LE CHAT DE LA STREET T.V.

lundi 9 mai 2011

POLITIQUE : La franc maçonnerie est bien installée a Marseille

Influence des francs-maçons, fraternelles, culte du secret... Les déclarations de Francis Allouch, ex-grand orateur du GO irritent parfois ses frères.

 
Francis Allouch, membre du Grand Orient, à la loge marseillaise de la Réunion des Amis choisis, est initié, à Constantine (Algérie), dès sa majorité, à 21 ans. Issu d'une tradition familiale maçonne, il gravit les échelons jusqu'à devenir grand orateur et premier grand maître adjoint de son obédience, dans les années 1990. Ancien conseiller municipal et régional socialiste, ce chirurgien-dentiste fréquente assidûment la franc-maçonnerie de Marseille depuis 1966.

"Ceux de la carlingue": c'est par cette expression que Gaston Defferre, maire de Marseille de 1953 à 1986, désignait les francs-maçons. Que signifie-t-elle?
Il voyait la franc-maçonnerie comme un lieu d'enfermement. La "carlingue", c'était pour l'espace clos qu'il se représentait. Il n'avait aucun mépris pour notre organisation, mais une vision un peu réduite et sectaire.
Son entourage était pourtant maçon...
Tous ses adjoints ou presque l'étaient, pour la plupart à la Grande Loge de France. Deux d'entre eux ont d'ailleurs coopté le socialiste Patrick Mennucci dans cette obédience.
Sur quels dossiers les francs-maçons ont-ils été présents?
Ils ont travaillé à la modernisation du port et ont eu une influence importante sur l'économie pendant la reconstruction de la ville après la guerre. Ils ont été des bâtisseurs, au sens propre comme au sens figuré, notamment dans le domaine social. Ainsi, ils oeuvrent dans l'urgence à l'accueil des rapatriés d'Algérie, dans les années 1960, avec la construction des quartiers Nord de la ville.
L'arrivée des pieds-noirs a-t-elle bousculé la franc-maçonnerie locale?
Ils grossissent les effectifs des loges de Marseille. Les opinions sont partagées entre les partisans de l'indépendance et ceux de l'Algérie française. On retrouve ce grand débat à l'intérieur des loges. Mais pas de manière délétère. Chacun avance ses arguments. Les uns sur la liberté des peuples, les autres sur les apports de la colonisation.

Quelle position les francs-maçons marseillais adoptent-ils pendant la guerre d'Algérie?
La franc-maçonnerie est favorable à l'indépendance des colonies. Mais pas à n'importe quel prix. Une indépendance responsable qui permette de construire de nouveaux pays. Avec des politiques responsables. La maçonnerie algérienne est elle aussi pour l'ouverture. La preuve, c'est que le dernier vénérable maître de la dernière loge ouverte en Algérie est assassiné par l'OAS.
Pourquoi la franc-maçonnerie cultive-t-elle le secret?
Moi, je dévoile volontiers mon appartenance. Mais je constate que les francs-maçons ont toujours été stigmatisés par leur administration ou par certaines personnes. Cela vient de la guerre et de la publication des listes décidée par Pétain. Jusque dans les années 1980-1990, un sentiment de méfiance et de prudence a perduré parmi nos membres.
Mais le secret alimente les fantasmes!
Il n'y a rien de secret dans la franc-maçonnerie. Mais chaque frère est libre de rester discret ou non sur son appartenance. Chacun fait ce qu'il veut.
Après des affaires, dans les années 1990, impliquant des francs-maçons, on s'attendait à plus de transparence.
Elles concernent la Grande Loge nationale française. Nous, notre position est claire: chaque fois qu'un de nos membres est mêlé à un scandale, on règle le problème par l'exclusion. On lui dit: "Dehors, tu nous salis." On a demandé à la Grande Loge nationale française de faire le ménage chez elle, parce qu'elle portait atteinte à l'ensemble de la franc-maçonnerie du pays.
Pourquoi la pratique des fraternelles (réunions de frères d'obédiences différentes travaillant dans le même secteur d'activité) perdure-t-elle?
Il y a un bon côté, on peut réfléchir entre personnes compétentes sur un sujet donné, et un mauvais, la collusion, le business ensemble. J'ai fait partie d'une fraternelle médicale, mais elle s'est éteinte parce qu'elle devenait un endroit où l'on échangeait seulement des cartes de visite. Pour éviter les dérives, mieux vaut renoncer à cette pratique.
La franc-maçonnerie marseillaise en compte-t-elle beaucoup?
Quelques-unes. Il existe une fraternelle des fonctionnaires municipaux, une autre du bâtiment, qui, elle, m'inquiète un peu.....

source : l'Express 







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire