LE CHAT DE LA STREET T.V.

mercredi 13 juin 2012

TUNISIE: UNE EXPOSITION ISLAMOPHOBE TOURNE MAL A TUNIS (VIDÉO)

Le calme semblait prévaloir mercredi, notamment dans les cités de l'ouest de Tunis, après les deux journées de violences de lundi et mardi où un homme de 22 ans a été tué et une centaine d'autres blessés dont 65 policiers. Des heurts sans précédent depuis la chute du Ben Ali en janvier 2011. Plus de 160 personnes ont été arrêtées.


Mercredi le couvre-feu en vigueur dans huit gouvernorats du pays a été allégé de deux heures. Des affrontements avaient encore eu lieu entre un groupe de salafistes et des habitants d'une cité de Jendouba.

Des œuvres jugées offensantes pour l'islam décrochées dimanche. Tout semble avoir commencé avec une manifestation artistique annuelle, le Printemps des Arts, qui s'est achevée dimanche à La Marsa, en banlieue nord de Tunis. Au dernier jour de l'exposition, un «huissier de justice» et un «avocat» dont les mandataires sont inconnus à ce jour, sont venus réclamer le décrochage d'œuvres jugées offensantes pour l'islam. En cause notamment: un tableau de l'artiste Mohamed Ben Slama représentant une femme quasi nue avec en arrière plan des hommes barbus, et un toile façon bande dessinée représentant un salafiste furieux. Dans la soirée de dimanche, des groupes d'assaillants identifiés comme salafistes se sont introduits dans le palais et ont détruit des œuvres.

De nombreux délinquants parmi les interpellés. Lundi soir et mardi, des violences ont éclaté simultanément dans plusieurs points de Tunis et sa banlieue, ainsi que dans des villes du nord-ouest et du sud de la Tunisie. Des postes de police, des locaux syndicaux et de partis politiques d'opposition, un tribunal, ont été attaqués ou incendiés. Le ministère de l'Intérieur et plusieurs témoins mettent en cause «des groupes de salafistes et de casseurs mêlés». Parmi les 160 personnes arrêtées figurent de nombreux délinquants ayant des antécédents judiciaires, selon l'Intérieur.

Le pouvoir condamne les «extrémistes» tout comme «l'atteinte au sacré» Dans un communiqué publié mercredi au nom de «trois présidences» tunisiennes (République, Assemblée constituante et gouvernement), l'Etat a condamné «des groupes extrémistes qui menacent les libertés», allusion implicite aux salafistes impliqués dans les violences. Le texte met aussi en cause «des spectres du régime déchu qui tentent de mettre en échec le processus de transition», accréditant la thèse d'une infiltration des salafistes par des ex RCdistes, les membres du parti dissous RCD de Ben Ali. Toutefois, les trois présidences condamnent également «l'atteinte au sacré», qui «ne procède pas de la liberté d'opinion et d'expression et qui vise à provoquer et à semer la discorde ainsi qu'à profiter d'une situation sensible pour nourrir les tensions».

Des artistes consternés. Des artistes tunisiens ont fustigé la lâcheté du gouvernement, qui a mis en cause «les provocations artistiques» dans la vague de violences des derniers jours. Mardi soir, le ministre de la Culture Mehdi Mabrouk, un sociologue indépendant et respecté, a annoncé son intention de porter plainte contre les organisateurs de l'exposition de La Marsa. Peintres, plasticiens, cinéastes, ils étaient une petite trentaine mercredi matin devant le ministère de la Culture à brandir quelques pancartes: "retirer à l'art sa fonction subversive, c'est l'assassiner".

source: leparisien.fr

REMARQUE:

Malgré ce que nous cet article du parisien d'autres témoignages nous donne une version totalement différentes.. De plus pas un mot sur la mort de civil lors de ces affrontements. Pour certain l'art est un exutoire mais pourquoi se sentir obligés d'insulter plus d'un milliard de croyants. Une pseudo exposition qui caricaturerait par exemple les juifs ou les homosexuels seraient immédiatement pris pour cible par les autorités de la majorité des pays du globe une chose qui n'est pas négative en soie mais pourquoi ne pas avoir le même traitement pour l'Islam que pour le Judaïsme ou toutes autres communautés.

S..T.V
Sobhan ALLAH écrit avec des insectes
















Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire