LE CHAT DE LA STREET T.V.

jeudi 28 juillet 2011

SANTÉ : Les O.G.M en Asie attention danger !!! BOYCOTT MONSANTO (vidéos)



Je viens de terminer le visionnage de l'excellent documentaire "Le monde selon Monsanto", qui devrait etre declaré d'utilité publique suite a sa diffusion la semaine passée sur Arte (qui a eu la bonne idée de le proposer au visionnage pendant 7 jours sur son site - tout de meme). A la lumiere de cette investigation, force est de constater que la méfiance observée en France a l'égard des OGM est légitime, et qu'il convient d'etre vigilant. Mais qu'en est-il en Asie?

Etat des lieux
Si l'Asie a accueilli les OGM avec retenue comme nous autres Européens, Monsanto ne s'est jamais caché de vouloir conquérir le continent le plus peuplé de la planete. C'est la Chine qui a mis la premiere les pieds dans le plat avec la culture de coton transgénique, pour devenir tout simplement le plus grand producteur au monde de coton génétiquement modifié! Malgré un débat houleux en 2000, 2005 voitl'implantation d'un nouveau gene qui offre une promesse de récolte en progression de 26%. Signé Monsanto, qui développé avec la "Chinese Academy of Agricultural Sciences" ce nouveau type de coton, résistant aux insecticides puissants et qui couvre désormais une bonne partie des terres cultivables Chinoises... Le calcul était simple pour la Chine : plus de rendement et moins d'eau utilisée pour faire du coton.
ogm production carte
Ci-dessus la production d'OGM dans le monde [en orange les cinq pays représentant 95% de la production, en bariollé les autres producteurs d'OGM, les points oranges représentent les plants expérimentaux]
Le Japon et la Corée du Sud ont été confronté pour leur part directement a la question de l'alimentation, ce qui a valu une levée de boucliers des consommateurs des deux pays et le besoin de légiférer dans le domaine. Si la culture OGM a ete interdite sur le sol de ces deux pays, plusieurs variétés de produits ont ete autorisée a rentrer sur le territoire pour la consommation, et ce des 2000 au Japon. Du mais, du soja, de la pomme de terre, des tomates et meme le sucre de canne sont proposés a la consommation sur le sol nippon, et censé etre estampillés de la sorte... Censé, car les mentions ne sont obligatoires que si l'ADN ou la protéine modifiée est identifiable dans le produit final ! Le Japon a tout simplement plié devant les faits : sa dépendance agriculturelle envers les Etats-Unis fait de lui le plus gros importateur au monde d'OGM... et une majorité du tofu consommé aujourd'hui contient bien des genes modifiés...
Vous l'avez compris, la citadelle asiatique prend déja l'eau, de partout.
Tentations expérimentales...
Plus récemment au Printemps 2007, alors que le célebre rhume des foins dont souffrent beaucoup de Japonais faisait rage, les OGM ont pointé le bout de leur nez en clamant haut et fort avoir trouvé le "remede" contre ce fléau : le riz. Bien entendu, un riz aux genomes différents, censé guérir les Japonais de la maladie! Cela n'est pas passé pour cette fois, mais ce n'est que partie remise...
Le mois dernier, en Février 2008, la Corée remet les OGM sur le tapis. Le coupable : l'inflation globale des prix alimentaires. Quatre compagnies ont tout simplement décidé - unilatéralement - d'utiliser les OGM, avec effet immediat : Daesang, Samyang Genex, ShinDongBang et le groupe Doosan. Le Président Coréen Lee Myung-bak s'est bien sur insurgé contre cette annonce. En fait non. Inquiété par l'inflation qui touche les nouilles instantanées, il a tout simplement acquiescer aux mesures des grands groupes industriels. Meme les ONG baissent le pavillon, notamment le Président de l'union des consommateurs qui déclare ceci : "In this situation, we don't have the freedom to choose. It is now a matter of how to fill the gap between the reality and the perception of consumers.''
La réalite, c'est surtout que la Corée - et bientot le Japon - integreront des OGM dans la chaine alimentaire des deux pays, en se fournissant directement aux US pour leur mais... pour la premiere fois. Apres tout, ils sauveront tout de meme 50 USD par tonnes... La tendance fait du coup monter les produits OGM-free, qui poussent ici et la. Mais qui est le dernier et plus grand cultivateur au monde de mais et de soja naturels?
La Chine évidemment. Et la, ca se complique.
La fin de la nourriture organique dans le monde?
Pour commencer, la Chine a décidé de ne plus exporter - a partir de cette année - ses semences de soja et de mais vers les autres pays d'Asie et d'Europe. Comme le précise un exportateur Chinois de produits organiques, ""The world market for non-GMO product is very limited. But China has been a strong supplier. Now the government does not want to allow exports". La Chine conserve donc sa production afin de subvenir aux besoins de son peuple et enrayer l'inflation galopante de ces deux dernieres années. La premiere conséquence est pour nous, consommateurs : si la tendance se confirme, il faudra aller en Chine pour manger des produits non modifiés. La guerre alimentaire, il fallait y penser.
La deuxieme conséquence fait froid dans le dos : et si la Chine passait aux OGM?
riz ogm
Alors que les scientifiques ne peuvent pas conclure a 100% que ces nouvelles races de plantes ne sont pas nocives pour la nature et les etres humains, la situation économique mondiale actuelle a accéleré le processus. Une nouvelle fois l'inflation, qui fait réflechir le Gouvernement Chinois. Celui-ci envisage désormais l'introduction de genes transgéniques... dans le riz (en sus du mais et du soja qui font déja l'objet de recherches) : "They have changed their ideas because they see the usefulness of technology for maintaining grains security, raising rural incomes and other policy goals" déclare a ce sujet un scientifique Chinois a Reuters. Mais pas seulement.
La derniere trouvaille des ingénieurs en bio-technologie? Un riz nécessitant moins de nitrogene dans le fertilisant, ce qui permettrait au Gouvernement Chinois de gagner des... points au classement des pays pollueurs selon Kyoto! Le raisonnement est simple : moins de nitrogene dans les fertilisants équivaut a moins d'émissions de dioxide de carbone, et plus d'argent pour les agriculteurs qui revendront ces "crédits carbone". La firme a l'origine de cette trouvaille s'appelle Arcadia (a sa tete un ancien VP de Monsanto) : "The widespread use of nitrogen fertiliser is reckoned to account for about one-third of agricultural emissions. Less than half the nitrogen is typically absorbed by crops, with the rest leaking into the soil and water supplies, or released to the air as nitrous oxide. The Arcadia technology inserts a gene that improves the nitrogen uptake, which means less fertiliser is needed to produce a given yield of crop".
Choisir entre la peste et le choléra? Pas vraiment : dans un des deux cas, il n'y a pas de retour possible.
Bipolarité et peoplarité
Le grenier du monde est véritablement au centre d'enjeux planétaires qui nous dépassent, meme si c'est notre sort qui est en jeu. La Chine a clairement conscience de la bombe "A" qui n'attend plus qu'a exploser. "A" comme "aliment". "A" comme "agriculture". A comme "affamés"...
Ce sont pourtant bien des etres humains qui décideront de notre futur. Human after all? Peut-etre plus pour tres longtemps.





source : asie


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire