LE CHAT DE LA STREET T.V.

samedi 19 mars 2011

LIBYE : Kadhafi sous le coup d'un ultimatum, survole du pays par les avions français (vidéo)

Malgré l'annonce d'un cessez-le-feu immédiat du gouvernement libyen, les attaques des forces fidèles à Mouammar Kadhafi se sont poursuivies à l'encontre des insurgés toute la journée de vendredi. Au point de contraindre la communauté internationale à monter une nouvelle fois au créneau, après le vote de la résolution 1973 du Conseil des Nations unies, et alors qu'une intervention militaire étrangère se précise.
 
Dans un communiqué, l'Elysée appelle au respect « des obligations très claires » imposées par cette résolution : « un cessez-le-feu doit être mis en œuvre immédiatement, c'est à dire que toutes les attaques contre les civils doivent prendre fin ». Paris affirme disposer dans son entreprise du soutien des Etats-Unis, du Royaume-Uni – qui a mené l'offensive diplomatique contre Kadhafi avec Nicolas Sarkozy – et de pays arabes, qui apportent une légitimité supplémentaire à une intervention dans la région.

Réunion exceptionnelle à Paris

Avec ces partenaires, la France appelle à « la fin de l'avancée des troupes sur Benghazi » et au retrait des forces stationnées à Ajdabiya, Misrata et Zaouia, villes reprises par les forces fidèles à Kadhafi ces derniers jours. Mais les dispositions « non négociables » avancées par ces pays portent aussi sur l'aide humanitaire. Ils appellent notamment au rétablissement de l'« approvisionnement en eau, électricité et gaz ». Autant de mesures déjà réclamées par Barack Obama lors d'une conférence de presse plus tôt dans la soirée.
Et « si Kadhafi ne se conforme pas à la résolution 1973, la communauté internationale lui en fera subir les conséquences et la mise en œuvre de la résolution sera imposée par des moyens militaires. » De premiers survols d'avions de combat pourraient avoir lieu dans la matinée de samedi. La Belgique et le Canada seraient prêts à participer à une telle opération. L'Italie et le Danemark décideront rapidement d'une possible participation active. L'Espagne a mis deux bases à disposition de l'Otan. Une réunion samedi à Paris réunira les dirigeants de l'Union européenne, de la Ligue arabe et de l'Union africaine pour évoquer la situation en Libye.


source : francesoir.fr



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire