LE CHAT DE LA STREET T.V.

vendredi 2 septembre 2011

PRÉSIDENTIELLE 2012 : Manuel Valls est islamophobe ?! (vidéo)



Manuel Valls dans une interview donnée au "Parisien" hier s'est exprimé à propos du débat sur la burqa en France. Il estime que le PS en s'opposant à une loi commettrait une "erreur grave", il pense en outre que ce serait respecter la République et l'Islam de l'interdire et fait une comparaison pour le moins osée avec le fait de se promener nu dans la rue. Il énonce tous les arguments qui justifieraient selon lui cette interdiction.

Il évoque une nécessité d'être identifiable dans la rue et dit se baser sur les propos de juristes sans que l'on en sache plus. Curieuse conception que celle de l'identification permanente dans l'espace public, il me semblait au contraire que la règle était que l'on puisse aller et venir anonymement et l'exception d'être contrôlé par les forces de police dans un cadre légal très précis, précisement afin de prévenir un trouble à l'ordre public. Il est donc difficile de justifier une interdiction avec le dangereux argument de l'identifiabilité permanente des personnes surtout lorsque l'on est dans un parti pour lequel la défense des libertés publiques est sacrée.

Il évoque aussi une atteinte à la liberté des personnes, en effet il se peut  que certaines femmes soient contraintes à porter la burqa et les lois de la République doivent sans aucun doute sanctionner ces atteintes à la liberté mais comment prétendre que toutes les femmes portant la burqa le fassent sous la contrainte ? Qu'en sait-on exactement ? Manuel Valls n'apporte aucune preuve pour étayer ses propos. Le professeur de droit public Denys de Béchillon, auditionné par la mission d'information sur le port du voile intégral l'a très bien dit, il faut se garder d'affirmer qu'au nom de la liberté des femmes nous pourrions leur refuser le droit de porter un tel vêtement bien qu'à titre personnel, il n'aime pas ce vêtement*, ce qui est aussi mon cas. Je suis triste que des femmes portent la burqa mais ma liberté s'arrête où commence la leur. Néanmoins, dans certaines circonstances admises par la loi ou la jurisprudence, les femmes portant la burqa doivent la retirer lorsque cela est nécessaire.

Enfin il évoque la question de la dignite humaine, une notion est très subjective car selon les uns et les autres ce que l'on trouve digne ou non peut varier. Certains peuvent par exemple penser que le port de la mini-jupe ou du string est une atteinte à la dignitité des femmes, que dire de la pornographie ou de la prostitution ? Est-ce à dire qu'il y aurait des indignités plus dérangeantes que d'autres ? Le professeur Anne Levade pendant son audition devant la mission d'information a affirmé que le rôle du législateur n'était pas de définir la dignité humaine et que la jurisprudence était peu nombreuse en France, le professeur Guy Carcassonne a lui parlé de "terrain marécageux" même s'il a estimé que sur le fondement de l'ordre public et de l'article 4 de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen, le législateur pouvait interdire le fait de dissimuler son visage dans l'espace public*... Pour lire la suite de cet article 


source : stevendutartre.fr







Debat BURKA NI P-TE NI SOUMISE MANUEL VALLS... par streettelevirtuellecompt3




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire