LE CHAT DE LA STREET T.V.

dimanche 1 avril 2012

NOM: + 20% PAR AN, WALL STREET NE CONNAIT PAS LA CRISE



Sans surprise, c'est un biais haussier qui s'est imposé à Wall Street vendredi soir après 2 séances de repli marginal, suivies d'une quasi stabilisation jeudi.

L'essentiel était de terminer le trimestre à proximité des sommets : mission accomplie puisque la performance annuelle s'établit à +8,15% pour le Dow Jones, +12% pour le 'S&P' et +21% pour le Nasdaq-100.

Le S&P-500 a grappillé +0,37% ce vendredi et +3,1% sur le mois de mars, le Dow Jones affiche +0,5% et +2% sur le mois écoulé.

Pour mémoire, Paris perd -2,2% au cours du même intervalle, l'Euro-Stoxx50 -2,1%, soit un différentiel de performance voisin de 5% qui s'est intégralement matérialisé au cours de la dernière quinzaine.

Le Nasdaq Composite (-0,15% ce vendredi) semble plus que jamais sur une autre planète avec +4,1%, grâce au titre Apple qui affichait jeudi soir +50% depuis le 1er janvier et +11,5% en un mois.
Cette avance s'est réduite ce vendredi avec une baisse de -1,7% qui ramène le titre juste sous la barre des 600$ (contre 621$ mercredi).

Le tableau conjoncturel aux Etats Unis n'a guère participé à la fermeté des indices US: l'inflation ressort à +0,3% en février (+0,1% hors énergie) et les dépenses des ménages ont 'bondi' de +0,8% tandis que les revenus ne progressaient que de +0,2%.

Mais Wall Street n'a pas salué ces chiffres qui dépassent largement les niveaux anticipés par le consensus: ces 'stats' ne traduisent aucun retour inattendu de l'appétit de consommer mais bien l'impact négatif de la hausse des prix de l'énergie (vague de froid de la mi-février) et des carburants (qui battent des records à la pompe).

Aux Etats Unis, l'effet de ciseaux entre des revenus qui stagnent et les carburants qui flambent se traduit par un sévère repli du taux d'épargne qui chute de 4,3% vers 3,7%: les américains sont obligés de puiser dans leurs réserves pour faire face à la hausse du coût de la vie début 2012.

Côté valeurs, RIM (+7,1%) fut la principale vedette du jour après le départ d'un de ses co-fondateurs... alors que le groupe pourrait soit céder des activités, soit se mettre en vente.

Les autres gagnantes du Nasdaq furent des valeurs plutôt défensives, à l'image de Gilead +2,3%, Teva +1,9%, Broadcom +1,85%, Symantec +1,6%, Microchip +1,3%,

Beaucoup de replis dans le secteur de la distribution avec Best Buy -4,4%, Supervalue -3,7%, Staples -2,1%, Sears -1,9%.
Quelques dégagements également sur Micron -3,8%, Apple -1,7%, Sandisk -1,3%, Gogle -1,1%, Amazon -1%.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire