LE CHAT DE LA STREET T.V.

jeudi 28 avril 2011

TERRORISME : Attentat à Marrakech : « A qui profite le crime ? » (vidéos)

Ce jeudi midi, l'attentat d'un ou plusieurs kamikazes a détruit un café de la ville touristique marocaine, tuant au moins 14 personnes.

Une violente explosion a détruit un café sur la principale place de Marrakech, au Maroc, ce jeudi à midi, faisant, selon un premier décompte, quatorze morts – dont onze étrangers – et une vingtaine de blessés.
L'explosion a dévasté le café Argana, situé sur la place Jemaa el-Fna de Marrakech, lieu le plus emblématique de la ville touristique marocaine. La télévision marocaine parle de six Français tués.


Voici une première vidéo mise en ligne sur YouTube, après l'attentat.




Une autre vidéo montre le travail des pompiers et l'évacuation d'un corps.


 

Boris Thiolay, un journaliste de L'Express qui se trouvait par hasard sur les lieux, a raconté à son journal ce qu'il a vu :
« On a entendu une explosion sourde. On a tous sursauté, puis vu un panache de fumée noire s'élever au dessus du restaurant et du souk. »
Les autorités marocaines ont initialement parlé d'une explosion accidentelle d'une bonbonne de gaz, avant de modifier cette version et évoquer le geste criminel d'un kamikaze. Certaines informations font état de deux kamikazes.
Dans un communiqué, le roi Mohammed VI a ordonné :
« Une enquête judiciaire sur cette explosion criminelle, afin de déterminer les causes, les tenants et les aboutissants de cet incident regrettable. »
Alors que les secours s'affairaient sur les lieux, une foule considérable se réunissait sur la place Jamaa el-Fna, comme le montre ce cliché posté sur Twitter.
dsc0342t.jpg

Qui ? Pourquoi ? Et pourquoi maintenant ?

Le dernier attentat grave au Maroc remonte à 2003, lorsque des kamikaze issus des bidonvilles de Casablanca avaient fait quelque 41 morts dans des attaques visant des cibles soigneusement choisies dans la capitale économique du royaume : un hôtel et un restaurant accueillant des clients internationaux, le bâtiment de l'alliance israélite et le cimetière juif de la ville, ainsi que le consulat de Belgique.
L'attentat de ce jeudi vise une nouvelle cible bien choisie : un café fréquenté par les touristes étrangers sur la place la plus populaire de Marrakech, un lieu destiné à donner la publicité la plus grande à ce geste meurtrier.
Cet attentat a immédiatement suscité des questions : qui ? Pourquoi ? Et pourquoi maintenant ?
Ainsi sur Twitter, première réaction d'un Marocain :
« A qui profite le crime ? »
Capture_decran_2011-04-28_a_17.34.03.png
Dans un autre tweet, le site d'information Casafree.com lance déjà des hypothèses pour désigner les responsables : sahraouis ou salafistes ?
Capture_decran_2011-04-28_a_18.43.21.png

L'onde de choc des révolutions arabes

Le moment de l'attentat, que nul n'avait encore revendiqué en milieu d'après-midi, est évidemment particulier : le Maroc, comme l'ensemble du monde arabe, fait face à l'onde de choc des révolutions tunisienne et égyptienne, une poussée démocratique d'une partie de la jeunesse.
Depuis le premier appel à manifester le 20 février, des rassemblements relativement importants se sont déroulés dans la plupart des grandes villes du pays, tandis que le roi Mohammed VI réagissait en lançant un processus de réformes politiques et libérait un certain nombre de prisonniers politiques, notamment islamistes.
Depuis deux mois, à quelques exceptions près, ce mouvement est resté pacifique et n'a pas suscité d'incidents majeurs, contrairement à ce qui a pu se passe dans d'autres pays arabes. Aucune menace de recours à une violence terroriste n'avait été proférée, et l'attentat de Marrakech paraît plus susceptible d'entraver l'action des jeunes de la société civile regroupés au sein du « 20 février » plutôt que de l'aider.
Dimanche, encore, la journée de protestation avait réuni des milliers de personnes, notamment à Rabat où le cortège a choisi, pour la première fois, de défiler dans les quartiers populaires, restés largement à l'écart jusque-là du mouvement.
Des milliers de manifestants se sont rejoints à Yaacoub al-Mansour et ont défilé jusqu'au quartier Al-Qamra, où s'est terminée la manifestation environ trois heures plus tard. Le long de la marche, des centaines d'habitants des quartiers et de nombreux badauds ont rejoint les manifestants. De leurs fenêtres, certains saluaient les manifestants du fameux geste de la victoire des membres du mouvement, nous rapporte une correspondante à Rabat.

Quatorze salafistes libérés le 14 avril

Si les regards se tournent plutôt du côté des islamistes radicaux lorsque des kamikaze se font exploser dans un lieu public, l'attentat de Marrakech suit paradoxalement de près la grâce royale, le 14 avril, de 190 prisonniers politiques, parmi lesquels quatorze salafistes. Parmi eux, Ahmed Fizazi, idéologue de la Salafia Jihadia, condamné à trente ans de prison pour avoir « inspiré » les attaques terroristes du 16 mai 2003.
Manif Rabat (Ilhem Rachidi)
Mais le mouvement islamiste estime que ces mesures sont insuffisantes. Le 20 avril, il tenait un sit-in avec plusieurs organisations locales devant le CNDH (Conseil national des droits de l'homme) pour appeler à la libération de tous les prisonniers politiques.
« Non au viol à la bouteille » : cette pancarte (voir la photo ci-contre), très remarquée lors du sit-in, faisait référence au récent témoignage d'un prisonnier salafiste qui racontait, sur une vidéo diffusée sur Internet, qu'on l'avait torturé en lui introduisant une bouteille dans l'anus durant sa détention.
Avec Ilhem Rachidi, à Rabat

source Rue89.fr

Islam en France : Issy-les-Moulineaux (92) a l'avant-garde de la discrimination islamophobe

Monsieur le Député-Maire André SANTINI,

Une nouvelle inquiétante se répand dans toute l'Ile-de-France : notre ville serait à l'avant-garde de la discrimination islamophobe. J'ai du mal à le croire, mais les faits sont pourtant troublants.
Il se trouve en effet que l’unique lieu où les musulmans de la ville peuvent se réunir afin de pratiquer leur culte depuis plus de trente ans, ferme sans autre solution que d'aller prier dans la rue.
Car c'est bien de cela qu'il s'agit puisque l'on demande aux Isséens musulmans non seulement de quitter la ville pour prier, mais en plus d'aller gonfler les rangs d'une mosquée déjà à la limite de sa capacité à Boulogne-Billancourt.
Cela fait 26ans que je vis à Issy-les-Moulineaux, mais aujourd'hui "ma" ville ne veut plus que j'y pratique ma religion sans être inquiété.
Aujourd'hui "ma" ville veut que nos parents et grands-parents ayant contribué à la reconstruction et à l'essor de notre ville soient obligés de prendre les transports en commun pour aller prier dans la ville d'à-côté.
Croyez-vous sincèrement que ceci contribue au "vivre-ensemble" que vous prônez ?
Croyez-vous sincèrement que les Isséens musulmans accepteront cette injustice ?
J’espère que vous saurez prendre les mesures nécessaires pour accorder à toute une frange de la population isséenne le confort minimal requis pour pratiquer leur culte, et que vous ferez preuve de détermination pour que cessent les discriminations à notre égard.
Comptant sur le dévouement dont vous avez toujours su faire preuve pour le rayonnement de notre ville, ne décevez pas les 5 000 musulmans d'Issy-les-Moulineaux M. le Députe-Maire.
Dans l'attente d'une réponse rapide de votre part, je vous prie d'agréer M. le Député-Maire, mes sincères salutations.

M. Adlane-Mustapha BELAHOUEL
Isséen depuis 1985
Comme Adlane-Mustapha BELAHOUEL, vous aussi montrez votre mécontentement en écrivant par e-mail ou bien par courrier à André SANTINI, maire de la ville.
Comme vous le savez déjà tous, la fermeture de l'unique salle de prière d'Issy-les-Moulineaux est prévue pour fin avril 2011.
Notre dernier entretien du 8 avril avec les maires-adjoints Thierry LEFEVRE, Gérard MARTIN, Marie-Auguste GOUZEL pour ne citer qu'eux, et le représentant du foyer ADEF, s'est soldé par un échec :
la salle de prière fermera prochainement et nous sommes invités à prier à la nouvelle salle de Boulogne-Billancourt. 
Vous trouverez ci-dessous les adresses e-mail et postale, ainsi qu'un exemple de courrier.
N'hésitez pas à en parler à vos familles et amis. Il est important que le maximum de personnes fassent cette démarche. Cela ne prendra que quelques minutes de votre temps.
Ou irez-vous prier en semaine, ainsi que le vendredi ? Qu'allez vous laisser à vos enfants et petits-enfants ?
Pensez à la récompense d'Allah az-zawajel !
BarakAllahoufikoum ! 

source : uame93.com

mercredi 27 avril 2011

PALESTINE : Hamas et Fatah prêts a gouverner ensemble

C'est l'accord que l'on n'osait plus attendre. A la surprise générale, le Fatah de Mahmoud Abbas et le Hamas au pouvoir à Gaza, frères ennemis du mouvement palestinien, sont convenus mercredi au Caire de former un gouvernement transitoire en vue d'élections présidentielle et législatives d'ici un an. A Gaza et à Ramallah, ce rapprochement a été accueilli avec satisfaction par les jeunes Palestiniens.


A Jérusalem, Benjamin Netanyahu a aussitôt critiqué ce rapprochement. Le Premier ministre israélien a réaffirmé que l'Autorité palestinienne devait «choisir entre la paix avec Israël et la paix avec le Hamas». Mahmoud Abbas lui demandait, à lui, de «choisir entre la paix et la colonisation». A Washington, la Maison Blanche a affirmé que tout futur gouvernement palestinien devrait renoncer à la violence et reconnaître l'existence d'Israël. Le Hamas («Mouvement de résistance islamique»), qualifié d'organisation terroriste par les Etats-Unis, l'UE et Israël, refuse de reconnaître l'Etat hébreu.

L'accord de réconciliation scellé mercredi prochain au Caire

Selon l'agence officielle égyptienne Mena, les délégations palestiniennes sont parvenues à un «accord complet après des discussions sur tous les points, dont la formation d'un gouvernement de transition et le choix d'une date pour les élections». Toutes les factions palestiniennes doivent se retrouver auCaire mercredi prochain pour sceller un accord de réconciliation, avant d'entamer les consultations pour former un gouvernement.

«Ce gouvernement devra préparer des élections présidentielle et législatives d'ici un an», a précisé le chef de la délégation du Fatah, Azzam al-Ahmad. L'accord prévoit, notamment, la libération des «détenus politiques», a expliqué le chef de la délégation du Hamas, Mahmoud Zahar, sur la chaîne Al-Jazira. Selon lui, les élections présidentielle, les législatives et celles du Conseil national palestinien (CNP, Parlement de l'OLP) seraient convoquées simultanément d'ici un an. Il a été convenu de créer une commission judiciaire composée de 12 juges pour trancher les litiges liés au élections. Les délégations sont enfin convenues de réunifier les forces de sécurité des deux mouvements, une des principales pommes de discorde entre eux.

Le Fatah était à couteaux tirés avec le Hamas depuis que celui-ci l'avait délogé dede la bande de Gaza pour en prendre le contrôle, en juin 2007. L'annonce de l'accord intervient alors que les Palestiniens veulent porter leur revendication d'un Etat indépendant devant l'ONU en septembre. Mahmoud Abbas s'est rendu mercredi dernier en France pour demander avis et soutien aux dirigeants européens dans la perspective de la création cette année de cet Etat.

source : Leparisien

PRISONNIER POLITIQUE : La condamnation à mort de Mumia Abu-Jamal va être réexaminée au Etat-Unis (vidéo)

La cour d'appel fédérale de Pennsylvanie a ordonné, mardi 26 avril, que la peine du Noir américain Mumia Abu-Jamal, le plus célèbre condamné à mort des Etats-Unis, soit réexaminée par un jury, sans pour autant que sa culpabilité soit remise en question.

   "L'Etat de Pennsylvanie doit organiser de nouvelles audiences dans les cent quatre-vingts prochains jours", ordonne la cour d'appel dans son arrêt. Mumia Abu-Jamal, dans le couloir de la mort depuis près de trente ans, saura alors s'il reste condamné à mort ou si sa peine est commuée en prison à vie sans possibilité de sortie.
Envoyé dans le couloir de la mort en 1982 pour le meurtre d'un policier blanc qu'il nie avoir commis, Mumia Abu-Jamal est aujourd'hui âgé de 57 ans. Il est devenu, dans le monde entier, une icône de la lutte contre la peine de mort.
En 2008, cette même cour d'appel avait déjà suspendu sa condamnation à la peine capitale. Mais cette décision avait été très contestée et, après trois ans de procédures, la Cour suprême était intervenue en janvier 2011 pour demander à la cour d'appel de revoir son jugement.

source : Lemonde.fr




BAVURE ? Dans la mort de Zyed et Bouna Les policiers sont misent hors de cause



Cinq ans et demi jour pour jour après les faits, la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Paris a accordé mercredi matin un non-lieu aux deux policiers renvoyés en octobre dernier devant le tribunal correctionnel dans l'enquête sur la mort de Zyed et Bouna en 2005 à Clichy-sous-Bois  Les familles des victimes vont se pourvoir en cassation.

 
Le 27 octobre 2005, Zyed Benna, 17 ans, et Bouna Traoré, 15 ans, étaient morts électrocutés dans un transformateur EDF où ils s'étaient réfugiés après une course-poursuite avec des policiers. Un troisième adolescent, Muhittin Altun, avait en revanche survécu. Ces événements avaient été le point de départ de trois semaines d'émeutes dans les banlieues.


Les deux policiers avaient initialement été renvoyés par les juges d'instruction chargés de l'enquête devant le tribunal correctionnel pour «non assistance à personne en danger». Le parquet de Bobigny, qui avait requis un non-lieu, avait fait appel de cette décision.

L'avocat des familles dénonce «une justice de peur»

«Le dossier a toujours été vide», a expliqué leur avocat, Me Daniel Merchat, en se réjouissant qu'après «cinq ans, (ses) clients voient enfin leur honnêteté professionnelle reconnue». «Au bout de 5 ans, la petite voix de la vérité judiciaire a fini par couvrir le tintamarre des leurres médiatiques», a-t-il encore déclaré.



Dans la foulée, les familles des victimes ont annoncé, par la voix de leur avocat Me Jean-Pierre Mignard, qu'elles allaient se pourvoir en cassation : «C'est une justice de peur qui a été rendue ce matin», a affirmé Me Mignard sur France Inter. Mais «nous irons jusqu'au bout», a-t-il ajouté en accusant le parquet de n'être «pas indépendant» et «pas impartial». «C'est un parquet complètement dépendant du pouvoir politique. Le pouvoir politique a toujours une responsabilité dans un dossier ô combien surveillé !», a-t-il dénoncé.


 
De son côté, le maire PS de Clichy-sous-Bois, , a déclaré qu'il regrettait le non-lieu accordé aux policiers. Le débat « n'aura pas lieu et je le regrette, même pour les policiers », a-t-il expliqué. «Leur non-responsabilité aurait peut-être été plus clairement mise en évidence après ce débat», a-t-il estimé. L'élu a assuré ne pas craindre de troubles à l'ordre public, assurant que «les Clichois ont largement montré leur capacité à rester calmes et dignes».

source : Leparisien.fr

MUSIQUE : Médine fait des signes satanique dans son clip !!! (vidéo)


Voici quelques captures d'écran ainsi qu'un montage vidéo d'un des clips du rappeur médine, " trone " associé a sa préstation en avril 2011 sur la scène du salon des musulmans de France au Bourget. Salon mise en place par l'Union des Organisation Islamique de France. Faire des signes satanique, faire la promotion de la franc maconnerie est-ce vraiment être un bon croyant ? c'est ce que nous laisse entendre le présentateur du "show" organisé par l' U.O.I.F. 
Chacun est libre de croire ce qu'il veut mais que ceux qui se disent représenter et les musulmans vivant en France, pour l'UOIF, et les jeunes des banlieues, pour médine, soient des acteurs de la promotion de la franc maconnerie qui est incompatible avec les valeurs islamique nous démontre que leurs crédibilités est inexistante, tans dans le domaine de la musique engagée pour médine que dans le domaine religieux pour l'U.O.I.F. C'est pourquoi nous prônons le boycott des disques, dvd ou toutes autres supports comme les tee-shirt de la marque de médine, ainsi que toutes les conférences, assemblées et prise de paroles des représentants de l'U.O.I.F. Une organisation qui, dans le meilleur des cas, a prouvée son incompétence en invitant et promotionnant un artiste qui lui n'est pas la pour l'Islam, la preuve en image...












mardi 26 avril 2011

BOYCOTT : Rahyana bientot en concert en Israel

La chanteuse superstar du Robyn Rihanna Fenty, plus connue sous le nom de Rihanna, sera en concert le 30 mai au stade Bloomfield de Tel-Aviv.   Rihanna, 22 ans, est une chanteuse barbadienne (1). Née à Saint Michael le 20 février 1988, elle s’installe aux États-Unis lorsqu’elle a 16 ans pour entamer une carrière artistique.
Une serviette de plage avec le drapeau israelien ?

Avant de donner son concert le dimanche 30 mai , au stade Bloomfield de Tel-Aviv,  Rihanna a encouragé ses fans à consacrer un peu de leur temps à des activités communautaires. À la tête d’un projet de volontariat pour la peinture  des murs d’un centre de jeunesse à Tel-Aviv, elle a décidé d’offrir un billet gratuit à tous ceux qui feront don de 4 heures de temps pour peindre les murs de ce centre de jeunes.





POLITIQUE : Nicolas Hulot le faux écolo ?



Nicolas Hulot a officiellement confirmé sa candidature à l’élection présidentielle de 2012 le 13 avril dernier. Lors de la primaire écolo, si elle a vraiment lieu, chacun pourra constater que M. Hulot n’est pas sans le sou.
L’écolo médiatique a créé une SARL, baptisée Eole, du nom de son regretté chien. Une niche dont il détient la quasi-totalité des parts, et qui est alimentée par les royalties de la marque Ushuaia (dont TF1 est propriétaire) et autres droits d’auteurs. Tout cela lui permettant de doubler le modeste salaire que lui verse la chaîne (environ 33’000 euros mensuels pour quatre émissions par an). « J’ai bien conscience que ce n’est pas le smic, mais je n’ai pas honte de ce que je gagne », a-t-il indiqué au Canard enchaîné cette semaine. Néanmoins l’animateur ne percevra plus ces émoluments jusqu’à la fin de son « congé sabbatique », en mai 2012.
Mais comme il faut assurer à la fois ses arrières et son propre développement durable, le désormais candidat a fait la tournée des généreux mécènes qui porte son nom avant de se jeter dans les eaux tumultueuses de la campagne. Toujours selon le Canard, il a rencontré le PDG d’EDF, Henry Proglio, le 29 mars dernier. Le surlendemain, c’était au tour du patron de L’Oréal. Pas peu fier que ces bienfaiteurs continuent de financer son « bébé », il prétend même avoir convaincu récemment Veolia – la multinationale de l’eau, des déchets, des transports, etc. – de mettre la main au portefeuille. Encore un géant vert…
Au total, une vingtaine de donateurs (dont Bouygues Telecom, le constructeur automobile Volvo ou encore Les Autoroutes du Sud de la France) qui assurent aujourd’hui plus de 65% du financement de la fondation, contre 12% de fonds publics, le reste en dons et legs. Le tout pour un budget total avoisinant les 5 millions d’euros. « Ces partenariats, je les ai noués à deux conditions, affirme la encore le président Hulot à l’hebdomadaire. Que l’indépendance de la fondation soit garantie. Et que les entreprises elles-mêmes s’engagent davantage dans la protection de l’environnement. » Même avec EDF, se vante Hulot : « J’ai rappelé à Proglio que la sortie du nucléaire était nécessaire. » Lumineux ! Il faut dire que, sur ce sujet, l’animateur télé a aussi évolué. Il y a peu, il n’était pas farouchement hostile au réacteur EPR. Il aura suffi d’un tsunami…
Agata Kovacs, Mecanopolis

samedi 23 avril 2011

CONSOMMATION : Nestlé accusée d'intoxications alimentaires massives



L'agence russe de protection des consommateurs (Rospotrebnadzor) accuse le groupe alimentaire Nestlé de « violations importantes des règles sanitaires ». En effet, la Rospotrebnadzor a relevé plusieurs anomalies dans des usines du groupe : à Perm (Oural), l’Agence russe « a mis en évidence un non-respect des conditions de stockage des produits de base » et sur le site de Barnaoul (Altaï), la qualité de l'eau ne répondait pas aux normes sanitaires. La Rospotrebnadzor met en garde sur le fait que les produits Nestlé, fabriqués et distribués en Russie, sont susceptibles de provoquer des « intoxications alimentaires massives ». Une mauvaise publicité pour le groupe qui se défend de telles accusations : « la majorité des injonctions faites par la Rospotrebnadzor en 2010, concernant les opérations de des usines du groupe, » ont été satisfaites. Depuis 16 ans, Nestlé est présent en Russie et y est devenu un leader dans le chocolat, le café, les glaces et les aliments pour nourrissons.

source : agro-media.fr


ESPIONNAGE : Votre I-Phone est un mouchard pour Apple (vidéo)




Ceci est la carte de tous les endroits où s’est rendu notre collègue Sam Biddle de Giz US depuis presque un an. Tous les endroits.
Le FBI ne le suit pas dans des voitures banalisées. Ses chaussures ne contiennent pas de micro-émetteur.
Non, il avait simplement son iPhone dans sa poche pendant tous ce temps. Comme vous et moi.
Si vous avez un iPhone, il vous suit à la trace vous aussi, que vous le vouliez ou non.
Il s’avère que tous les iPhone enregistrent l’ensemble des endroits où vous vous êtes rendus depuis juin dernier. Ces données sont stockées sur votre téléphone (ou votre iPad) et sur votre ordinateur, facilement accessibles à quiconque sait où chercher.
Bien sur il est normal que les autorités puissent accéder à ces informations en les demandant à votre opérateur de téléphonie mobile. Mais cette information n’a rien à faire dans le téléphone qu’on peut vous voler ou que vous pouvez perdre, ou dans votre ordinateur qui peut également être visité. La mauvaise nouvelle est qu’il n’existe pas d’option d’opt out pour ce système d’enregistrement de vos déplacements.

Cette atteinte à la vie privée a apparemment commencé avec la sortie d’iOS 4. Elle a été découverte par deux spécialistes de la sécurité, l’un d’entre eux affirmant avoir travaillé chez Apple pendant cinq ans. Ces spécialistes sont aussi surpris que perturbés par le stockage des positions géographiques: “en enregistrant passivement votre localisation sans votre permission, Apple a rendu possible l’obtention par une épouse jalouse ou un détective privé d’une cartographie précise de vos déplacements”.
Obtenir ces informations à partir de votre appareil sous iOS est à peu près aussi facile qu’un jailbreak. Sur votre ordinateur, l’information peut être ouverte aussi facilement qu’un JPEG en utilisant le logiciel de cartographie que les experts en sécurité ont rendu accessible en téléchargement: essayez par vous-même.
<a href="http://www.vimeo.com/22610355">http://www.vimeo.com/22610355</a> Les données sont sacrément précises. Et même si le téléphone semble se baser sur la triangulation des relais plutôt que par le GPS (ce qui signifie que la désactivation des services géo-localisées ne vous protège pas contre ce flicage), la carte générée par le logiciel a permis d’établir une carte étonnamment précise de tous les déplacements de notre collègue Sam depuis l’acquisition de son iPhone 4 en juillet dernier.

C’est assez effrayant: tous les endroits où il s’est rendu, toute sa vie privée et professionnelle. Les vacances, les visites à la famille, les visites culturelles. Son téléphone s’est comporté comme un véritable mouchard électronique, notant consciencieusement le moindre de ses déplacements.
Pour l’instant il n’existe pas de parade. Le seul moyen de faire disparaitre les données est d’effacer les copies de sauvegarde de votre ordinateur. Mais dans ce cas vous n’aurez plus de back up pour restaurer votre téléphone. Et à chaque fois que vous synchroniserez votre téléphone, il créera un nouveau fichier. Et si vous perdez votre téléphone, il contiendra ces données, qui tomberont donc entre les mains de quiconque mettra la main sur votre iPhone.
Tant qu’Apple n’interrompra pas ce service, ou ne s’expliquera pas sur cette fonctionnalité, les iPhone sont à considérer comme des balances potentielles. En attendant d’y voir plus clair, vous feriez donc mieux de ne peut-être plus emporter votre iPhone partout. Pour l’instant les spécialistes en sécurité n’ont pas mis en évidence la moindre transmission de ces données à quiconque, mais c’est quand même plus que dérangeant.
Nous avons sollicité Apple et attendons leur réponse. En attendant l’expert en sécurité Kevin Mitnick s’est déclaré “assez choqué et perturbé” par cette révélation. Il souligne que les données collectées peuvent grandement intéresser pas mal de monde: il cite les épouses, les enquêteurs privés et le gouvernement américain. Il émet l’hypothèse que ce fichier de log a peut-être été créé à la demande du gouvernement, dans la mesure où “ces données ne peuvent pas être utilisées pour de la publicité. Pour moi cela ressemble plus à une demande gouvernementale”. Kevin Mitnick a ajouté: “J’aime savoir ce que fait mon appareil”. Nous aussi, Kevin, nous aussi. [Peter Warden via The Guardian]


 Source : gizmodo.fr





vendredi 22 avril 2011

FRANCE PALESTINE : Alain Juppé reconnait que Salah est incarcéré depuis 6 ans sans "élément de preuve"

Alain Juppé reconnait que Salah est incarcéré depuis 6 ans sans "élément de preuve" 

Dans une lettre adressée à Marie-France Beaufils, sénatrice-maire de Saint-Pierre-des-Corps, en date du 31 mars 2011, Alain Juppé écrit concernant Salah Hamouri: " Je déplore que les autorités israéliennes n'aient pas pris de décision de remise de peine, d'autant que les aveux faits à l'audience n'ont été corroborés par aucun éléments de preuve. Je mesure la peine de sa famille, alors qu'il est à présent en âge de s'investir dans des études. Je comprends également que l'intéressé a fait le choix de ne pas solliciter de demande de grâce. C'est une attitude respectable. "
Ainsi pour la première fois un ministre reconnait clairement que Salah est incarcéré depuis 6 ans sans "élément de preuve" concernant l'accusation portée contre lui. De même, de manière implicite, le ministre admet que le refus de Salah de présenter des excuses est " une attitude "respectable".
Cette avancée ne rend que moins compréhensible le fait que le ministre n'évoque pas l'exigence de sa libération en prenant seulement acte du fait que Salah doit sortir de prison " le 28 novembre 2011 et sa situation continuera d'être suivie avec attention jusqu'à sa levée d'écrou."
La mer a toujours raison du granit même le plus dur. Plus que jamais faisons valoir cette double exigence :
- le Président de la République doit recevoir en personne la famille de Salah !
- libération immédiate et sans condition de Salah !
La politique a mis Salah en prison, elle doit l'en sortir. La France doit exiger d'Israël la libération de notre compatriote qui est le seul Français dans le monde en prison de manière arbitraire et illégale pour délit d'opinion.
Jean-Claude Lefort
Coordinateur du Comité de soutien, député honoraire

source : salah-hamouri.fr


mercredi 20 avril 2011

CONSOMMATION : Les Anglais suppriment la date de péremption des produits

Afin de lutter contre le gaspillage alimentaire, le gouvernement britannique a décidé de supprimer la date limite de péremption sur les produits. Chaque année, ce sont plus de 8 millions de tonnes de nourriture et de boisson qui sont jetées en Angleterre, dont 5 millions qui seraient encore mangeables. Sur la plupart des produits, il n'y aura plus de dates limites impératives à l'exception des crevettes, des œufs et des laitages.

source : rtl.fr
 

lundi 18 avril 2011

POLITIQUE : " D.Strauss-Kahn le millionnaire "

Le couple Dominique Strauss-Kahn et Anne Sinclair est à la tête d’une fortune sans équivalent dans le monde politique français. Quelques détails sur la fortune colossale de l’homme qui va peut être incarner le « peuple de gauche » dans quelques mois.
D’où vient la fortune du couple le plus bling-bling du parti socialiste ? Essentiellement des héritages réalisés par Anne Sinclaire, et notamment la succession de son grand-père, Paul Rosenberg, l’un des plus grands marchands d’art parisien du XXème siècle. Le couple DSK-Sinclair, à la tête d’un patrimoine d’au moins plusieurs dizaines de millions d’euros, a conservé en outre un certain nombre d’oeuvres d’art inestimables.
Si on ne connait pas le montant exact de la fortune d’Anne Sinclair et de DSK, quelques ventes issues de l’héritage Paul Rosenberg donnent une première idée des montants dont il est question : « Femme en rouge et vert » de Fernand Léger, a été adjugé le 4 novembre 2003 à 22,4 millions de dollars,  »Les nymphéas » de Claude Monet (rien que ça !) a été vendu plus de 20 millions de dollars. « L’odalisque, harmonie bleue » de Matisse a été adjugée le 6 novembre 2010 pour 33,6 millions de dollars. Et il ne s’agit là que des plus grosses ventes de la succession !!!
Et la poule aux oeufs d’or des « amis du prolétariat » est loin d’être épuisée puisqu’il resterait environ 160 œuvres stockées dans une banque de Libourne en Italie. Serait-ce pour échapper au fisc français que le couple Strauss-Kahn conserve ses actifs à l’étranger ?
Le couple possède également un joli patrimoine immobilier sur trois continents, incluant notamment un Riad luxueux dans la médina de Marrakech (estimé à plusieurs millions d’euros), un appartement de plus de 200 m2 place des Vosges à Paris (estimé à plus de 2,5 millions d’euros), et un maison à Washington achetée pour 4 millions de dollars.
Être riche n’est pas un crime… sauf quand on souhaite représenter un parti qui « n’aime pas l’argent » et propose dans son programme de taxer à outrance les plus gros contribuables… sauf que DSK et Anne Sinclair ne paient pas leurs impôts en France et ont mis à l’abri leur patrimoine. Pourvu que ça dure !!!


mercredi 13 avril 2011

PALESTINE : Lilian Thuram rencontre les jeunes réfugiés de Qalandia (vidéo)




L'ancien international français Lilian Thuram, champion du monde de football en 1998, engagé dans la lutte contre le racisme, a rencontré lundi 11 avril des jeunes Palestiniens dans le camp de réfugiés de Qalandia, près de Jérusalem.

Entamant une visite de quatre jours dans les territoires palestiniens, le fondateur de la Fondation "Lilian Thuram - Education contre le racisme" s'est amusé avec ses jeunes supporteurs en visitant une école de l'Agence pour les réfugiés palestiniens (UNRWA) à Qalandia. Il s'est aussi livré à une petite séance d'entraînement avec les enfants.

"J'ai tellement entendu parler des enfants de Palestine et de l'environnement dans lequel ils grandissent. Aujourd'hui, j'ai pu constater leur enthousiasme et leur détermination à réussir", a-t-il déclaré.

Le porte-parole de l'UNRWA, Chris Gunness, s'est félicité que "les écoliers palestiniens aient l'occasion de rencontrer des légendes vivantes du football comme Lilian Thuram , le genre de modèle dont ils doivent s'inspirer".

Il inaugurera un nouveau stade

Au cours de son séjour, organisé par la Fédération palestinienne de football (PFA) et le consulat général de France à Jérusalem, l'ancien défenseur aura l'occasion d'échanger avec beaucoup de jeunes Palestiniens, généralement fous de foot, à Jéricho, Hébron et Ramallah.

Il doit aussi inaugurer jeudi 14 avril le nouveau stade international palestinien d'Al-Bireh, ville limitrophe de Ramallah, capitale de la Cisjordanie. Ce stade de 9.000 places, d'un coût d'un million d'euros, est financé par la France, l'Allemagne et la fédération internationale de football (Fifa).

"Une telle visite d'une star internationale comme Lilian Thuram participe aux efforts contre l'embargo (israélien) imposé sur le sport palestinien", s'est réjoui le secrétaire général de la PFA, Abdoul Majid Hijeh.

Les instances sportives internationales ont demandé au gouvernement israélien d'assouplir les restrictions de déplacement qui affectent les athlètes palestiniens.

Photo : Lilian Thuram joue avec des enfants pendant sa visite dans une école de l'Agence pour les réfugiés palestiniens à Qalandia.
(AP Photo/Majdi Mohammed)



source : Lacroix.fr

lundi 11 avril 2011

CONSOMMATION : Ampoules basses consommation un danger pour la santé (vidéo)

Prévues pour remplacer d'ici fin 2012 les ampoules incandescentes, les lampes fluocompactes pourraient être dangereuses pour la santé.

Par Pablo René-Worms
 
Elles étaient présentées comme une des solutions les plus emblématiques de la politique européenne de réduction d'énergie, mais elles pourraient présenter un risque. Les ampoules à basse consommation sont-elles dangereuses pour la santé ? C'est en tout cas ce qui ressort d'une étude menée par la Commission de la sécurité des consommateurs (CSC). D'une durée de vie de 6 000 à 10 000 heures contre 1 000 pour les classiques, ces ampoules mises sur le marché pour leurs vertus écologiques sont censées remplacer à la fin de l'année 2012 celles à incandescence dans l'Union européenne ; les halogènes disparaissant, elles, du marché d'ici septembre 2016.
Un nouveau mode de consommation censé permettre d'économiser au niveau européen 80 térawattheures d'ici 2020, soit l'équivalent de la consommation annuelle en électricité de la Belgique. Elles permettraient également de réduire les émissions de CO2 d'environ 32 millions de tonnes par an. Un gain écologique et économique conséquent.
Risque sanitaire
Mais sur le plan sanitaire, la CSC pointe trois problèmes. Tout d'abord, les lampes à basse consommation contiennent du mercure, métal indispensable à leur fonctionnement. En quantité variable, de deux à cinq milligrammes - niveau réglementaire maximal - par ampoule, le mercure ne pose, selon la CSC, pas de problème "tant qu'il reste dans l'ampoule". Mais en cas de "casse de la lampe, on a pu mesurer des taux de mercure importants qui peuvent être de 100 microgrammes par mètre cube d'air". "Dans les cinq premières minutes, ce taux peut être de 250 microgrammes." Ce qui reste peu quand on sait que le taux accepté dans le milieu du travail pour une exposition de huit heures par jour, cinq jours par semaine et onze mois sur douze est de 50 microgrammes. La CSC note d'ailleurs qu'"aucun accident impliquant le mercure dans les lampes n'a été enregistré par l'Institut de veille sanitaire".
Autre problème, les ampoules à basse consommation, en raison des ondes électromagnétiques qu'elles émettent, peuvent perturber le bon fonctionnement des implants auditifs ou cardiaques, en cas d'une exposition prolongée à moins de 30 centimètres de celles-ci. Enfin, à l'instar des téléphones portables ou des micro-ondes, les lampes fluocompactes émettent des ondes pouvant provoquer "un léger réchauffement de température, des picotements et de légers maux de tête chez les gens sensibles" en cas d'exposition à moins de 30 centimètres.
La Commission européenne confiante
Des révélations qui ne semblent pas inquiéter outre mesure la Commission européenne qui pousse depuis le printemps 2007 pour que soient adoptées les lampes à basse consommation à travers l'Union européenne. Si la Commission dit "prendre le sujet très au sérieux", elle pointe le fait qu'une étude avait été commandée au Comité scientifique des risques sanitaires et environnementaux (CSRSE) en juillet 2010. Ce dernier avait conclu que "le risque sanitaire pour les adultes dû à la casse d'ampoules fluocompactes est peu probable", tout en admettant que les risques pour les enfants "ne peuvent pas être évalués en raison d'un manque de données scientifiques".
Pour la Commission européenne, les normes mises en place sont largement suffisantes pour garantir la sécurité des consommateurs. "La Commission européenne n'a aucune intention de toucher à la législation actuelle." On y considère que le bénéfice des lampes à basse consommation est bien trop important pour les sacrifier sur l'autel de quelques effets supposés néfastes, qui peuvent être aisément évités en prenant quelques mesures simples. Malgré tout, certaines précautions ont été prises. La quantité maximale de mercure autorisée sur les ampoules sera réduite à 2,5 mg en janvier 2013. Depuis septembre 2010, les fabricants doivent également indiquer sur leur site internet la conduite à suivre en cas de casse d'une ampoule. Une mesure suffisante pour éviter d'éventuels risques sanitaires ?
 source : Lepoint.fr



PALESTINE : La France s’oppose à une Zone d’exclusion sur Gaza



La France s'est opposé à une zone d'exclusion aérienne à Gaza demandée par la Ligue arabe pour protéger les civils des bombardements israéliens.

Paris estime que la résolution 1860 de l'ONU "offre le cadre approprié" pour une "trêve durable" entre Israéliens et Palestiniens, a dit lundi la porte-parole adjointe du ministère des Affaires étrangères, Christine Fages, interrogée pour savoir si Paris soutenait la demande de la Ligue arabe.
 

"Nous avons appelé, dès samedi, les parties à tout mettre en oeuvre pour casser cette spirale de violence aussi absurde que meurtrière et pour respecter une trêve durable", a ajouté la responsable du Quai d'Orsay. "Cette situation souligne, dans ces circonstances si dramatiques, l'urgence de parvenir à un règlement négocié du conflit", a-t-elle poursuivi.

Dimanche, le chef de l'organisation panarabe, Amr Moussa, avait annoncé que la Ligue arabe allait demander au Conseil de sécurité de l'ONU d'imposer une zone d'exclusion aérienne au-dessus de la bande de Gaza pour empêcher l'aviation israélienne d'y intervenir.


Au total, 18 Palestiniens ont été tués et près de 70 blessés depuis jeudi dans des raids israéliens.
Il s'agit du bilan le plus lourd depuis la fin de la guerre israélienne  contre Gaza "Plomb durci" en décembre 2008-janvier 2009 (1.400 Palestiniens tombés en martyre).

source : almanar.com

PALESTINE / ISRAEL : Qui est le vrai Michel Platini ?

Je me souviens d’une époque pas si lointaine, une petite dizaine d’année, ou la Fédération israélienne avait quelques problèmes. Elle n’arrivait pas à élire son nouveau bureau exécutif. Ces cafouillages faisaient qu’Israël n’avait pu élire son ambassadeur auprès de l’UEFA. Embettant quand on sait que la présence de chaque nation est requise. Devant le refus des uns et des autres, en Israël, d’élire un homme pour représenter Jérusalem à l’UEFA, Michel Platini, ancienne gloire du football français et pas encore Président de l’UEFA, s’était porté volontaire pour représenter Israël… Si ce n’est pas là un geste amical!
Autre exemple peut-être ? Au début des années 2000, l’intifada armée bat son plein. L’UEFA interdit aux équipes israéliennes de jouer les matchs internationaux à la maison. Et quand Haïfa obtient finalement un accord pour jouer en Israël un match de coupe d’Europe, le bureau de l’UEFA l’oblige à jouer à Tel-Aviv et pas à Haïfa. Pas très sympa pour le grand club du nord. Platini prend alors la défense du club en affirmant que la question sécuritaire de Haïfa ne pose pas un problème et que les services de sécurités israéliens sont largement capables de protéger les joueur.

