LE CHAT DE LA STREET T.V.

dimanche 12 août 2012

PALESTINE: LES GRÉVISTES DE LA FAIM SE FONT TABASSER PAR L’ARMÉE ISRAÉLIENNE


« Nous sommes indignés par les mauvais traitements et les attaques violentes sur les prisonniers palestiniens en général, et en particulier dans les cas des grévistes de la faim, en situation si fragile », a déclaré un communiqué de presse conjoint de l’organisation de soutien aux prisonniers Addameer et des organisations de défense des droits de l’homme, Al-Haq et Physicians for Human Rights -Israël (PHR-IL).

« Nous exhortons la communauté internationale à intervenir auprès d’Israël pour la défense de ces détenus avant que leur état ne se détériore encore davantage. »

Les médecins et avocats des organisations qui ont pu visiter les prisonniers dans le centre médical de la prison de Ramleh ont exprimé une préoccupation particulière pour la vie de deux détenus administratifs, Samer Al-Barq et Hassan Safadi, qui ont fait l’objet de mauvais traitements systématiques de la part de l’IPS (administration pénitentiaire israélienne).

« Dans le proche avenir, la santé des deux grévistes va se détériorer encore plus, et donc leur état requiert une attention particulière et une surveillance étroite », a déclaré un médecin de PHR-IL à la suite de sa visite aux prisonniers.

Les deux détenus refusent à présent les vitamines et sels minéraux, afin de protester contre « les traitements humiliants et violents par le personnel de l’IPS ». Le même médecin a demandé que les patients soient examinés une fois par semaine par un médecin impartial, sans la nécessité d’une ordonnance du tribunal.

Les médecins de PHR-IL ont également signalé que la petite cellule de 1,5 sur 1,8 mètre, partagée par les deux prisonniers, n’avait pas un espace suffisant pour les fauteuils roulants dont ils ont besoin pour leurs activités quotidiennes, comme aller aux toilettes et à la douche.

Selon les organisations, Samer Al-Barq, qui est actuellement à son 78e grève de sa seconde grève de la faim - après avoir déjà accompli une grève de la faim de 30 jours - « a été violemment tabassé lors de son transfert » de Ramleh vers le tribunal militaire d’Ofer le 31 juillet.

Les forces spéciales IPS sont réputées pour leur traitement particulièrement brutal des prisonniers pendant les transferts.

Hassan Safadi, qui est maintenant à son 48e jour de grève de sa seconde grève de la faim - après une première grève de la faim de 71 jours - a fait état de mauvais traitements similaires de la part du personnel de l’IPS qui effectue régulièrement des fouilles violentes dans leur cellule.

Dans un de ces raids « ils l’ont insulté et roué de coups sur tout le corps », le laissant avec une jambe blessée.

En juin, Israël a rompu un accord conclu avec le comité des prisonniers palestiniens et qui mettait fin à une grève de la faim de masse, en renouvelant la détention de Hassan Safadi pendant encore six mois.

Hassan Safadi est emprisonné depuis le 29 juin 2011 (sans procès ni même accusation) et le renouvellement de sa détention administrative constitue une violation de l’accord entre le comité des prisonniers et les responsables israéliens des prisons.

La grève de la faim de masse de plus de 2000 prisonniers palestiniens dans les prisons israéliennes plus tôt cette année, était une protestation contre la cruelle politique israélienne de détention administrative, ainsi que contre les conditions difficiles qui leur sont imposées pendant leur emprisonnement.

La grève avait pour but de faire pression sur Israël pour abandonner la détention administrative, mais l’État juif n’a pas répondu aux demandes de changement de sa politique vis à vis des prisonniers.

Cette loi remonte à l’époque du mandat britannique sur la Palestine historique et permet à Israël de détenir les Palestiniens sans inculpation pendant des périodes de six mois renouvelables, sans limite de temps.

Amnesty International et Human Rights Watch ont déjà condamné cette politique comme étant une violation du droit international humanitaire.

Deux autres prisonniers politiques palestiniens sont en grève de la faim : Ayman Sharawna et Samer Al-Issawi, depuis respectivement 38 et 7 jours. Les deux ont été libérés en octobre dernier suite à un échange de prisonniers, et par la suite kidnappés à nouveau.

Israël a été accusé de mettre en œuvre une véritable politique d’apartheid envers les Palestiniens autochtones.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire