LE CHAT DE LA STREET T.V.

vendredi 13 mai 2011

PALESTINE : Israel vole l'argent palestinien, la France et l'Europe remboursent



Mécontent du rapprochement Fatah-Hamas, qui lui ôte tout semblant de prétexte pour poursuivre ses agissements criminels, le gouvernement israélien se venge en volant purement et simplement les recettes fiscales de l’Autorité Palestinienne.
Israël a ainsi très ouvertement confisqué les recettes douanières que depuis les accords d’Oslo, il perçoit, à l’arrivée dans les ports israéliens, sur les marchandises destinées aux territoires palestiniens occupés, avec obligation de les reverser à l’Autorité Palestinienne. Le butin du mois d’avril s’élève à 105 millions de dollars (73 millions d’euros).
Il s’agit là de sommes cruciales pour les maigres finances publiques palestiniennes, puisqu’elles représentent les deux tiers de l’ensemble de ses recettes, le dernier tiers étant procuré par des taxes et impôts perçus localement en Cisjordanie.

Sans cet argent, impossible de verser les salaires aux 151.000 employés du secteur public palestinien, Le Premier ministre de l’Autorité Palestinienne, Salam Fayyad, a donc annoncé que les salaires ne pouvaient plus être payés. Déjà, les allocations (aide aux familles de prisonniers, secours aux plus démunis, etc.) de plus de 100.000 personnes ont été suspendues.
En somme, Israël applique à la Cisjordanie la même politique d’étranglement des populations que celle mise en œuvre depuis des années contre les habitants de la bande de Gaza. Pour autant, comme le constate amèrement la journaliste Amira Hass dans le quotidien Haaretz, ce crime est d’ores et déjà promis à rester impuni.

B.Kouchner & S.Peres
Les gouvernements occidentaux, dont celui de la France par la voix du ministre des Affaires étrangères Alain Juppé, qui ont salué la réconciliation inter-palestinienne, ont parallèlement condamné, mais de manière toute verbale, le nouvel acte de gangstérisme israélien. Mais pas question de sanctions. Pour éviter une explosion en Cisjordanie, l’Union européenne a débloqué en urgence 85 millions d’euros d’aide à l’Autorité Palestinienne, tandis que Paris y ajoutait de son côté 10 millions d’euros supplémentaires.
Bref, Israël garde le pognon volé, et c’est le contribuable français et européen qui se charge de la compensation !

source : CAPJPO

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire