LE CHAT DE LA STREET T.V.

dimanche 27 mai 2012

FRANCE: LES MENSONGES CONTINUES AUTOURS DE L'AFFAIRE MERAH

"Tu tues mes frères, je te tue", c'est le 11 mars que Mohamed Merah, 23 ans, commence son équipée sanglante. Il assassine le maréchal des logis-chef Imad ibn Ziaten, du 1er régiment du train parachutiste à Toulouse, d'une balle tirée à bout portant. Le 15 mars, deux militaires du régiment du génie parachutiste de Montauban, le caporal Abel Chennouf et le première classe Mohamed Legouad sont exécutés à leur tour. Loïc Liber, première classe, est, lui, gravement blessé. Le 19 mars 2012, le tueur franchit encore un pas dans l'horreur : il s'en prend à l'école juive Ozar-Hatorah. Myriam Monsonego, 8 ans, Gabriel Sandler, 4 ans, et son frère Arié, 5 ans, ainsi que leur père, Jonathan Sandler, enseignant, sont abattus à l'entrée et dans la cour de cet établissement toulousain.



Polémique

L'auteur des faits est enfin identifié. La DCPJ et la DCRI aidées du Raid organisent un dispositif de surveillance autour du domicile de Mohamed Merah, rue du Sergent-Vigné, un quartier plutôt résidentiel de la Ville rose. Nous sommes le 21 mars, il est 3 h 15...

Le rapport du contrôleur général Amaury de Hauteclocque, chef du Raid, date du 23 mars dernier. Il fait suite à une polémique qui s'est développée après une intervention qui a surpris par sa durée (plus de 30 heures), sa violence (six hommes du Raid ont été blessés dans l'opération), son issue : l'homme devait être interpellé, il sera finalement abattu.

Le patron du Raid revient donc en détail sur l'intervention de ses équipes : comment les hommes du Raid ont été accueillis par un Merah déchaîné, alors qu'ils pensaient le surprendre, comment Merah les a bernés, leur laissant croire qu'il était "dans les meilleures dispositions pour accepter le protocole de reddition".

"Impérieuse nécessité de l'interpeller"

Le rapport d'Amaury de Hauteclocque explique surtout pourquoi Merah est mort, alors que l'objectif était de le prendre vivant. Il souligne que consigne avait été donnée aux policiers de "conserver à l'esprit l'impérieuse nécessité de l'interpeller et d'interpréter avec la plus stricte rigueur les conditions de la légitime défense".

C'est comme à regret qu'Amaury de Hauteclocque conclut son rapport : "Malgré les efforts déployés, en retardant au plus loin ses actions légitimes de riposte proportionnée qui auraient permis de mettre un terme plus tôt aux tirs dont nous étions l'objet et de préserver l'intégrité de ses personnels [...], le Raid n'est pas parvenu à interpeller Mohamed Merah et à le maintenir en vie contre son gré."[...]

la suite de cet article sur le site lepoint.fr 


REMARQUE: 


Street T.V tien a préciser ne pas du tout croire a la thèse officiel sur la mort de Mohamed Merah et ces doutes sont fondées après la lecture de plusieurs articles. Pour plus d'information sur la réalité de l'affaire Merah a voir ces articles :

FRANCE: "TOULOUSE-GATE" LES PREUVES D'UN MENSONGE D'ETAT !!

FRANCE: LE PASSEPORT DE MOHAMED MERAH CONFIRME SON VOYAGE EN ISRAËL

FRANCE: L'ASSASSINAT DU RABBIN ET DE SES ENFANTS A TOULOUSE DIRIGÉ PAR ISRAËL ?




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire