LE CHAT DE LA STREET T.V.

vendredi 28 janvier 2011

EGYPTE : 27 morts et que fait Moubarak? Il dissout le gouvernement (vidéo)

La contestation contre le régime de Moubarak s'amplifie. 20 personnes ont trouvé la mort et 75 ont été blessées vendredi 28 janvier au cours d'affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Suez, à l'est du Caire, selon des sources médicales. Ce qui porte à 27 le nombre de morts depuis le début des manifestations. Le président Hosni Moubarak annonce, dans un discours à la télévision, la formation d'un nouveau gouvernement. DNA vous propose de suivre en direct le fil des événements.

Vendredi 28 janvier :
23 h 30 : Le président Hosni Moubarak annonce le limogeage du gouvernement et la formation d'un nouvel exécutif dés demain samedi.
23 h 19 : Le président Hosni Moubarak fait un discours à la télévision.
23 h 00 : 20 personnes ont trouvé la mort et 75 ont été blessées vendredi 28 janvier au cours d'affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Suez, à l'est du Caire, selon des sources médicales. Ce qui porte à 27 le nombre de morts enregistrés depuis le début des manifestations
21 h 30 : Le sénateur américain John Kerry estime que l'Egypte devait choisir un nouveau dirigeant en 2011 au cours d'élections « libres, transparentes et démocratiques ».
21 h 00 : L’agence AP (Associated Press), citant un official américain s'exprimant sous couvert de l’anonymat, indique que l’administration américaine pourrait revoir l’aide annuelle de 1,5 milliard de dollar accordée au régime de Moubarak. Washington multiplie les contacts ces dernières heures avec le Caire pour contraindre Moubarak à lâcher du lest.
20 h 25 : Au moins cinq manifestants ont été tués vendredi au Caire dans les rassemblements contre le régime de Hosni Moubarak, selon des sources médicales. Les circonstances de leur décès demeuraient inconnues dans l'immédiat. Les affrontements entre manifestants et forces de l'ordre ont également fait quelque 870 blessés, selon un précédent bilan communiqué de même source.
20 h 15 : La compagnie nationale égyptienne a annoncé la suspension de ses vols au départ du Caire pour 12 heures. La compagnie a déclaré que ses appareils en provenance de l'étranger pourraient atterrir mais que les départs à compter de 21 heures locales étaient annulés. Parallèlement, un responsable de l'aéroport du Caire a précisé sous couvert d'anonymat qu'un certain nombre de compagnies internationales avaient annulé des vols à destination de la capitale égyptienne, au moins pour la nuit.
Cette annonce d'EgyptAir fait suite à l'instauration d'un couvre-feu imposé par les autorités de 18 heures à 7 heures.
19 h 35 : Tous les opérateurs de téléphonie mobile présents en Egypte « ont reçu l'ordre de suspendre leurs services dans certaines zones sélectionnées », a affirmé ce soir dans un communiqué à Londres le géant britannique des télécommunications Vodafone.
« Conformément à la législation égyptienne, les autorités ont le droit de donner un tel ordre et nous devons nous y soumettre », a assuré Vodafone en précisant que l'injonction s'appliquait à « tous les opérateurs de téléphonie mobile en Egypte ». « Les autorités égyptiennes doivent clarifier la situation en temps voulu », ajoute ce bref communiqué, sans autres précisions.
De son côté, le chef de la diplomatie américaine Hillary Clinton a appelé vendredi le gouvernement égyptien à mettre fin au blocage « sans précédent » des communications dans le pays, où se multiplient les manifestations hostiles au pouvoir en place.
16 h 50 : Le président Hosni Moubarak, en sa qualité de chef de armées, a décrété un couvre-feu de 18h à 7h a été dans tout le pays.
16h 10 : Des véhicules de l’armée font leur entrée dans certains quartiers du Caire, selon un correspondant d'Al Jazeera. L'agence AP indiquent que des manifestants vont appel à l'armée pour les protéger de la police. La police s'est retirée de la ville d'Alexandrie, passée sous le contrôle des manifestants.
15 h 58 : Des images diffusées en direct par Al Jazeera montrent des manifestants qui se sont embarrés d'au moins un fourgon de police avant d'y mettre le feu. Deux manifestants brandissent deux fusils subtilisés à des policiers. L'homme tué dans la ville de Suez se prénomme Hamada Labib, 30 ans, chauffeur.
15 h 49 : Un manifestant aurait été tué aujourd'hui dans la ville de Suez, à l'est du Caire, lors d'accrochages avec la police, rapportent des témoins ainsi que la chaîne de télévision qatarie, Al Jazeera. Ce décès, s'il était confirmé, serait le huitième au cours des quatre jours de manifestations sans précédent contre le régime du président Hosni Moubarak en Egypte.
15 h 34 : Selon l'agence AP (Associated Press) qui cite des sources policières, Mohamed El Baradei, a été placé placé en résidence surveillée dans l'après-midi du vendredi.
15 h 30 : Les quatre journalistes français qui avaient été arrêtés ce matin au Caire, où se déroulent des manifestations contre le régime d'Hosni Moubarak, ont été relâchés selon une information du Figaro. Selon différentes sources, il s'agit de journalistes travaillant pour Le Journal du Dimanche, Le Figaro, l'agence photo Sipa et l'hebdomadaire Paris-Match.
15 h 00 : Les manifestants prennent le contrôle du centre ville de Suez selon des images diffusées en direct par Al Jazeera. La police se retire du Boulevard "El Djeich" devant l'afflux de milliers de manifestants.
14 h 54 : La chaîne Al Jazeera diffuse en direct des scènes d'affrontements au Caire entre des manifestants et des forces de l'ordre. Al Jazeera fait état de morts et blessés, mais indique ne pas pouvoir vérifier la véracité de ses informations.
14 h 48 : Tirs nourris et intensifs de bombes lacrymogènes au Caire pour tenter de disperser les foules de manifestants. La police tire avec des balles en caoutchouc.
14 h 20 : La police bascule. Al-Jazeera à Suez indique que le commissariat de police a été pris d’assaut par des manifestants qui ont libéré des détenus. Ils ont également brûlé trois camions anti-émeute. Le reporter rapporte que les policiers ont été débordés en quelques minutes.

Dans une intervention audio Jack Shender, reporter du Gaurdian au Caire, révèle que la police se range désormais du côté des manifestants. Il a vu un officier de la police jeter son fusil à bombes lacrymogènes pour indiquer aux manifestants qu’il est désormais à leurs côtés.

14 h 00 : Les manifestations s'étendaient à travers tout le Caire aujourd'hui en début d'après-midi, après la prière hebdomadaire du vendredi, au quatrième jour de la mobilisation, selon des journalistes de l'AFP. Plusieurs dizaines de milliers de personnes sont descendues dans la rue dans de nombreux quartiers du Caire, scandant « le peuple veut la chute du régime », alors que la police semblait totalement débordée et tentait de disperser les foules à l'aide de gaz lacrymogènes et de canons à eau.
Parties de plusieurs quartiers de la rive est du Nil, où se trouvent la plupart des bâtiments gouvernementaux, les manifestations ont également gagné de nombreux secteurs de la rive occidentale de la capitale où vivent quelque 20 millions de personnes.
13 h 40 : La BBC version arabe rapporte qu’environ 4000 manifestants ont cerné le bâtiment du gouvernorat de Suez en scandant « Egypte libre, Moubarak dehors ». Un reporter d’Al Jazeera annonce que 2 soldats, à Suez, ont été poursuivis en justice pou avoir refusé de tirer à balles réelles sur les manifestants dans la soirée du jeudi. (Source Guardian)
12 h 55 : Quatre journalistes français ont été arrêtés vendredi matin au Caire, a indiqué le porte-parole du ministère français des Affaires étrangères Bernard Valero lors d'un point de presse.
12 h 50 : Al Jazeera indique que l'opposant Mohamed El Baradei a été arrêté par la police. Des témoignages publiés par The Guardian affirment qu'il n'a pas été interpellé mais empêché par des policiers de se déplacer.
12 h 00: La chaîne qatarie Al Jazeera fait état de tirs de bombes lacrymogènes sur des manifestants dans la ville d'Alexandrie, à l'ouest du Delta du Nil. Des accrochages éclatent entre la police et des manifestants devant une mosquée du centre du Caire à l'issue de la prière hebdomadaire à laquelle a participé l'opposant Mohamed ElBaradei.

11 h 30 : Mohamed El Baradei évoque des risques sur sa personne, mais affirme assumer son engagement auprès des manifestants. Dans une déclaration faite vendredi 28 janvier au quotidien britannique The Guardian, El Baradei affirme : « Bien sûr, il y a un risque pour ma sécurité aujourd’hui, mais c’est un risque qui vaut d’être pris quand vous voyez votre pays dans un tel état vous devez prendre des risques. Je serai avec le peuple aujourd’hui. »

Le prix Nobel de Paix, rentré jeudi soir au Caire, pour participer aux manifestations contre le pouvoir prend à témoin l’opinion internationale : « J’alerte le Guardian et le monde que l’Egypte est isolée par le régime qui se maintient sur le seul pied qui lui reste. »
09 h 00 : Le réseau internet était inaccessible vendredi matin au Caire, indique l’AFP selon es usagers et d'hôtels, alors que des appels ont été lancés pour de nouvelles manifestations vendredi
« Le réseau internet est coupé aujourd'hui en Egypte », a déclaré la réception d'un grand hôtel de la capitale, une information confirmée par d'autres établissements. Plusieurs particuliers contactés par l'AFP à travers le pays ont également confirmé ne pas avoir accès au web.
L'internet a été largement utilisé par les militants appelant aux manifestations hostiles au régime.
Jeudi 27 janvier
20 h 00 : La Maison Blanche a appelé aujourd'hui le gouvernement et les manifestants en Egypte à éviter la violence. Elle a affirmé que les protestations actuelles offraient une chance au président Moubar
19h 04 : L'opposant égyptien Mohamed ElBaradei est arrivé ce soir au Caire pour participer aux manifestations en cours contre le régime du président Hosni Moubarak, a constaté un journaliste de l'AFP à l'aéroport.
18 h 15 : Gamal Moubarak n’est pas en fuite. Les autorités égyptiennes ont démenti jeudi que Gamal Moubarak, fils du président Hosni Moubarak, ait fui l'Egypte, indique Reuters.
Plusieurs sites internet ont relayé des rumeurs selon lesquelles Gamal Moubarak, haut responsable du Parti national démocrate, au pouvoir, serait parti à Londres, une information reprise par la chaîne de télévision CNBC.
« Il s'est entretenu ce matin au siège du parti pour discuter des questions relatives aux manifestations », a déclaré un haut responsable du PND, ajoutant que la réunion s'était prolongée jusqu'en fin d'après-midi.
17h 00 : Un manifestant, Mohamed Atef, 22 ans, a été tué aujourd'hui par la police lors d'accrochages dans la localité de Cheikh Zouwayed, dans le nord du Sinaï, ont indiqué des témoins, au troisième jour de manifestations contre le régime.

Mohamed Atef a été mortellement atteint d'une balle dans la tête lors d'un échange de tirs entre des manifestants bédouins habitant la région et les forces de sécurité, ont indiqué à l'AFP des témoins et des proches de la victime.
16 h 30 Mohamed El Baradei prêt à assurer la transition. « Si la population veut que je mène la transition, alors je ne la décevrais pas ». El Baradei, prix Nobel de la paix, s'est exprimé jeudi de Vienne, en Autriche, quelques heures avant d'être de retour dans son pays. « Si le régime venait à recourir à la force, cela serait complètement contre-productif. Cela conduirait à une situation terrible », a-t-il prévenu.
15 h 30 : Des manifestants ont mis le feu à une caserne de pompiers à Suez, à l'est du Caire, après avoir lancé des cocktails molotov sur la police, a constaté un photographe de l'AFP.
15 h 00 : Nouvelle flambée de violence. Des accrochages opposent plusieurs centaines de manifestants aux forces de l'ordre dans les villes d'Ismaïliya et Suez. A Ismaïliya, des témoins font état de tirs de gaz lacrymogène des services de sécurité qui tentent de disperser les manifestants qui ripostent par des jets de pierres. Une dizaine de personnes ont été arrêtées avant le début de la manifestation. A Suez, les policiers anti-émeute ont eu recours aux gaz lacrymogènes, aux balles caoutchoutées et aux canons à eau pour disperser plusieurs centaines de manifestants rassemblés devant un poste de police pour réclamer la libération des personnes arrêtées mardi et mercredi
12 h 20 : Mohamed El-Baradei rentre de Vienne jeudi soir pour participer au mouvement actuel, a annoncé son frère. Sur Twitter, l'ancien chef de l'AIEA commentait plus tôt: « Nous allons continuer à exercer notre droit à manifester pacifiquement pour retrouver notre liberté et notre dignité. La violence du régime va se retourner contre lui ».

12 h 00 : Le parquet général a inculpé quarante manifestants de tentative de "renversement du régime" après les manifestations de cette semaine dans plusieurs villes du pays, rapporte jeudi la chaîne de télévision Al Arabiya.

10 h 25 : Les échanges sont provisoirement suspendus à la Bourse du Caire après une forte chute.

10 h 00 : L'opposant égyptien Mohamed ElBaradei, l'un des principaux soutiens des manifestations contre le régime de Moubarak, en séjour à l'étranger, sera de retour jeudi soir au Caire.

