LE CHAT DE LA STREET T.V.

mercredi 20 juillet 2011

FRANCE : Expulsés de la barre Balzac (la Courneuve 93) audience reportée a septembre (vidéo choque !)

 Le tribunal de Bobigny a renvoyéaujourd'hui au 14 septembre une audience en référé concernant plusieurs dizaines de personnes, qui avaient été expulsées d'une barre à La Courneuve (Seine-Saint-Denis) en juillet 2010, et qui sont toujours installées sur une place de la ville.

Douze des squatteurs étaient assignés par la communauté d'agglomération Plaine Commune, qui demande leur expulsion. L'audience a été renvoyée à la demande des squatteurs, qui disent ne pas avoir trouvé d'avocat. Il y avait eu un premier renvoi fin juin.


"Au moins trente familles vivent dans des conditions déplorables, dans la rue", a dit au tribunal l'avocate de Plaine Commune, Maagano Allegret.

Les familles avaient été expulsées en juillet 2010 de la barre Balzac, qui est en démolition, puis logées dans des hôtels jusqu'en avril. Beaucoup étaient alors revenues sur une place à quelques dizaines de mètres de la barre, au coeur de la cité des 4.000, faute de logement. Elles sont toujours installées sur la place, devant un centre de santé.


"A quel moment l'Etat va prendre ses responsabilités? (...) Leur situation continue d'empirer", a dit Me Allegret, affirmant que La Courneuve va déjà au-delà de ses obligations en matière de logement social.


"Tant que je n'ai pas de toit, je ne quitterai pas la place", a dit un porte-parole des expulsés, Aboubakar Traoré, dénonçant la mairie et la préfecture "qui se renvoient la balle". "Si on ne nous trouve pas un logement, on va faire un village là-bas, on va installer des toilettes", a-t-il menacé. "Nous ne sommes pas des mendiants, on travaille, on paie des impôts", a poursuivi M. Traoré, qui travaille dans un restaurant. 

 source : Lefigaro.fr 



EXPULSéS DE LA COURNEUVE AGRESSION POLICIERE UNE FEMME BLESSéE !!!!





EXPLICATOIN DU COLLECTIFANTI-NEGROPHOBIE




ARRIVé DES POMPIERS APRES AGRESSION POLICIERE
 



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire