LE CHAT DE LA STREET T.V.

vendredi 6 avril 2012

PALESTINE: ISRAEL VOLE L'EAU DES PALESTINIENS POUR LA LEUR REVENDRE

Le jeudi 22 Mars, la Journée mondiale de l'eau a été célébrée comme un moyen d'attirer l'attention sur l'importance de l'eau douce. Chaque jour, des êtres humains consomment beaucoup d'eau pour leurs besoins quotidiens, gaspillant plus de litres que nécessaire. Une utilisation efficace de l'eau est impérative car, même si elle est réutilisable, l'eau n'est pas une ressource inépuisable. Dans les territoires palestiniens occupés notamment, l'accès à suffisamment d'eau et donc l'approvisionnement alimentaire est sous pression.


Jeudi dernier, lors de la Journée mondiale de l'eau, une protestation appelée « Soif de justice » a eu lieu en face de la Haute Cour israélienne de Justice à Jérusalem pour manifester pour le droit des Palestiniens à l'eau. Une autre manifestation avait lieu en même temps à Ramallah. Des employés de l'autorité palestinienne de l'eau, l’association Emergency Water Sanitation and Hygiene group (EWASH) et des étudiants marchèrent vers le ministère de l'Agriculture pour remettre une pétition. Dans cette pétition, ils ont réclamé plus d'actions sur la situation actuelle de l'eau dans les territoires palestiniens occupés.

Bien que le droit à l'eau soit un droit humain universel, les autorités israéliennes refusent aux Palestiniens leur accès fondamental à l'eau.

La consommation moyenne quotidienne d'eau palestinienne est d'environ 70 litres par personne, bien en dessous des 100 litres recommandés par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) pour couvrir les besoins domestiques et des services publics. En revanche, la consommation moyenne quotidienne israélienne par habitant est environ quatre fois la moyenne palestinienne (300 litres). Ceci est en contraste avec les niveaux européens où, par exemple la consommation journalière moyenne d'eau au Royaume-Uni est de 149 litres par personne alors qu'en France elle est de 287 litres par personne.

Les politiques et pratiques israéliennes limitent l'accès des Palestiniens à l'eau à laquelle ils ont droit en vertu du droit international. Israël contrôle toutes les sources d'eau douce en Cisjordanie. Les Palestiniens ne sont autorisés, selon les Accords d'Oslo, qu’à prendre 20 pour cent du « potentiel estimé » de la nappe phréatique de montagne située sous la Cisjordanie ; Israël récupère le reste. De ce fait, les Palestiniens de la Cisjordanie sont obligés d'acheter plus de la moitié de leur eau à Israël. Israël vole l'eau de l'aquifère de montagne dont une part équitable doit revenir aux Palestiniens, et la leur revend.

Dans la bande de Gaza, 90 à 95 % de l'aquifère côtier, dont les habitants de Gaza dépendent, est contaminée en raison de la surexploitation et de la contamination par les eaux usées, ce qui la rend impropre à la consommation humaine. Les Palestiniens de Gaza n'ont guère d'autres sources d'eau à leur disposition.

La campagne « Soif de Justice » vise à mobiliser les citoyens européens afin qu’ils exigent de leurs gouvernements qu’ils fassent pression sur Israël pour changer ses politiques et pratiques afin de se conformer au droit international et de respecter les droits humains des Palestiniens. La campagne se poursuivra jusqu'à la fin de l'année 2012.

Objectifs de la campagne

"Israël" doit respecter les droits des Palestiniens à l'eau et l'assainissement ; les Palestiniens de Cisjordanie doivent avoir l’accès et le contrôle de leur part de l'aquifère afin qu'ils puissent satisfaire leurs besoins en eau. Depuis 1967, Israël n'a pas autorisé les Palestiniens à creuser de puits dans l'aquifère occidental, la plus grande et la plus productive source d'eau en Cisjordanie . L'Union Européenne doit appeler Israël à lever les restrictions et à respecter ses engagements en permettant aux Palestiniens d'y avoir des puits.

Les Palestiniens de Gaza doivent être autorisés à remettre en état leur aquifère et développer des solutions alternatives, y compris avoir accès à leur part de l'aquifère de montagne de Cisjordanie et au Jourdain.

Les Palestiniens doivent être autorisés à développer les infrastructures :

- Les matériaux de reconstruction et d'entretien doivent être autorisés à entrer dans la bande de Gaza sans délai. Il est urgent que les Palestiniens soient autorisés à moderniser les installations de traitement des eaux usées pour accroître leur capacité et minimiser l'impact sur ​​la santé publique.
- La construction dans la zone C, qui comprend 60% de la Cisjordanie et est encore sous total contrôle militaire israélien, doit être autorisée sans délai, et les démolitions doivent cesser immédiatement. Le système de permis doit cesser d'entraver la construction de petites infrastructures telles que la connexion aux réseaux d'eau et d'égouts ou la construction de stations d'épuration.

Une plus grande responsabilisation pour les violations du droit international :

L'Union européenne et les États membres doivent exiger qu'Israël indemnise les retards ou les destructions des projets financés par l'UE. Il faut demander à Israël d’indemniser les collectivités pour les projets bloqués et les ressources qu'il s'est appropriées, en accord avec ses obligations en tant que la Puissance occupante.

Article du 27 mars 2012

Vous pouvez signer la pétition ici: ipetitions.com



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire