LE CHAT DE LA STREET T.V.

mercredi 21 novembre 2012

PALESTINE : LE CHEF DU BUREAU POLITIQUE DU HAMAS REMERCIE L'EGYPTE ET L'IRAN

Khaled Mechaal, chef en exil du bureau politique du Hamas, a estimé mercredi qu’Israël avait échoué dans son «aventure» dans la bande de Ghaza et s’était rallié aux conditions posées par les Palestiniens. «Loué soit Allah», a-t-il lancé lors d’une conférence de presse au Caire, ajoutant qu’Israël avait «échoué dans son aventure». Il a dit que si les Israéliens respectaient la trêve, les Palestiniens en feraient de même. Même chose en cas de non-respect de la part de l’Etat hébreu.

Le responsable du Hamas, qui gouverne l’enclave côtière soumise depuis des années à un blocus israélien, a remercié l’Egypte pour le rôle qu’elle a joué dans l’accord de cessez-le-feu qui vient d’entrer en vigueur. Il en a fait de même avec l’Iran, cette fois pour avoir armé et financé les Ghazaouis en dépit de divergences dans la crise syrienne. Le Hezbollah soutient le Hamas malgré sa position sur la Syrie Le chef du Hezbollah Hassan Nasrallah a assuré quant à lui que le mouvement shiite libanais soutenait les dirigeants du Hamas à Gaza face à l’opération militaire israélienne, insistant que ce soutien n’était pas remis en cause par leurs divergences concernant la crise syrienne. «L’Iran, la Syrie et le Hezbollah ne vont pas abandonner le peuple de Ghaza et sa résistance, et c’est une obligation religieuse, morale, et humanitaire», a déclaré Nasrallah dans un discours retransmis à ses partisans sur un écran géant, dans la banlieue sud shiite de Beyrouth. Le Hezbollah est un allié des régimes iranien et syrien Damas a longtemps soutenu le Hamas, mais le mouvement islamiste palestinien a apporté son soutien aux rebelles syriens. La rupture avait été consommée avec une attaque en règle en octobre de la télévision officielle syrienne contre M. Mechaal, accusé d’ingratitude et d’avoir «vendu la résistance pour le pouvoir», pour avoir exprimé son «soutien à la révolution du peuple syrien» lors d’un congrès en Turquie, à couteaux tirés avec le régime syrien. Les autorités syriennes ont par ailleurs fermé le 6 novembre les bureaux du Hamas dans le pays. Les Frères musulmans, influents au sein de l’opposition syrienne, sont idéologiquement proches du mouvement palestinien. Le chef du Hezbollah a également appelé lundi les dirigeants arabes à fournir des armes au Hamas, tournant en dérision des États du Golfe comme le Qatar et l’Arabie Saoudite, qui arment les rebelles syriens. «Israël parie maintenant sur la liquidation du stock de roquettes de la résistance palestinienne, il est de notre devoir d’ouvrir les frontières et d’envoyer des armes à la résistance à Ghaza», a affirmé M. Nasrallah. «Certains envoient des armes en Syrie mais n’osent pas envoyer une seule balle en Palestine, à cause de la présence d’Israël», a-t-il ajouté.

source : alterinfo.net

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire