LE CHAT DE LA STREET T.V.

lundi 1 août 2011

JUSTICE : Nouvelle injustice contre les expulsés de la barre Balzac (la Courneuve 93)

Vendredi 29 juillet, nous sommes au Tribunal de Grande Instance de Bobigny en Seine-Saint-Denis pour soutenir Madame F., enfermée depuis mercredi dernier dans les cellules souterraines du tribunal pour des pseudos « actes de rébellion » à l’encontre d’un agent de la force publique. En effet, deux jours plutôt madame F. était allée faire des courses avec son enfant le petit Ibrahim âgé de 11 mois dans un supermarché de Seine Saint Denis. Arrêtée à sa sortie du magasin pour un simple contrôle d’identité, elle est conduite au commissariat pour rébellion à l’encontre d’un agent de la force publique d’après les dires d’un gardien de la paix. Aujourd’hui, nous somme assis devant la 17ème Chambre du Tribunal de Grande Instance de Bobigny depuis plusieurs heures avec certains membres du collectif de la B.A.N (Brigade Anti Négrophobie) avec l’espoir que Madame F. soit enfin libérée avant la fin de cette longue journée. Le petit Ibrahim qui court dans les couloirs du Tribunal, a été pour sa part libéré le jour de l’interpellation après avoir été laissé par les forces de l’ordre dans sa poussettes cassée pendant l’interpellation, sans avoir été changé ni nourri jusqu'à l’arrivée de son père Moussa.
De gauche a droite Youssouf (membre de la BAN), un autre membre de la BAN,
Moussa F. et l'avocat de madame F. (de dos)

       A approximativement 22 heures 30, après avoir vu passer les affaires les plus diverses et variées, entre les dealers, les conducteurs en état d’ivresse, les voleurs à la roulotte etc. arrive enfin le tour de Madame F. pour une audience qui aura duré en tout et pour tout 15 minutes. Les avocats de la défense ayant produit un dossier d’une quinzaine de pages, le procureur et son assistante n’ont pu au vu du temps restant, étudier le document et établir à leur tour un dossier dans lequel ils pourraient démontrer la soi-disant dangerosité de Madame F. Deux gardiens de la paix étaient présents pour représenter la partie civile contre Madame F. Et après accord des différentes parties, le jugement de cette « affaire » a été reporté au 9 septembre 2011. Dans l’attente de cette nouvelle audience, Madame F. a été mise sous contrôle judiciaire et par conséquent, a pour obligation de se rendre au commissariat de police du 14ème arrondissement de Paris un mercredi sur deux afin de « pointer » jusqu’au jugement.

       Une affaire à suivre donc, car Madame F. se défend de toutes les accusations portées contre elle et souhaite, comme elle l’a déjà dit, seulement élever tranquillement son fils en compagnie de son mari machiniste dans un hôpital de la région parisienne.. Rendez-vous donc le vendredi 9 septembre à partir de 13 heures au Tribunal de Grande Instance de Bobigny pour soutenir Madame F. victime selon nous d’injustice sociale. Injustice sociale, du fait de sa situation plus que précaire car elle dort depuis plusieurs mois avec son fils et son mari sous une tente place de la Fraternité à la Courneuve (93). Et à présent, victime de la police durant cette interpellation violente pour contrôle d’identité et l’acharnement de ces mêmes policiers qui l’ont enfermée au poste avec son enfant âgé de seulement onze mois, dont le mauvais traitement qu’il a subi vu son jeune âge interroge et qui ont ensuite déposé plainte pour « actes de rébellion ».

S.T..V..


AGRESSION POLICIÈRE UNE FEMME BLESSÉE !!!! 




EXPULSÉS DE LA BARRE BALZAC JOURNÉE DE COMMÉMORATION 



1 commentaire: