LE CHAT DE LA STREET T.V.

mercredi 27 avril 2011

BAVURE ? Dans la mort de Zyed et Bouna Les policiers sont misent hors de cause



Cinq ans et demi jour pour jour après les faits, la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Paris a accordé mercredi matin un non-lieu aux deux policiers renvoyés en octobre dernier devant le tribunal correctionnel dans l'enquête sur la mort de Zyed et Bouna en 2005 à Clichy-sous-Bois  Les familles des victimes vont se pourvoir en cassation.

 
Le 27 octobre 2005, Zyed Benna, 17 ans, et Bouna Traoré, 15 ans, étaient morts électrocutés dans un transformateur EDF où ils s'étaient réfugiés après une course-poursuite avec des policiers. Un troisième adolescent, Muhittin Altun, avait en revanche survécu. Ces événements avaient été le point de départ de trois semaines d'émeutes dans les banlieues.


Les deux policiers avaient initialement été renvoyés par les juges d'instruction chargés de l'enquête devant le tribunal correctionnel pour «non assistance à personne en danger». Le parquet de Bobigny, qui avait requis un non-lieu, avait fait appel de cette décision.

L'avocat des familles dénonce «une justice de peur»

«Le dossier a toujours été vide», a expliqué leur avocat, Me Daniel Merchat, en se réjouissant qu'après «cinq ans, (ses) clients voient enfin leur honnêteté professionnelle reconnue». «Au bout de 5 ans, la petite voix de la vérité judiciaire a fini par couvrir le tintamarre des leurres médiatiques», a-t-il encore déclaré.



Dans la foulée, les familles des victimes ont annoncé, par la voix de leur avocat Me Jean-Pierre Mignard, qu'elles allaient se pourvoir en cassation : «C'est une justice de peur qui a été rendue ce matin», a affirmé Me Mignard sur France Inter. Mais «nous irons jusqu'au bout», a-t-il ajouté en accusant le parquet de n'être «pas indépendant» et «pas impartial». «C'est un parquet complètement dépendant du pouvoir politique. Le pouvoir politique a toujours une responsabilité dans un dossier ô combien surveillé !», a-t-il dénoncé.


 
De son côté, le maire PS de Clichy-sous-Bois, , a déclaré qu'il regrettait le non-lieu accordé aux policiers. Le débat « n'aura pas lieu et je le regrette, même pour les policiers », a-t-il expliqué. «Leur non-responsabilité aurait peut-être été plus clairement mise en évidence après ce débat», a-t-il estimé. L'élu a assuré ne pas craindre de troubles à l'ordre public, assurant que «les Clichois ont largement montré leur capacité à rester calmes et dignes».

source : Leparisien.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire