LE CHAT DE LA STREET T.V.

vendredi 24 février 2012

FRANCE : " Je peux vous dire qu'au Plessis il n'y a pas beaucoup d'Arabes. Je fais très gaffe " P.Pemezec UMP

trickSept élus PS des Hauts-de-Seine ont demandé au président UMP du conseil général Patrick Devedjian "de prendre toutes les mesures nécessaires" contre un de ses vice-présidents, Philippe Pemezec, cité dans un livre sur le Front national tenant des propos contre les immigrés.



Dans le livre "Bienvenue au Front - Journal d'une infiltrée", la journaliste Claire Checcaglini fait état d'une rencontre avec M. Pemezec, maire UMP du Plessis-Robinson, et lui fait dire : "Je participe aux commissions d'attribution des logements sociaux à l'office départemental des Hauts-de-Seine. Et je peux vous dire qu'au Plessis, il n'y a pas beaucoup d'Arabes. Je fais très gaffe".

Dans un courrier transmis aujourd'hui à l'AFP, les sept conseillers généraux socialistes demandent à Patrick Devedjian "de prendre toutes les mesures nécessaires face à ce comportement inadmissible, s'il était avéré, d'un des vice-présidents de notre assemblée". De plus, la présidente du groupe PS au conseil général, Martine Gouriet, dit dans ce courrier avoir "saisi le procureur de Nanterre" au titre de l'article 40 du code pénal pour qu'il "procède immédiatement à l'ouverture d'une enquête afin de faire toute la lumière sur ces allégations d'une extrême gravité".

"La discrimination en France de citoyens au motif de leur origine, qu'elle soit ethnique, géographique, culturelle ou encore religieuse dans l'attribution de logements est constitutive d'un délit", ajoutent les sept élus dans cette lettre à M. Devedjian.

Dans le livre "Bienvenue au Front - Journal d'une infiltrée" à paraître lundi aux éditions Jacob-Duvernet, Claire Checcaglini raconte son immersion de huit mois au sein du FN dans les Hauts-de-Seine et "l'islamophobie" omniprésente, selon elle, chez les militants. Dans ce livre, la journaliste raconte avoir rencontré le maire UMP du Plessis-Robinson, Philippe Pemezec, dans le cadre de la collecte des parrainages pour Marine Le Pen, et dit que l'élu lui a confié avoir "voté Jean-Marie Le Pen" au second tour de la présidentielle de 2002.

source : lefigaro.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire