LE CHAT DE LA STREET T.V.

lundi 4 juin 2012

FRANCE: TROIS JEUNES DE RELIGION JUIVE AGRESSÉS A VILLEURBANNE

Trois jeunes hommes de confession juive, portant une kippa, ont été agressés samedi soir à Villeurbanne, près de Lyon (Rhône), par une dizaine d'individus. L'un d'eux a reçu un coup de marteau à la tête. Brièvement hospitalisés, ils sont ressortis tous les trois de l'hôpital avec 5 jours d'interruption totale temporaire.


«C'est très grave, c'est une violence insupportable», a réagi lundi Jean-Marc Ayrault, en marge d'une visite en Lorraine. Selon le Premier ministre, «il faut mener en permanence le combat contre toutes les formes d'antisémitisme, de racisme. Il faut le faire à la fois à travers la fermeté mais aussi l'éducation». «Faisons preuve de fermeté et en même temps éduquons, transmettons», a-t-il fait valoir.

«Une attaque délibérée contre notre modèle républicain»

Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, avait auparavant dénoncé cette agression. «Ces actes d'une extrême gravité sont une attaque délibérée contre notre modèle républicain qui doit permettre à tous, sans distinction, de vivre librement et en toute sécurité son appartenance religieuse», a réagi le ministre de l'Intérieur dans un communiqué.

Les faits se sont déroulés samedi vers 18h30, à proximité de l'école juive Beth Menahem de Villeurbanne. Les trois jeunes d'une vingtaine d'années, portant une kippa, ont été «insultés et bousculés par trois individus», qui ont été rejoints quelques minutes plus tard par «une dizaine de personnes» armées de barres de fer. S'en est suivi un «échange de coups» durant lequel «deux des trois jeunes» ont reçu «un coup de marteau et un coup de barre de fer au niveau de la tête», selon la police. Le troisième jeune a été frappé au bras.

Des patrouilles supplémentaires à Villeurbanne

A leur sortie de l'hôpital, les trois victimes ont déposé plainte après avoir été entendues par les services de police, qui ont ouvert une enquête. Des patrouilles supplémentaires ont été affectées à Villeurbanne afin de «renforcer la sécurisation du secteur», a indiqué la police. Pour l'heure, aucune interpellation n'avait eu lieu.

La police lyonnaise a confirmé n'avoir pas souhaité jusqu'à dimanche soir rendre publique l'agression - révélée par Manuel Valls - invoquant «le secret de l'enquête» par souci d'efficacité. «On cherche les auteurs dans la plus grande discrétion», a déclaré un responsable policier.

«Nous demandons à la police de tout mettre en oeuvre pour identifier et interpeller les auteurs, que les victimes sont en mesure de reconnaître», a déclaré l'organisation (BNVCA), bureau national de vigilance contre l'antisémitisme, dans un communiqué. «On est au XXIème siècle et on a des jeunes qui sont agressés à coups de barre de fer et de marteau parce qu'ils portent une kippa», a réagi de son côté, Alain Jakubowicz, président de la Licra et avocat lyonnais.

«Emotion» et «indignation» des élus de Lyon et de Villeurbanne

Evoquant le fait que les agresseurs semblent être d'origine maghrébine, ce dernier a appelé à «se méfier du délit de faciès», tout en évoquant les tensions entre communautés arabe et juive autour du conflit israélo-palestinien, «avec l'identification du juif au sioniste».

Le président du Consistoire israélite Joël Mergui s'est, quant à lui, insurgé contre «la banalisation des actes antisémites». Il a souhaité que «chaque acte antisémite devait être traité comme un fait exceptionnel, grave et pas comme un acte banal». Le sénateur-maire de Lyon, Gérard Collomb, a estimé que cette agression «témoigne de comportements antisémites que nous ne saurions tolérer». Le maire de Villeurbanne, Jean-Paul Bret, a également fait part de son «émotion» et de son «indignation».

Les services de police n'ont, pour le moment, donné aucune indication sur les circonstances exactes de cette agression.

source: leparisien.fr


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire