LE CHAT DE LA STREET T.V.

mardi 15 février 2011

Otages : Le gouvernement français a deux poids, deux mesures. Il faut faire savoir la vérité

Lettre ouverte aux journalistes :



"Mesdames, Messieurs,
           
 En tant que journalistes, sans aucun doute, vous avez entendu parler de Salah Hamouri. Ce jeune franco-palestinien est incarcéré dans une prison israélienne depuis presque six ans alors qu’il est innocent de ce que lui reprochent les autorités israéliennes. Aucune preuve n’a pu être apportée contre lui. Pour en savoir plus, vous pouvez consulter son site : http://www.salah-hamouri.fr. Son comité de soutien est composé de personnalités et de personnes très diverses aux opinions politiques de droite comme de gauche (sauf d’extrême droite).
Le Président de la République a reçu toutes les familles de Français incarcérés à l’étranger, sauf celle de Salah Hamouri malgré les nombreuses demandes des adhérents de son comité de soutien, d’autres personnes et de sa maman, Madame Denise Hamouri, de nationalité française. Entre autres, il a reçu plusieurs fois la famille du soldat franco-israélien Gilad Shalit. Il a rencontré ses parents en Israël, il leur a écrit. Il a dit : Nous n’accepterons jamais que sa vie soit mise en danger… Sa libération est une priorité, un accord est possible… Nous voulons que le caporal Shalit soit libre, pas simplement parce qu’il est à moitié français mais parce qu’il le faut. Alors pourquoi ne propose t’il pas un échange avec Salah Hamouri, à moitié français lui aussi ? Inscrivez Sarkozy sur le site de Gilad et comparez avec le site de Salah.  Pourquoi deux poids, deux mesures ?
En réponse à une lettre du Comité de soutien de Salah adressée à Madame Michelle Alliot Marie, ministre des affaires étrangères lui demandant d’intervenir auprès des autorités israéliennes, elle a écrit : Il n’appartient pas aux autorités françaises d’intervenir ou même de commenter les procédures judiciaires d’un Etat souverainPourtant en Iran, au Mexique ou ailleurs, les autorités françaises interviennent publiquement en faveur de compatriotes emprisonnés, sauf pour Salah. Voici la dernière preuve  au sujet du recours en cassation de Florence Cassez refusé par la justice mexicaine.  Madame Alliot Marie répète sur les médias : c’est un déni de justice qui aura des conséquences sur les relations entre la France et le Mexique. L’ambassadeur du Mexique est convoqué sur le champ au quai d’Orsay et le Président fait savoir qu’il recevra la semaine prochaine la famille de Florence Cassez. Pourquoi ce qui est valable pour le Mexique ne l’est pas pour Israël ?
Evidemment je suis absolument d’accord pour que le gouvernement français intervienne pour soutenir tous les Français emprisonnés à l’étranger quel que soit le motif de leur détention et que le Président reçoive les familles. Mais sans exception. Il y en a une : Salah Hamouri. Et en plus, il est innocent. Est-ce un crime de vouloir vivre en paix, à côté d’Israël,  dans une Palestine libre où il est né ?  Salah est le plus vieux prisonnier politique français. Il est incarcéré depuis le 13 mars 2005 et il n’a pas encore 26 ans. Justice doit lui être rendue. Son visage devrait apparaître à la télé à côté de ceux de Stéphane Taponier et Hervé Ghesquière parce que lui aussi est un otage innocent.
Je vous remercie de bien vouloir faire connaître sa situation aux téléspectateurs ou de publier ma lettre et vous prie d’agréer, Mesdames, Messieurs, mes salutations humanistes.
Le 11 février 2011 "

Andrée Rolland Garcia                  
10 allée Pierre Cot                                                   
TF 1 - France 2 et 3                                                
38550  Le Péage de Roussillon    

source : Lhumanité.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire