Harvard
15 h 50 : Des affrontements ont opposé des policiers et des manifestants dans le centre du Caire et dans la ville de Suez, à l'est de la capitale égyptienne, ont rapporté des témoins et un journaliste de l'AFP sur place. Environ 2.000 personnes ont manifesté pour la deuxième journée consécutive à Suez, on rapporté des témoins.
Trois manifestants avaient trouvé la mort à la suite d'affrontements hier dans cette ville portuaire, dont l'un est décédé mercredi des suites de ses blessures. Au Caire, les affrontements ont eu lieu dans le centre-ville, près de la Cour suprême. La police a tiré des gaz lacrymogènes face aux manifestants qui jetaient des pierres, a constaté un journaliste de l'AFP.
15 h: Après Twitter, Facebook. De nombreux témoignages indiquent que les autorités ont bloqués l'accès aux réseaux sociaux Twitter et Facebook afin d'empêcher la diffusion  instantanée de l'information. Des rumeurs font également état du blocage ds téléphones portables.
14 h : Le gouvernement allemand est « très inquiet » de la situation en Egypte et appelle « toutes les parties à la retenue », a déclaré le chef de la diplomatie Guido Westerwelle, tout en soulignant « la nécessité d'une démocratisation ». « La situation en Egypte actuelle montre la nécessité d'un dialogue au sein de la société et la nécessité d'une démocratisation », souligne-t-il.  A l'adresse du régime du président Hosni Moubarak, M. Westerwelle a estimé que « les droits de l'Homme, les droits des citoyens, la liberté d'opinion et la liberté de la presse doivent être respectées en Egypte ».
12 h : L'Union européenne évoque un signal envoyé au pouvoir égyptien. Les manifestations en Egypte reflètent les aspirations de la population en faveur du « changement politique » et constituent un « signal » après les événements en Tunisie, a estimé la porte-parole de la chef de la diplomatie européenne dans un communiqué.
11 h : Une quatrième victime enregistrée à Suez. Un homme de 45 ans, blessé mardi au ventre par des balles en caoutchouc, lors des manifestations qui se sont déroulées à Suez, est décédé des suites de ses blessures. Trois manifestants sont morts à Suez et un policier est mort au Caire.
10 h 30 : L'accès à Twitter est bloqué pour les Egyptiens depuis mardi 16 h, selon le site internet herdict.org.
10 h : Le ministère égyptien de l'Intérieur interdit toute nouvelle manifestation, après les rassemblements hostiles au régime. Trois personnes ont trouvé la morts mardi.

source : dna.com