En septembre 2009, Platini était (une fois de plus) en Israël. L’occasion pour lui de diner avec son ami Shimon Peres et de rencontrer les leaders du football israélien. Après avoir assisté à un match du Beitar Jérusalem, il donnera uneconférence de presse ou il dira: “Si Israël construisait de nouveaux stades, il serait tout à fait envisageable que des compétions internationales (ndlr: comme l’Euro) se jouent en Israël”.
Alors que le mandat de Michel Platini à la tête de l’UEFA touche à sa fin, il se doit d’organiser un nouveau congrès annuel de l’UEFA. Tout anti-israélien qu’il est (pour les antisémites en tout cas), il ose quand même organiser ce congrès au coeur même de l’Etat Sioniste ! C’était au mois de mars 2010, à Tel-Aviv.
Le 3 septembre 2010, alors qu’Israël fêtait son nouvel an, Michel Platini -dont la femme serait de confession juive- a souhaité une bonne année à Israël. Puis, à l’attention de Luis Fernandez (le sélectionneur national), il a lancé: “je sais que je ne suis pas supposé le dire mais pour quelqu’un comme moi qui aime et supporte Israël, j’espère que vous atteindrez les phases finales de l’Euro 2012… Et je suis certain que vous y arriverez!”
Mais attention, ce n’est pas fini! Encore plus récent, la semaine dernière pour être précis, l’UEFA devait rendre une coupe particulière: celle du club de football qui fait le plus dans le domaine du social. Après avoir envoyé ses experts à travers l’Europe, Platini remet finalement cette coupe à… L’Hapoël Tel-Aviv!
En plus de créer d’énormes problèmes diplomatiques, en plus de casser tous les accords entre l’Union Européenne et Israël, Platini, s’il voulait réellement expulser Israël poserait un véritable problème aux nations islamiques de l’Asie. En effet, la plupart de ces nations refusent de jouer contre Israël et déclarent forfait lors des compétitions sportives (tous les sports). Israël prendrait alors, sans aucun mal, son ticket pour toutes les compétitions internationales. Sans jouer ou presque, Israël deviendrait champion d’Asie. Encore sans jouer, Israël serait qualifié à toutes les coupes du monde… Au dépend du très peu de places disponibles aux équipes asiatiques.
Dernières nouvelles, mais non des moindres:
- Si une équipe palestinienne venait à devenir professionnelle, elle jouerait, elle, dans la ligue Asie et non dans la ligue Europe. Cela lui permettrait de jouer en Irak, Iran et autre Arabie Saoudite… Que du bonheur pour toutes ces équipes!
- Lors des émeutes dans un stade palestinien, l’UEFA de Platini avait sévèrement condamné les services de sécurité palestiniens.


PALESTINE : Lettre ouverte à M. Platini

Paris, le 21 mars 2011
Cher monsieur Platini,
La campagne BDS France demande instamment à l’UEFA de ne pas organiser le championnat d’Europe des moins de 21 ans en Israël.
En octobre 2010, l’UEFA a non seulement renouvelé son engagement contre le racisme et vous, M. Platini, avez affirmé : "Nous les avons acceptés (les Israéliens) en Europe et leur avons garanti les conditions d’adhésion, ils doivent respecter les lois et réglementations internationales, faute de quoi leur présence en Europe n’aura plus lieu d’être...Israël doit choisir entre laisser le sport palestinien exister et se développer ou être contraint d’assumer les conséquences de ses agissements."
Or, depuis cette période, le comportement d’Israël n’a pas changé, au grand désarroi de l’ensemble du mouvement de solidarité avec le peuple palestinien à travers le monde, et en dépit de votre position affichée à ce moment là, vous êtes actuellement en train de récompenser les atrocités d’Israël en lui attribuant le privilège d’organiser le championnat d’Europe des moins de 21 ans.
Les Palestiniens subissent depuis des décennies l’occupation militaire. Israël a mis en place un apartheid ; régime de discrimination et d’oppression systématique de ses propres habitants non juifs. Israël occupe illégalement la terre palestinienne en Cisjordanie, dans la bande de Gaza et à Jérusalem Est. Israël a annexé ces terres et y a transféré massivement sa population. L’occupation israélienne est illégale et va à l’encontre des lois internationales, notamment la résolution 242 de l’ONU qui exige le retrait d’Israël des territoires occupés. De plus, la résolution 446 de l’ONU énonce explicitement que les colonies israéliennes :" sont illégales et constituent un obstacle sérieux à la réalisation d’une paix juste et durable au Moyen Orient ». L’Union Européenne a elle aussi une position claire : les colonies et l’occupation israélienne sont illégales.
Votre décision d’accepter qu’Israël accueille le championnat d’Europe des moins de 21 ans est extrêmement grave. Cela montre que l’UEFA n’a aucun problème avec l’occupation illégale et le traitement discriminatoire qu’a Israël à l’encontre des Palestiniens. En tant qu’organisation internationale et antiraciste, l’UEFA devrait prendre une position claire contre les agissements d’Israël au lieu de choisir d’être complice.
A cause des restrictions extrêmement poussées d’Israël, l’équipe de football palestinienne est dans l’impossibilité de participer aux rencontres internationales. Les exemples d’entraves au sport faites par Israël sont multiples : En Septembre 2005, la Palestine était bien classée dans son groupe de la zone Asie lors des phases de qualifications à la coupe du monde 2006, mais les autorités israéliennes ont bloqué à Gaza 5 joueurs clefs, la Palestine n’est pas parvenue à se qualifier. En Avril 2006, les missiles israéliens ont détruits le stade de Gaza, ville où vivent 1,2 millions de Palestiniens. L’autorité israélienne a avoué que le stade était directement ciblé, selon la 4ème convention de Genève, ceci est un crime de guerre. En 2007, l’équipe nationale palestinienne n’a pas pu se rendre à Singapour pour jouer un match de qualification à la coupe du monde et a été par conséquent disqualifiée et en Mai 2008, il lui a été impossible de participer à l’AFC Challenge Cup. Cette absence non souhaitée l’a exclu de la coupe d’Asie de 2011.
En 2008/2009, lors de l’opération "plomb durci" menée par l’armée israélienne, 1417 personnes ont été tuées dont plusieurs enfants. L’ONU a déclaré qu’Israël était coupable de sérieuses infractions aux lois internationales et aux droits de l’homme. La plupart des infrastructures ont été détruites notamment le stade national palestinien et le siège de l’association de football palestinien. Tous les projets de construction d’un nouveau stade ont été stoppées à cause du blocus, blocus toujours en vigueur de nos jours et qui empêche entre autres l’entrée dans la bande de Gaza d’équipements sportifs.
En Juillet 2009, après avoir reçu la permission de se rendre en Cisjordanie, un des meilleurs joueurs gazaoui a été arrêté à un checkpoint et est toujours en prison aujourd’hui. En Aout 2010, Israël a refusé que 6 membres de l’équipe nationale palestinienne quittent Gaza pour jouer un match à l’extérieur contre la Mauritanie.
Il y a quelques mois, une équipe de football de Gaza, et une autre de Cisjordanie ont dû reporter leur finale car l’équipe de Gaza n’a pas reçu l’autorisation de quitter la bande de Gaza. A cause des entraves aux déplacements, l’équipe nationale ne peut pas s’entrainer et jouer au complet. Les joueurs olympiques et autres jeunes équipes ont très fréquemment l’impossibilité non seulement de quitter mais aussi de rentrer à Gaza après un déplacement en Cisjordanie.
Ces exemples ne sont que des illustrations parmi tant d’autres des moyens mis en œuvre par Israël pour empêcher les Palestiniens de participer à des compétions de football. Accueillir une compétition sportive internationale est un honneur et il n’y a rien d’honorable en ce qui concerne les actions menées par Israël à l’égard du peuple palestinien.
Un championnat international des moins de 21 ans en Israël serait un manque de respect de la mémoire des 400 enfants tués ainsi qu’à l’égard des nombreux civils blessés lors des bombardements de Gaza. Cela montrerait un soutien à ce régime qui emprisonne des enfants et leur laisse peu d’espoir quant à leur futur. Le message envoyé à la jeunesse européenne est qu’au lieu de s’insurger contre l’injustice subie au quotidien par les jeunes de leur âge, ils peuvent tout simplement l’ignorer.
Une large alliance de la société civile palestinienne a appelé à une campagne internationale de Boycott Désinvestissements et de Sanctions (BDS) contre l’apartheid israélien. Ce mouvement non violent s’inspire dans une certaine mesure de la campagne de boycott qui avait été menée contre le régime d’apartheid en Afrique du Sud. Il est important de rappeler que sous ce régime raciste, l’Afrique du Sud n’a pas pu participer aux jeux olympiques mais aussi aux tournois internationaux de cricket et de rugby jusqu’en 1992 et n’a organisé aucune compétition sportive. Ce boycott sportif a joué un rôle non négligeable dans le mouvement contre l’apartheid sud africain et a renforcé le succès de ce mouvement pour mettre fin à ce régime.
La campagne BDS France appelle l’UEFA à changer sa décision. Permettre à Israël d’accueillir ce tournoi c’est accepter les crimes commis à l’encontre des Palestiniens. Nous espérons que l’UEFA va vraiment être en phase avec ses principes et se lever avec des millions de citoyens du monde pour rejeter l’occupation israélienne illégale.
Veuillez agréer l’expression de nos sentiments les plus distingués.

source : oumma .com


dimanche 10 avril 2011

EUROPE : Une constitution totalitaire (vidéo)



La Constitution européenne offre des libertés en trompe-l'oeil et prépare le terrain à une dérive totalitaire et policière de l'Europe par le biais "d'annexes" ignorées du public et dont les médias ne parlent jamais. Ces annexes vident de son contenu la "Charte des droits fondamentaux" incluse dans la constitution et censée garantir les droits de l'homme en Europe. Le droit européen étant au-dessus des lois nationales, ces limitations s'appliqueront à tous les pays européens...

La Constitution et sa version "simplifiée" (le traité de Lisbonne) contiennent de nombreuses annexes dont le rôle est d'indiquer de quelle façon les différents articles doivent être interprétés et appliqués.

Ces annexes font juridiquement partie de la Constitution:

article IV-442:
"Les protocoles et annexes du présent traité en font partie intégrante."

De plus, les annexes sont désignées comme référence pour l'interprétation devant éventuellement être faite par un tribunal:

article II-112, 7:
"Les explications élaborées en vue de guider l'interprétation de la Charte des droits fondamentaux sont dûment prises en considération par les juridictions de l'Union et des États membres."

Or, dissimulées parmi ces annexes, on trouve des "explications" qui permettent tout simplement de ne pas appliquer la Charte des Droits fondamentaux (la partie II de la Constitution) dans des cas dont la définition est délibérément floue et extensible.

Ces annexes à la Charte des Droits fondamentaux figurent à l'article 12 de la section A de "l'acte final" de la partie IV, à la fin du texte constitutionnel, à l'abri du regard des nombreux électeurs qui auront abandonné la lecture avant la fin.



Peine de mort en cas d'émeute, d'insurrection, ou de "menace de guerre"

En apparence, la Constitution reconnait le droit à la vie, et interdit la peine de mort:

article II-61
1. Toute personne a droit à la vie.
2. Nul ne peut être condamné à la peine de mort, ni exécuté.

Mais dans le paragraphe 3-a de l'article 2 de l'annexe 12 (intitulée "Déclaration concernant les explications relatives à la Charte des droits fondamentaux", section A de l'acte final de la partie IV), on peut lire une "explication" qui limite sérieusement la portée de l'article II-61:

"Les définitions «négatives» qui figurent dans la CEDH doivent être considérées comme figurant également dans la Charte:
a) l'article 2, paragraphe 2 de la CEDH:
«La mort n'est pas considérée comme infligée en violation de cet article dans les cas où elle résulterait d'un recours à la force rendu absolument nécessaire:
a) pour assurer la défense de toute personne contre la violence illégale;
b) pour effectuer une arrestation régulière ou pour empêcher l'évasion d'une personne régulièrement détenue;
c) pour réprimer, conformément à la loi, une émeute ou une insurrection.»
b) l'article 2 du protocole n° 6 annexé à la CEDH:
«Un État peut prévoir dans sa législation la peine de mort pour des actes commis en temps de guerre ou de danger imminent de guerre; une telle peine ne sera appliquée que dans les cas prévus par cette législation et conformément à ses dispositions»."

Ces limitations contestables instaurées par la CEDH (Convention Européenne des Droits de l'Homme) se trouvent ainsi constitutionnalisées.

En clair, les droits fondamentaux établis par la Charte ne s'appliquent pas en cas d'insurrection ou d'émeute. Mai 1968, une grève générale, une occupation d'usine ou une manifestation peuvent être assimilés à une insurrection ou une émeute, et peuvent donc servir de prétexte à l'annulation des droits civiques.

La Charte ne s'applique pas non plus en temps de guerre ou en cas de "danger imminent de guerre", ce qui est une définition très subjective et qui ouvre la porte à tous les abus. Demain, un Bush européen (Sarkozy ?) pourrait utiliser comme prétexte une "guerre contre le terrorisme", ou un "danger de guerre" pour ne pas appliquer la Charte.



Réquisition de citoyens pour des travaux forcés

On ne peut qu'approuver la Constitution quand on lit:

article II-65
1. Nul ne peut être tenu en esclavage ni en servitude.
2. Nul ne peut être astreint à accomplir un travail forcé ou obligatoire.

Trop beau pour être vrai... Et effectivement, les "explications" en annexe précisent que le travail forcé n'est pas interdit si il s'applique à des prisonniers. Les travaux forcés, tels qu'ils se pratiquaient il y a un siècle et tels qu'ils se pratiquent à nouveau aux Etats-Unis, sont donc possibles en Europe avec cette Constitution. N'importe quel citoyen est concerné depuis que les récentes lois répressives permettent d'emprisonner une personne sans jugement et pour une durée indéterminée si elle est soupçonnée de "terrorisme". Il est donc devenu très facile de passer du statut de "citoyen libre" à celui de prisonnier.

Les annexes de la Constitution vont même jusqu'à autoriser la réquisition de citoyens pour un travail forcé dans le cas "de crises ou de calamités qui menacent la vie ou le bien-être de la communauté". Encore une fois, ces conditions sont suffisamment vagues pour être interprétées de façon très extensives par des dirigeants du type Sarkozy ou Bush.

article 5 de l'annexe 12
"Au paragraphe 2, les notions de «travail forcé ou obligatoire» doivent être comprises en tenant compte des définitions «négatives» contenues à l'article 4, paragraphe 3, de la CEDH:
N'est pas considéré comme "travail forcé ou obligatoire" au sens du présent article:
a) tout travail requis normalement d'une personne soumise à la détention dans les conditions prévues par l'article 5 de la présente Convention, ou durant sa mise en liberté conditionnelle;
b) tout service de caractère militaire ou, dans le cas d'objecteurs de conscience dans les pays où l'objection de conscience est reconnue comme légitime, à un autre service à la place du service militaire obligatoire
c) tout service requis dans le cas de crises ou de calamités qui menacent la vie ou le bien-être de la communauté;
d) tout travail ou service formant partie des obligations civiques normales"



Emprisonnement arbitraire

Les "explications" relatives à l'article II-66 (qui affirme que "toute personne a droit à la liberté et à la sûreté") justifient d'ailleurs implicitement la détention sur simple soupçon, ou encore pour des personnes "contagieuses", des "aliénés", des "toxicomanes" ou des "vagabonds":

paragraphe 1 de l'article 6 de l'annexe 12
"Toute personne a droit à la liberté et à la sûreté. Nul ne peut être privé de sa liberté, sauf dans les cas suivants et selon les voies légales:
(...)
c) s'il a été arrêté et détenu en vue d'être conduit devant l'autorité judiciaire compétente, lorsqu'il y a des raisons plausibles de soupçonner qu'il a commis une infraction ou qu'il y a des motifs raisonnables de croire à la nécessité de l'empêcher de commettre une infraction.
(...)
e) s'il s'agit de la détention régulière d'une personne susceptible de propager une maladie contagieuse, d'un aliéné, d'un alcoolique, d'un toxicomane ou d'un vagabond;"

Le paragraphe 3 des mêmes "explications" semble néanmoins fixer des limites à la détention arbitraire, mais encore une fois, ces limites sont formulés dans des termes suffisamment imprécis pour laisser toute liberté d'interprétation à un futur régime autoritaire ou policier:

paragraphe 3 de l'article 5 de l'annexe 12
"Toute personne arrêtée ou détenue, dans les conditions prévues au paragraphe 1.c du présent article, doit être aussitôt traduite devant un juge ou un autre magistrat habilité par la loi à exercer des fonctions judiciaires [c'est à dire par un policier, ou un "juge de proximité" sans aucune formation judiciaire] et a le droit d'être jugée dans un délai raisonnable" [quel délai précisément?...]

paragraphe 4 de l'article 5 de l'annexe 12
"Toute personne privée de sa liberté par arrestation ou détention a le droit d'introduire un recours devant un tribunal, afin qu'il statue à bref délai [quel délai précisément?] sur la légalité de sa détention et ordonne sa libération si la détention est illégale." [mais compte-tenu des dispositions précédentes, peu de détentions pourront être déclarées illégales, puisque justifiées par la Constitution]



Surveillance électronique de la vie privée

On continue dans le même esprit avec la protection de la vie privée.
Ainsi, la Constitution semble protéger les citoyens de l'espionnage de leur ligne téléphonique et de leurs courriers électroniques, ou la pose de micros et de caméras au domicile (comme le prévoit la loi Perben en France). Au passage, on s'en étonne un peu car depuis le 11 septembre 2001, la plupart des états européens ont adopté des lois qui officialisent la "big-brotherisation" générale. Si l'on en croit la Constitution, la surveillance électronique des citoyens est interdite, bien qu'il n'y ait aucun recours prévu pour des personnes qui seraient victimes de ces pratiques:

article II-67, 1:
"Toute personne a droit au respect de sa vie privée et familiale, de son domicile et de ses communications."

Mais les explications en annexe annulent totalement ce droit dans la pratique. Il suffit pour cela que l'intrusion dans la vie privée soient encadrées par la loi, et qu'elles soit nécessaires "à la sécurité nationale" (Bush a montré que ce concept peut être utilisé pour justifier n'importe quoi), "à la sûreté publique", "à la défense de l'ordre" (deux notions très subjectives), "à la prévention des infractions pénales" (de mieux en mieux! cette disposition rend possible des arrestations préventives, comme dans "Minority Report", selon le même principe que les "guerres préventives" de Bush), ou tout simplement lorsque l'espionnage de la vie privée est nécessaire "au bien-être économique du pays" ou encore "à la protection de la morale":

paragraphe 2 de l'article 7 de l'annexe 12
"Il ne peut y avoir ingérence d'une autorité publique dans l'exercice de ce droit que pour autant que cette ingérence est prévue par la loi et qu'elle constitue une mesure qui, dans une société démocratique, est nécessaire à la sécurité nationale, à la sûreté publique, au bien être économique du pays, à la défense de l'ordre et à la prévention des infractions pénales, à la protection de la santé ou de la morale, ou à la protection des droits et libertés d'autrui."


L'article suivant est assorti d'explications absolument incompréhensibles du fait de la multitude de renvois et références à d'autres documents ou traités.

article II-68:
1. Toute personne a droit à la protection des données à caractère personnel la concernant.
2. Ces données doivent être traitées loyalement, à des fins déterminées et sur la base du consentement de la personne concernée ou en vertu d'un autre fondement légitime prévu par la loi.
Toute personne a le droit d'accéder aux données collectées la concernant et d'en obtenir la rectification.

explication à propos de l'article II-68, article 7 de l'annexe 12
"Cet article a été fondé sur l'article 286 du traité instituant la Communauté européenne et sur la directive 95/46/CE du Parlement européen et du Conseil du 24 octobre 1995 relative à la protection des personnes physiques à l'égard du traitement des données à caractère personnel et à la libre circulation de ces données (JO L 281 du 23.11.1995), ainsi que sur l'article 8 de la CEDH et sur la Convention du Conseil de l'Europe pour la protection des personnes à l'égard du traitement automatisé des données à caractère personnel du 28 janvier 1981, ratifiée par tous les États membres. L'article 286 du traité CE est désormais remplacé par l'article I-51 de la Constitution. Il convient de noter également le règlement (CE) n° 45/2001 du Parlement européen et du Conseil du 18 décembre 2000 relatif à la protection des personnes physiques à l'égard du traitement des données à caractère personnel par les institutions et organes communautaires et à la libre circulation de ces données (JO L 8 du 12.1.2001). La directive et le règlement précités contiennent des conditions et limitations applicables à l'exercice du droit à la protection des données à caractère personnel." [comprenne qui pourra...!]



Liberté d'expression et d'information

L'article II-71 garantit la liberté d'expression et d'information, mais ce droit est limité de la même façon que les précédents articles par les "explications" en annexe. Les restrictions à la liberté d'expression sont autorisées lorsqu'elles sont "prévues par la loi" et qu'elles constituent des mesures nécessaires "à la sécurité nationale, la sûreté publique, la défense de l'ordre et la prévention du crime", à la "protection de la santé ou de la morale".

article II-71:
1. Toute personne a droit à la liberté d'expression. Ce droit comprend la liberté d'opinion et la liberté de recevoir ou de communiquer des informations ou des idées sans qu'il puisse y avoir ingérence d'autorités publiques et sans considération de frontières.

explication à propos de l'article II-71, article 11 de l'annexe 12
"L'exercice de ces libertés comportant des devoirs et des responsabilités peut être soumis à certaines formalités, conditions, restrictions ou sanctions prévues par la loi, qui constituent des mesures nécessaires, dans une société démocratique, à la sécurité nationale, à l'intégrité territoriale ou à la sûreté publique, à la défense de l'ordre et à la prévention du crime, à la protection de la santé ou de la morale, à la protection de la réputation ou des droits d'autrui, pour empêcher la divulgation d'informations confidentielles ou pour garantir l'autorité et l'impartialité du pouvoir judiciaire."



Clonage humain

On retrouve le même procédé avec le clônage humain qui semble être interdit par l'article II-63:

article II-3
1. Toute personne a droit à son intégrité physique et mentale.
2. Dans le cadre de la médecine et de la biologie, doivent notamment être respectés (...) l'interdiction du clonage reproductif des êtres humains.

paragraphe 2 de l'article 3 de l'annexe 12
"Les principes contenus dans l'article 3 de la Charte figurent déjà dans la convention sur les droits de l'homme et la biomédecine, adoptée dans le cadre du Conseil de l'Europe (STE 164 et protocole additionnel STE 168) [encore des renvois à des documents extérieurs pour brouiller les pistes!] . La présente Charte ne vise pas à déroger à ces dispositions et ne prohibe en conséquence que le seul clonage reproductif. Elle n'autorise ni ne prohibe les autres formes de clonage [toutes les autres utilisations possibles du clonage humain sont donc possibles]. Elle n'empêche donc aucunement le législateur d'interdire les autres formes de clonage." [elle n'empêche donc pas non plus le législateur de les autoriser ! ].

source : syti.net