08 h 40 : Au moins mille personnes ont été arrêtées depuis le début des manifestations, indique un responsable de la sécurité. Alors que l'on faisait état de la mort de deux personnes lors d'affrontements mercredi, un policier et un civil, les autorités démentent et affirment que leur mort est due à un accident de la route.
Mercredi 26 janvier
21 h 30 : Le journal Le Monde rapporte que dans la ville de Suez, ville portuaire au nord du pays, des opposants au régime ont mis le feu en début de soirée, à un bâtiment gouvernemental, et tenté d'incendier les locaux du parti au pouvoir. Des sources proches des services de sécurité et des témoins ont rapporté que les protestataires ont jeté des cocktails Molotov sur les locaux du Parti national démocratique (PND) du président Hosni Moubarak sans réussir à l'incendier.
21 h : Nouvel appel à manifester pour vendredi 28 janvier. Dans un message diffusé par SMS et sur le réseau Facebook, le « Mouvement du 6 avril », un groupe demande à ses sympathisants de « faire savoir à tout le monde que nous aurons des manifestations de masse vendredi, après la prière, partout en Egypte».
18 h20 : La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton demande à l'Egypte de ne pas perturber le fonctionnement des réseaux sociaux sur internet et appelle toutes les parties à faire preuve de "retenue"
17 h55 : La police néerlandaise annonce avoir empêché l'immolation par le feu devant l'ambassade d'Egypte à La Haye d'un homme d'origine égyptienne âgé de 52
17 h 50 : La Maison Blanche a appelé mercredi l'Egypte, un de ses proches alliés, à lever l'interdiction de manifester, après l'arrestation par les forces de l'ordre égyptiennes d'au moins 500 personnes dans le pays
17 h 10 : Au moins 500 personnes ont été arrêtées, a appris l’AFP auprès des services de sécurité. Parmi les personnes arrêtées figurent environ 90 arrêtées dans le secteur de la place Tahrir, dans le centre du Caire, et 121 membres de l'organisation islamiste des Frères musulmans, officiellement interdite mais tolérée dans les faits, interpellés à Assiout, au sud de la capitale égyptienne.
16 h 40 : Facebook inaccessible. Connexion impossible au site social Facebook  en Egypte. Interrogé sur des informations faisant état de l'inaccessibilité du réseau en Egypte, un porte-parole de Facebook renvoie au site Herdict.org spécialisé dans la surveillance de ce type de blocages. Ce site géré par l'université Harvard faisait état mercredi de six rapports d'inaccessibilité pour Facebook. « Des Egyptiens ont confirmé que Facebook avait été bloqué ce matin », a indiqué Jillian York, spécialiste de ces questions à Harvard
15 h 50 : Des affrontements ont opposé des policiers et des manifestants dans le centre du Caire et dans la ville de Suez, à l'est de la capitale égyptienne, ont rapporté des témoins et un journaliste de l'AFP sur place. Environ 2.000 personnes ont manifesté pour la deuxième journée consécutive à Suez, on rapporté des témoins.
Trois manifestants avaient trouvé la mort à la suite d'affrontements hier dans cette ville portuaire, dont l'un est décédé mercredi des suites de ses blessures. Au Caire, les affrontements ont eu lieu dans le centre-ville, près de la Cour suprême. La police a tiré des gaz lacrymogènes face aux manifestants qui jetaient des pierres, a constaté un journaliste de l'AFP.
15 h: Après Twitter, Facebook. De nombreux témoignages indiquent que les autorités ont bloqués l'accès aux réseaux sociaux Twitter et Facebook afin d'empêcher la diffusion  instantanée de l'information. Des rumeurs font également état du blocage ds téléphones portables.
14 h : Le gouvernement allemand est « très inquiet » de la situation en Egypte et appelle « toutes les parties à la retenue », a déclaré le chef de la diplomatie Guido Westerwelle, tout en soulignant « la nécessité d'une démocratisation ». « La situation en Egypte actuelle montre la nécessité d'un dialogue au sein de la société et la nécessité d'une démocratisation », souligne-t-il.  A l'adresse du régime du président Hosni Moubarak, M. Westerwelle a estimé que « les droits de l'Homme, les droits des citoyens, la liberté d'opinion et la liberté de la presse doivent être respectées en Egypte ».
12 h : L'Union européenne évoque un signal envoyé au pouvoir égyptien. Les manifestations en Egypte reflètent les aspirations de la population en faveur du « changement politique » et constituent un « signal » après les événements en Tunisie, a estimé la porte-parole de la chef de la diplomatie européenne dans un communiqué.
11 h : Une quatrième victime enregistrée à Suez. Un homme de 45 ans, blessé mardi au ventre par des balles en caoutchouc, lors des manifestations qui se sont déroulées à Suez, est décédé des suites de ses blessures. Trois manifestants sont morts à Suez et un policier est mort au Caire.
10 h 30 : L'accès à Twitter est bloqué pour les Egyptiens depuis mardi 16 h, selon le site internet herdict.org.
10 h : Le ministère égyptien de l'Intérieur interdit toute nouvelle manifestation, après les rassemblements hostiles au régime. Trois personnes ont trouvé la morts mardi.

source : dna.com


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire