LE CHAT DE LA STREET T.V.

jeudi 2 juin 2011

INTERNET : Des comptes Google piratés bras de fer entre l'Amérique et la Chine

Des centaines de comptes Gmail, dont certains appartenant à des dissidents chinois, à des journalistes et à de hauts responsables de l'administration américaine ont été piratés, a-t-on appris mercredi auprès de Google. Des hackers chinois sont soupçonnés. La bras de fer entre Pékin et le groupe informatique est relancé. 

Le géant du Net à nouveau pris d’assaut. Des centaines de comptes Gmail, la messagerie de Google, appartenant à des responsables américains, des dissidents chinois, des responsables militaires et des journalistes ont été piratés, a annoncé mercredi le groupe internet. "Nous avons récemment découvert une campagne destinée à collecter des mots de passe, probablement à travers du ‘phishing’ (une façon d’abuser les internautes pour les convaincre de communiquer des données confidentielles, ndlr), a indiqué un responsable de Google, Eric Grosse, dans un message diffusé sur le blog officiel de l'entreprise. "L'objectif de cette manœuvre semble avoir été de surveiller le contenu des comptes de ces utilisateurs", précise ce responsable.
Une enquête est en cours pour reconstituer les faits. En attendant, Google assure que la situation est sous contrôle : "Google a identifié cette campagne et y a mis un terme (…). Nous en avons informé les victimes et protégé leurs comptes", promet le géant du net. "Nous n'avons aucune raison de penser qu'un compte officiel du gouvernement américain ait été piraté", ajoute encore le groupe, se voulant rassurant. Le système informatique et les serveurs de Google n’auraient pas non plus été touchés.

Guerre froide

D’après les premiers éléments de l’enquête, ce piratage semble avoir démarré de Jinan, une ville de l'est de la Chine. Des soupçons renforcés par le bras de fer entamé l'an passé entre le groupe informatique et l’empire du milieu, aux allures de Guerre froide. En janvier dernier, Google avait été la cible des hackers chinois accusant implicitement Pékin sinon d'être à l'origine, du moins de cautionner ces cyber-attaques. En guise de réplique, le groupe avait décidé de ne plus censurer ses résultats de recherche, comme le veut la loi chinoise, transférant son site à Hong Kong. La Chine avait alors failli ne pas renouveler la licence d’exploitation de Google, et priver le géant du plus vaste marché Internet au monde, avant de céder, in extremis.
Signe que les tensions diplomatiques restent fortes entre les deux géants, cette vive réaction de Pékin à l'annonce du piratage de Google: "Rejeter la responsabilité sur la Chine est inacceptable. (...) Le supposé communiqué affirmant que le gouvernement chinois soutient les attaques informatiques est fabriqué de toutes pièces. Il contient des arrière-pensées", a rétorqué en conférence de presse le ministre des Affaires étrangères. Or, le communiqué de Google ne met pas en cause le gouvernement chinois. 

source : lejdd.fr


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire