LE CHAT DE LA STREET T.V.

jeudi 31 janvier 2013

FRANCE :8.5 millions de personnes sont concernées par la crise du logement

Selon la Fondation Abbé Pierre, plus de 8,5 millions de personnes sont désormais concernées, de près ou de loin, par la crise du logement.


Le mal-logement en France s'aggrave, dénonce dans son 18e rapport la Fondation Abbé Pierre, qui tire une nouvelle fois la sonnette d'alarme face à une crise qui s'accentue et s'élargit, malgré les premières mesures du gouvernement pour lutter contre ce fléau. "Les nouvelles sur le front du logement ne sont pas bonnes", résume Patrick Doutreligne, délégué général de la Fondation, dont le rapport est dévoilé vendredi à Paris, après une présentation à François Hollande, à sa demande, dès jeudi à l'Élysée. Selon la Fondation, 685 000 personnes sont dépourvues de logement personnel en France (dont 133 000 sans domicile fixe), mais au total 3,6 millions sont "non ou mal logées" et plus de 5 millions sont "fragilisées" par la crise du logement.

La crise économique de 2008-2009 continue de produire "des effets particulièrement inquiétants", en particulier pour les plus modestes, qui sont les premiers touchés par la montée du chômage et de la pauvreté. Signe d'une dégradation de la situation pour les locataires, "les impayés progressent" et de "nouveaux records" ont été atteints pour les expulsions (113 000 en 2011). Les familles s'adaptent au prix de "toujours plus de renoncements, avec une gymnastique budgétaire qui ne tient plus", souligne Christophe Robert, délégué général adjoint. En 2011, plus de 6 millions de ménages ont bénéficié d'une aide au logement, soit le "niveau le plus élevé" depuis la création de ces aides.
Pour la Fondation, le cas de Mme L., trois enfants et en "mi-temps contraint", est révélateur. La jeune femme gagne 500 euros. Elle parvient à payer une partie de son loyer de 680 euros grâce à l'APL (aide personnalisée au logement). Mais les 240 euros qui restent à sa charge représentent 50 % de son salaire et limitent drastiquement les autres dépenses essentielles.

Une demande de "cohérence"

Pour les sans-domicile, la Fondation observe que l'augmentation des appels au 115 "se manifeste dans des territoires jusqu'à présent épargnés, y compris dans les zones rurales". Les logements inconfortables ou surpeuplés ne sont d'ailleurs pas l'apanage de Paris et des grandes villes chères. "De façon inattendue", c'est dans les grandes villes à prix bas que le mal-logement est le plus présent, concernant près de 4 ménages sur 10.
L'explosion du nombre de familles monoparentales (1,7 million de ménages) génère aussi de nouvelles situations de mal-logement, auxquelles répondent mal les politiques publiques. Il faudrait "plus de réactivité et de souplesse face à une multiplication des étapes de la vie", demande la Fondation. La Fondation cite l'exemple de Perrine, 30 ans, qui vit dans un logement social avec ses trois enfants en garde alternée. Mais dans le calcul des aides au logement, ses enfants sont pris en compte pour son ex-conjoint et elle ne reçoit que 72 euros d'APL. Impossible pour elle de garder son 4 pièces, avec 770 euros le loyer pour un salaire de 1 138 euros.
En attendant la grande loi-cadre sur le logement et l'urbanisme prévue en juin, la Fondation salue d'ores et déjà l'encadrement des loyers à la relocation, le passage de 20 à 25 % de logements sociaux par commune dans la loi SRU, ainsi que la cession de terrains publics pour en construire. Mais pour atteindre l'objectif de produire 500 000 logements par an, dont 150 000 logements sociaux, comme préconisé dans le "Contral social" qu'avait signé le candidat Hollande, il faudra que l'État s'implique davantage financièrement, insiste la Fondation. Elle réclame surtout une vraie "cohérence" de la politique du logement, pour que les plus modestes, fragilisés par la crise, ne se retrouvent pas à la rue, contraints alors de faire appel à l'hébergement d'urgence déjà totalement engorgé.

source : lepoint.fr

REMARQUE : 
Pour venir en aide aux personnes qui en ont besoin vous pouvez téléphoner au 115 du particulier ou contacter l'association Au Coeur de La Précarité qui organise des maraudes et permet de parrainer un sans abris ...








http://le-115-du-particulier.fr/









http://www.aucoeurdelaprecarite.com/ 



FRANCE : Deux hommes (stupides) braquent une école en plein jour

image Informacyde
Une école pri­maire de Seine-Saint-Denis a été bra­quée la semaine der­nière par deux mal­fai­teurs équi­pés d'armes à feu, qui ont pris la fuite après s'être fait remettre près de 200 euros par la direc­trice de l'établissement, a-t-on appris ven­dredi de sources concordantes.
Les faits se sont dérou­lés "en pleine jour­née" le jeudi 24 février, à l'école Paul Eluard de Bobigny, a pré­cisé une source proche de l'enquête.
"Les deux mal­fai­teurs étaient cagou­lés et armés. Ils se sont intro­duits dans l'école aux alen­tours de 16h00, puis sont entrés dans le bureau de la direc­trice et l'ont obligé à leur remettre de l'argent contenu dans un coffre", a raconté cette source.
Selon une source proche du dos­sier, les mal­fai­teurs ont pris la fuite avec 200 euros, à l'origine des­ti­nés à finan­cer une sor­tie scolaire.
Contactée par l'AFP, la mère d'un enfant sco­la­risé dans l'établissement s'est dite "cho­quée" par l'intrusion des deux bra­queurs, "comme l'ensemble des parents" d'élève de l'école.
"On est sur­pris que ces per­sonnes aient pu s'introduire aussi faci­le­ment", a-t-elle déclaré. "A cette heure-là, tous les élèves étaient encore dans l'établissement, à l'intérieur des classes. Ca aurait pu très mal finir", s'est elle inquiétée.
"Ce type d'incident n'était jamais arrivé, c'est très inha­bi­tuel. On ne com­prend pas pour­quoi ces gens sont venus cher­cher de l'argent dans une école", a assuré pour sa part la maire de Bobigny, Catherine Peyge (PC), qua­li­fiant ces faits d'"inadmissibles".
"Nous espé­rons que les auteurs de l'agression seront rapi­de­ment iden­ti­fiés et inter­pel­lés", a-t-elle ajouté.
Selon l'inspection aca­dé­mique de Seine-Saint-Denis, la police s'est immé­dia­te­ment ren­due dans l'école après le bra­quage. "Une cel­lule psy­cho­lo­gique a été mise en place" et "une réunion d'information a eu lieu avec les parents d'élèves", a pré­cisé Cécile Tabarin, chef de cabi­net de la direc­tion académique.
Suite à ces évène­ments, une équipe mobile de sécu­rité a été déployée dans l'école pour une durée de semaine. "Nous nous sommes enga­gés à ce qu'un emploi d'avenir soit ensuite créé pour assu­rer la sécu­rité de l'école. le contrat devrait être signé dans les pro­chains jours", a indi­qué Mme Tabarin.

source : vousnousils.fr



ISRAËL : Un rapport de l'ONU épingle l’État sioniste sur les colonisations

Un rapport d'experts indépendants commandé par la Conseil des droits de l'Homme des Nations unies demande l'arrêt immédiat des colonisations dans les territoires palestiniens occupés et le retrait progressif de tous les colons. Selon ce document, rendu public jeudi à Genève, «un nombre important de droits de l'homme des Palestiniens sont violés de manières et de façons diverses en raison de l'existence de ces colonies de peuplement».


Mission internationale indépendante d'établissement des faits

«Conformément à l'article 49 de la quatrième Convention de Genève, Israël doit cesser toute activité de peuplement dans les colonies et ce sans conditions préalables. Il doit immédiatement commencer un processus de retrait de tous les colons des territoires occupés», souligne le rapport dans ses recommandations. Ce document sera soumis le 18 mars aux 47 Etats membres permanents du Conseil des droits de l'Homme des Nations unies. Celui-ci avait mandaté «une mission internationale indépendante d'établissement des faits» pour étudier les effets des colonies de peuplement dans les territoires palestiniens. La mission est constituée de troix experts, la Française Christine Chanet, la Pakistanaise Asma Jahangir et la Botswanaise Unity Dow.

«Colonies établies et développées pour le bénéfice exclusif des Israéliens juifs»

La mission appelle «tous les Etats membres» des Nations unies à assumer leurs et responsabilités, au regard des lois internationales, dans leurs relations avec un Etat «violant les normes péremptoires des lois internationales», spécifiquement en «ne reconnaissant pas une situation illégale résultant des violations israéliennes».

Le rapport indique que «les colonies de peuplement sont établies et développées pour le bénéfice exclusif des Israéliens juifs. Elles sont maintenues et développées à travers un système de ségrégation entre les colons israéliens et la population habitant dans les territoires occupés (...) Ce système est soutenu et facilité par un contrôle militaire et de maintien de sécurité stricts au détriment des droits du peuple palestinien».

Un rapport «biaisé» qui «sape les efforts» de paix, selon Israël

Israël boycotte depuis mars 2012 les réunions du Conseil des droits de l'Homme, suite au mandat donné par celui-ci à cette mission. Il ne s'est pas présenté mardi pour l'examen périodique de la situation des droits de l'Homme en Israël, devenant le premier Etat à boycotter ce processus régulier des Nations unies.

Israël a aussitôt rejeté ce rapport, le jugeant «biaisé». Dans un communiqué diffusé jeudi, le ministère israélien des Affaires étrangères explique: «Des mesures contre-productives telles que ce rapport ne feront que saper les efforts pour trouver une solution durable au conflit israélo-palestinien».

source : leparisien.fr 



MONDE : Les industriels fabriquent des produits avec une durée de vie limitée (reportage)

Les téléviseurs Samsung et L.G sont-ils produits pour tomber en panne plus vite et pour être irréparable ? 

 





mercredi 30 janvier 2013

USA : La nounou de Barak Obama était un transexuel au triste destin

 Barack Obama n'a pu passer à côté des déclarations de son ancienne nounou indonésienne, transsexuel de 66 ans, qui l'a élevé lorsqu'il vivait avec sa mère et son beau-père à Jakarta. Une anecdote qui a beaucoup fait parler, révélant une anecdote plutôt amusante du passé du locataire de la Maison blanche.


Turdi, qui est le nom d'origine de ce transsexuel, s'est toujours considéré comme une femme, et se fait d'ailleurs appeler depuis toujours Evie, un prénom féminin. Victime d'agressions dans son pays, où les transsexuels ne sont pas acceptés du tout, Turdi a préféré depuis quelques années s'habiller exclusivement en homme. Avant cela, il a connu la prostitution. Aujourd'hui, il survit à peine en blanchissant le linge de ses voisins.
Et il aimerait juste revoir Barack Obama. Qu'il appelait Barry à l'époque.
La Maison blanche n'a à ce jour fait aucun commentaire. Turdi, quant à lui, attire l'attention sur lui pour enfin réaliser son rêve : "Revoir son petit Barry." Ce n'est d'ailleurs que très récemment qu'il a réalisé que le petit garçon qu'il avait élevé était devenu le président des États-Unis. Lorsqu'il a vu une photo de famille...
Turdi évoque un enfant bon et tolérant qui ne l'a jamais jugé, un garçon de 8 ans très compréhensif. Il explique : "Je pense que sa mère savait qui j'étais vraiment. Quand je me coupais les cheveux court, elle me disait : 'Tu es mieux quand ils tombent jusqu'aux épaules'. Les Obama m'ont toujours traité comme un membre de la famille. Je me sentais comme libéré de prison quand je m'habillais en femme. Mais j'ai toujours gardé une apparence masculine devant Barry. Il était trop jeune pour connaître notre monde."
Evie/Turdi avoue en revanche avoir du mal à croire que le jeune Barack n'ait jamais remarqué ses manières efféminées qui le "trahissent tout de suite" : "Je crois qu'il savait mais prétendait le contraire. Il était curieux et voulait toujours tout savoir mais il ne m'a jamais posé de questions et il m'a toujours traité normalement. Barry ne discriminait personne. Il était ami avec tout le monde. C'était un garçon facile, qui riait souvent, plaisantait beaucoup. Quand j'allais le chercher à l'école, ses amis se moquaient de moi et criaient 'Banci! Banci!' ('travelo'), il faisait semblant de rien et me disait : 'Allez, rentrons à la maison'."
Conscient que Barack Obama n'aura certainement pas de temps à lui accorder, lui qui est en pleine campagne pour la présidentielle, Turdi affirme juste : "Je n'attends rien de lui. C'est impossible qu'il vienne me voir ici. Et aller en Amérique, ça n'arrive qu'en rêve. Mais j'aimerais vraiment le revoir. Rien de plus. Si le Barry que j'ai connu est le même que le numéro un de l'Amérique, je suis sûr qu'il m'acceptera tel que je suis, transsexuel ou pas."
[...]

source : purepeople.com

DESINFORMATION : Le sionisme une conspiration contre les juifs !! (2 vidéos)

Le sionisme : Une conspiration contre les Juifs


Par Henry Makow Ph.D. Le 27 juin 2004


En 1935 le vapeur « Tel Aviv » a fait son premier voyage depuis l’Allemagne nazie vers Haïfa avec des lettres hébraïques sur son étrave, et un drapeau nazi flottant sur son mât. Le capitaine du bateau de propriété sioniste était un membre du parti nazi. Un passager a décrit le spectacle comme une « absurdité métaphysique ».
En fait c’était parfaitement sensé.
Le bateau transportait les juifs allemands qui avaient décidé de profiter du programme « Haavara », qui leur permettait d’échanger leur argent contre sa valeur en produits allemand en Palestine. En conséquence, la jeune colonie juive a reçu environ 70 000 juifs allemands fortement instruits et 140 millions de valeurs en Reichmarks pour de l’équipement industriel allemand. Ceci a créé la base de l’infrastructure d’Israël.

L’arrangement a aussi boosté l’économie nazie à un moment où les juifs du monde entier boycottaient les produits allemands. (Ma source principale est « Les Contacts Secrets » par Klaus Polkehn, un éminent journaliste allemand. Elle est incluse dans « Les Bêtes de l’Apocalyse » d’Olivia O’Grady, 2001, pp 421-447.)

Pourquoi reparler de cette histoire de la coopération sionisto-nazi maintenant?

Tout simplement parce que les dirigeants « juifs » ont exploité pendant longtemps leurs « petits frères », et continuent à le faire aujourd’hui. Les juifs ordinaires en payent le prix, et ce dernier pourrait augmenter.
A mon avis, le sionisme est un mouvement qui abuse les juifs pour avancer les objectifs de l’impérialisme britannique. (voir « La conspiration juive est l’impérialisme britannique« ) Les sionistes qui ont fondé leurs vies sur de fausses prémisses rejetteront naturellement ces vues.
Précisément, les juifs ont aidé l’élite britannique juive à coloniser l’Orient riche en pétrole au prétexte que les juifs avaient besoin d’une patrie. En dépit de leur aspect neutre, les finances britanniques, (et américaines), ont entraîné et équipé les juifs. (John Coleman, « Diplomatie par la Tromperie« , p 107.)
Les « anglais » sont en fait le cartel bancaire international basé à Londres lié à des noms comme Rothschild et Rockefeller. Ils ne répondent à aucun gouvernement. Leur but est de coloniser le monde, chacun pour soi. Les juifs sont les moyens [utilisés] à cet effet.
Comme on l’a vu en Irak, les sionistes (alias neo-cons) jouent un rôle important dans la colonisation du Moyen-Orient. La chose importante à se rappeler est qu’Israël est la création de ce cartel ; Israël et les USA sont ses outils.
L’Irak est seulement une phase dans le nouvel ordre mondial naissant, qui représente une continuation des buts de l’impérialisme « britannique ». John Kerry pourrait reprendre l’Irak là où George Bush l’a laissé. La démocratie est une mascarade.

NAZIS FAITS SUR MESURE POUR LE SIONISME

En 1925, 500 000 juifs allemands étaient d’une manière écrasante indifférents ou activement hostile au sionisme. Le mouvement sioniste allemand avait seulement 9000 membres.
« L’Union Centrale de la Foi Juive Allemande » représentait la plupart des juifs allemands et favorisait la participation active à la vie allemande. Son siège principal combattait l’antisémitisme.
Par ailleurs, les sionistes ont fait bon accueil aux politiques antisémites nazis. Comme les nazis, ils croyaient au caractère national et à la destinée basés sur les races. Comme les nazis, ils croyaient que les juifs n’avaient aucun futur en Allemagne.
Les sionistes n’ont pas protesté à la persécution nazie telle que la révocation de 2000 savants juifs et scientifiques d’universités allemandes en 1933. Les nazis ont récompensé cette « retenue » en permettant aux sionistes de se mettre à leur travail sans entrave. Tous les autres organismes juifs et antifascistes ont été congédiés et leurs chefs emprisonnés.
Les nazis ont exigé que tous les juifs joignent « l’Union du Reich » menée par les sionistes dont le but était l’émigration. Les juifs devaient être convertis au sionisme à n’importe quel prix. Les sionistes pouvaient éditer des livres et des journaux critiquant les nazis à condition que l’audience soit limitée aux juifs.
La coopération s’est étendue aux sphères politiques et économiques. Adolph Eichmann a installé des camps de formation agricoles en Autriche pour préparer de jeunes juifs à la vie au Kibbutz. Il a visité la Palestine et s’est entretenu avec les dirigeants sionistes qui ont avoué leurs véritables buts expansionnistes. Il y eut même un entretient d’alliance stratégique entre l’Allemagne nazie et la Palestine juive. Son compte-rendu se trouve dans les archives d’Himmler.
[Pour plus sur la coopération sionisto-nazie, voir en ligne Lenni Brenner "Le sionisme à l'ère des Dictateurs" et aussi, Lenni Brenner, 51 documents : Collaboration sioniste avec les nazis (2002)]
Il se peut que la coopération se soit étendue jusqu’à l’holocauste juif (voir dix questions qui tuent du rabbin Weissmandl à poser aux sionistes), et qu’elle explique pourquoi la plupart des juifs ont passivement accepté leur sort. Dans son livre, « Les victimes de l’Holocauste accusent« , Rabbi Moshe Shonfeld affirme que Conseil Juif mené par les sionistes (« Judenrats ») a collaboré avec les nazis et a trompé les juifs non sionistes. Voir mon « Sionisme : Suicide forcé des juifs« .
Pour les sionistes et leurs commanditaires financiers, les juifs non sioniste d’Europe valaient plus morts que vifs. L’Holocauste a fourni une politique et une morale nationale pour l’établissement de l’état juif.

QUI ETAIT HITLER ?

En 1919, Hitler était un officier du Renseignement de l’armée allemande affectée à l’espionnage du minuscule Parti Travailliste Allemand. Il est devenu son chef. Max Warburg, frère de Paul Warburg (pseudo juif), fondateur de la Réserve Fédérale US, était le chef du Renseignement allemand. Tous les deux étaient des cadres du conglomérat d’IG Farben. Aucune archive n’indique si Hitler a cessé de travailler pour ces personnages Illuminati. (Voir aussi « Ayez peur : Généalogie fasciste du Nouvel Ordre Mondial« .)Hitler a été sponsorisé par l’oligarchie banquière, et a pu devenir leur pion. Il est certain que les nazis ont reçu des millions de dollars de New York et de Londres. Voir « Hitler ne voulait pas la guerre mondiale« .
Ernst (« Putzi ») Hanfstaengl était proche des banquiers et d’Hitler, et il canalisait l’argent vers les nazis pendant leurs années formatrices. Voir aussi le chapitre 8 du livre d’Antony Sutton « Wall Street et la montée d’Hitler« .
Mais quand Hitler a commencé à imprimer son propre argent, il a pu prendre son indépendance par rapport à ses commanditaires. Voir « Les Rothschild conduisent la Symphonie Rouge« .
Le fond de l’affaire est que nazisme et sionisme furent sponsorisés par le même cartel bancaire, et qu’ils avaient des buts complémentaires. La montée de l’antisémitisme en Europe a servi à créer l’état d’Israël, que le Président Assad de Syrie a décrit comme un « poignard au coeur des nations arabes » (voir aussi Le plan Pike pour trois guerres mondiales).
Réfléchissez. Hitler aurait pu se contenter de confisquer toute la richesse juive. Au lieu de ça il a utilisé le « programme Haavara » pour aider à établir l’état d’Israël. Selon Polkehn, Hitler a personnellement garanti ce programme face à l’opposition. Il a duré jusqu’au début de la guerre.
Ce cartel, qui contrôle le monde aujourd’hui, n’a aucun scrupule à utiliser des juifs (ou qui que se soit d’autre) comme moyen pour arriver à leurs fins. [...]


CONCLUSION
Ben Hecht dit que la lecture des nouvelles quotidiennes pour comprendre les évènements actuels c’est un peu comme essayer de dire l’heure en regardant la grande aiguille. Vous devez considérer les choses à l’échelle des décennies et des siècles pour voir ce qui se passe vraiment dans le monde.
Le cartel bancaire des Rothschild-Rockefeller est derrière les plupart des tendances politiques (et culturelles) et son but est de détruire l’état nation, la vraie démocratie, la religion, la culture, le mariage et la famille, afin de ramener l’humanité au statut sous-homme dans le but de la préparer au totalitarisme.
Avec la « guerre contre le terrorisme », ils ont créé de toute pièce un croque-mitaine afin d’établir un système répressif qu’ils pourront utiliser quand ils exigeront le remboursement de leurs « prêts ».
J’étais à une certaine époque un sioniste qui croyait que les juifs avaient besoin d’une patrie à cause de l’antisémitisme. Je réalise maintenant que, comme la majeure partie de l’histoire, cette vision des choses a été planifiée. L’antisémitisme est aussi causé par le fait que beaucoup de juifs servent (consciemment ou inconsciemment) l’ordre du jour nuisible des banquiers (note d’IG: nous ne partageons pas complètement cette opinion, la haine des juifs a aussi des racines spirituelles, de même que la haine des chrétiens, lire ou relire la Bible à ce sujet, notamment le livre d’Esther). Le sionisme ou le communisme en sont quelques exemples.
La plupart des juifs se sont maintenant totalement identifiés avec Israël, qui est un outil de la mégalomanie démente des Rothschilds. Si le passé est une préface, ceci ne peut que finir mal pour les juifs ainsi que pour le reste de l’humanité (note d’IG: certes, mais même si nous ne soutenons pas les satanistes qui sont derrière la création de cet état et le dirigent, nous estimons à titre personnel qu’il s’agit malgré tout de l’accomplissement de certaines prophéties de l’Ancien Testament, et que le décor est maintenant planté pour la dernière scène de l’histoire mondiale, voir aussi ceci, ceci, et ceci).

Source InfoGuerilla.fr











Rejoignez la page Street Télé Virtuelle sur Facebook



FRANCE : Un jeu télé tue ses candidats en directe ? (vidéo)

Extrait d'une émission vue sur France 4. Il est très intéressant de voir que plus de 80 %  des gens vont jusqu'au boue de l'expérience.









Rejoignez la page Street Télé Virtuelle sur Facebook



SUISSE : Le conseil fédéral demande la légalisation de l’inceste (vidéo)









Rejoignez la page Street Télé Virtuelle sur Facebook



ALLEMAGNE : Merkel commémore l'arrivée d'Hitler au pouvoir, "un avertissement permanent"


La chancelière allemande Angela Merkel a invité mercredi les Allemands à considérer l'accession au pouvoir de Hitler il y a 80 ans comme un "avertissement permanent" pour la démocratie et la liberté.
Sur un lieu chargé de symbole, l'ancien siège de la Gestapo (la police secrète de l'Allemagne nazie) à Berlin qui abrite aujourd'hui un lieu d'exposition en plein air, la dirigeante a rappelé sur un ton solennel: "Il y a 80 ans, jour pour jour et quasiment à la même heure, le président Paul von Hindenburg nommait Adolf Hitler chancelier du Reich".
Cette nomination, abondamment commentée dans la presse allemande de 2013, ouvrait la voie à 12 années de nazisme et allait provoquer la mort de 40 à 60 millions de personnes en Europe, [...]

la suite : lepoint.fr

A voir : HISTOIRE : Hitler était-il un Rothschild ? Hitler était-il un Rothschild ? (par David Icke)


NOUVEL ORDRE MONDIAL : Le juge anti-mafia Imposimato accuse le groupe Bilderberg de terrorisme (vidéo)

 Le groupe international Bilderberg est impliqué dans les attentats tragiques des années 1970 et 1980 en Italie, organisée d'abord par des cellules terroristes fascistes puis par la mafia. C'est le président honoraire adjoint de la Cour de Cassation italienne, Ferdinando Imposimato, qui le révèle à l'occasion de la présentation à Naples de son nouveau livre « La république des tragédies impunies ». « Désormais, nous savons tout de la stratégie de la terreur qui fut mise en place par le réseau Gladio (« Stay behind », ou « rester derrière » en français), appuyé par les services secrets (ceux officiels) italiens », nous confirme Imposimato. « La stratégie servait à entraver l'émergence de gouvernements de gauche, et était orchestrée par la CIA





HISTOIRE : Qui sont les vrais acteurs de l’esclavage ? (vidéos choc)

Les négociants d’esclaves juifs fournissent des Noirs par dizaines de milliers vers les plantations d’Amérique du sud et des Caraïbes.
On ne retrouve plus aujourd’hui de trace écrite de protestation contre ce comportement. C’est alors une affaire purement commerciale dans laquelle la religion n’intervient nullement. Daniel M. Swetschinski estime que la part des négociants juifs dans les affaires internationales est alors disproportionnée. Ils représentent 75% des affaires mercantiles alors qu’ils ne constituent que 10% de la population. Cette domination du marché des esclaves les met en position d’équilibre avec les autres communautés. Les planteurs de sucre au Brésil utilisent abondamment cette main d’œuvre d’esclaves d’Indiens et de Noirs, fournie par les négociants.

Dans les années 1600, les plantations qui constituent la majeure partie du réservoir d’esclaves avec quasiment 10.000 Africains et l’exportation du sucre raffiné est dans les mains des négociants juifs. La compagnie hollandaise d’Inde de l’ouest est créée en 1621 dans le seul but de gagner de l’argent. Les Juifs investissent massivement dans l’entreprise qui se destine à toute forme de commerce, y compris l’esclavagisme. Les dirigeants hollandais, en faisant la promotion du développement économique, encouragent ainsi les Juifs à émigrer [très astucieux...] et la Hollande devient très rapidement le centre du pouvoir et de la fortune juive. Marcus Arkin écrit « depuis le développement des industries dans lesquels les Juifs investissent : tailleurs de diamants, sucre, soie, textiles, le mélange du tabac, denrées alimentaires,...) sont dépendantes des colonies, il n’est nullement surprenant que de retrouver les Juifs d’Amsterdam concernés par le commerce vers l’Asie et le nouveau monde (new world).

Au 18ème siècle, environ un quart des participations dans les compagnies internationales hollandaises sont détenues par des Juifs et son déclin amène ensuite la ruine de la plupart des familles aisées ».

Le chercheur juif Arnold Wiznitzer est beaucoup plus explicite concernant l’implication des Juifs au Brésil : « A part leur position importante dans l’industrie sucrière, ils dominent le négoce des esclaves . De 1636 à 1645, un total de 23.163 Nègres [dans le texte] arrivent d’Afrique et sont vendus pour 6.714.423 Florins [soit environ 290 Florins par individu, tel est le prix de la vie humaine d’un Noir à l’époque...], Les acheteurs, lors des ventes aux enchères étaient tous Juifs et du fait de ce manque de compétition dans le négoce d’esclaves, ils étaient achetés à vil prix. Par ailleurs, il n’existait pas non plus de compétition pour l’achat des esclaves qui étaient payés à crédit jusqu’à la prochaine saison de vente du sucre. Si les enchères avaient lieu un jour de fête juive, elles étaient automatiquement reportées. ». Moshe Kahan déclare sans ménagements qu’en 1653-1658, « les négociants Juifs-Marranes possédaient le contrôle du commerce espagnol et portugais , donc détenaient quasiment le contrôle du commerce levantin...avaient d’importantes sommes d’argent à leur disposition ». Seymour B. Liebman dans le New World Jewry (Nouveau Monde Juif), indique clairement que « les navires n’appartiennent pas seulement aux Juifs, mais sont commandés par des capitaines juifs avec des équipages composés de Juifs ». 
 

L’esclavagisme aux Etats-Unis( pays des evangelistes )

L’esclavagisme aux États-Unis commence avec la conquête du nouveau monde. Les navires effectuent alors un triangle entre l’Europe, l’Afrique et les Amériques. Ils vendent des produits manufacturés en Afrique, prennent des esclaves à destination du Brésil, des Caraïbes ou des Etats-Unis et reviennent en Europe avec du sucre et d’autres matières premières. C’est l’art de l’optimisation des investissements dans lequel on peut rendre hommage au génie créatif en affaires des Juifs. Durant quasiment 4 siècles des millions d’Africains sont « exportés » vers les Amériques. Durant le 18ème siècle, les Juifs participent activement dans le négoce d’esclaves. Certains Juifs contrôlent même les marchés où sont fixés les prix, telle une denrée ! Mais on assiste également à des histoires émouvantes de romantisme. C’est ainsi que Aaron Levy, le fondateur de Aaronsburg en Pennsylvanie, achète Rachel, une esclave noire, dans le milieu des années 1780 et l’emmène à Philadelphie. Il la libère, l’éduque et l’épouse. Elle repose désormais dans le cimetière Mikve Israël, à proximité de la tombe de Hayim Salomon, le financier de la Révolution américaine (cf 1776). En 1793, Eli Whitney invente le fil à coton et c’est l’envol des plantations de cette matière première consommatrice de main d’œuvre, plus particulièrement d’esclaves bon marché qui fait exploser le marché. L’un des nombreuses études effectuées par Ira Rosenwaike, publiée par l’American Jewish Historical Society (Société d’histoire juive américaine), montre que 75% des Juifs du sud des Etats-Unis possèdent des esclaves noirs [avant l’élection de Lincoln], alors que seuls 36% des Blancs en ont.



Le Rabbin Isaac Meyer Wise , l’un des champions de la réforme libérale juive et le plus actif de tous les Rabbins aux Etats-Unis au 19ème siècle, soutient activement l’esclavagisme des Noirs, appelle Abraham Lincoln un « imbécile » et argumente que les Noirs sont des « bêtes accablantes » [Rappelons que Lincoln est l’un des rares présidents américains qui n’est pas élu avec les voix des Juifs, car il s’oppose à l’esclavagisme et lorsqu’il est élu en 1860, il l’abolit immédiatement, ce qui déclenche la guerre de sécession]. En 1896, un éditorial dans le Jewish South de Richmond, en Virginie, argumente que les « Nègres [dans le texte] sont intellectuellement,moralement et physiquement une race inférieure - un fait que personne ne peut dénier » et, lors de la mort du sénateur [Juif] du Maryland, Isador Rayner, un journaliste noir écrit que Rayner « évoque auprès de ses voisins de couleur les terreurs des pogroms ». Lorsque le B’nai B’rith et l’ADL (Ligue anti-diffamation) - organisme contrôlé par les « lobbies qui n’existent pas », l’équivalent de la LICRA (Ligue Internationale contre le racisme et l’antisémitisme) en France - publient leur pamphlet, en 1976, intitulé « Les Juifs américains : leur histoire », sur les 13 pionniers juifs américains, 10 d’entre eux sont liés au négoce de l’esclavagisme ... [comme quoi, plus vous êtes esclavagiste, raciste et antisémite et mieux il est préférable d’adhérer à ce genre d’organisation pour vous donner bonne conscience...] Du reste, les quotidiens suivants : The San Francisco Chronicle, The San Francisco Examiner, The Los Angeles Times et d’autres encore, révèlent depuis de nombreuses années qu’aux Etats-Unis, l’ADL pratique l’espionnage et constitue des dossiers sur 950 organisations et 10.000 individus dont la plupart sont des groupes de Noirs, y compris la célèbre NAACP (National Association for the Advancement of Coloured People ou Association nationale pour l’avancement des personnes de couleur), fondée en 1909 par des groupes de militants multiraciaux. Le Général israélien Moshe Dayan ne dit-il, voici quelques années, pas que les forces militaires américaines se dégradent parce qu’elles sont composées de Noirs « avec peu d’intelligence et aucune éducation ». Il insiste alors pour que les Etats-Unis recrutent « du sang neuf et de meilleurs cerveaux ». Il est considéré comme un héros dans son pays ! Lorsqu’on leur relate ces faits, certains contradicteurs argumentent sur des points qui prêtent volontiers à sourire.


source : Bladi.net

Les juifs et l'esclavage (Episode 1)





Les juifs et l'esclavage (Episode 2)



PALESTINE : Israel et la Chine renforcent leur coopération militaire !!


M. Liang a fait cette remarque lors de sa rencontre avec le vice-Premier ministre et ministre de la Défense d’Israël, Ehud Barak.
Liang Guanglie a indiqué que “la Chine appréciait les relations avec Israël et était prête à étendre et renforcer les échanges et la coopération pragmatiques entre les deux armées, afin de contribuer au développement des relations entre les deux pays et les deux armées”.
Les peuples chinois et israélien jouissent d’une profonde amitié traditionnelle et les relations bilatérales ont maintenu un bon rythme de développement depuis l’établissement des relations diplomatiques entre la Chine et Israël, a poursuivi M. Liang.
Il a salué l’accroissement de la confiance mutuelle politique et les réalisations que les deux parties ont accomplies dans tous les domaines à travers la coopération pragmatique au cours des 19 dernières années de relations diplomatiques.
M. Barak a repris les propos de Liang Guanglie, affirmant qu’il espérait que les deux parties pourraient étendre leur terrain d’entente, renforcer l’amitié et apprendre davantage l’un et de l’autre grâce à cette visite.
Il s’est également engagé à renforcer la coopération pragmatique entre les armées des deux pays et à fournir des efforts conjoints avec la partie chinoise pour développer une meilleure relation militaire et plus approfondie.
Agence de presse Xinhua 2011/06/14

source : ambisrael.fr


INTERNATIONAL : Le F.M.I viol des femmes depuis 1945 ?

Alors que Dominique Strauss Kahn directeur de l'institution financière la plus puissante au monde le Fond Monétaire International (FMI) a passé quelques nuits à la prison de Rikers Island en attendant d'être entendu le monde apprend plein de choses sur son traitement passé des femmes comme objets sexuels. Strauss Kahn a été inculpé de viol et séquestration d'une femme de chambre guinéenne de 32 ans d'un hôtel de luxe à 3000$ la nuit à New York.


Alors que les médias décortiquent la tentative de viol d'une jeune femme africaine et commencent à faire émerger plus d'informations sur les frasques passées de Strauss Kahn on ne peut s'empêcher de scruter cette situation sous un angle féministe du «ce qui est personnel est politique ».

Pour beaucoup dans le monde en développement le FMI et ses politiques draconiennes d'ajustements structurels ont systématiquement « violé » la Terre et les pauvres et violé les droits humains des femmes. Il semble que le mépris personnel et le manque de respect des femmes manifestés aux plus hauts niveaux de la direction dans cette institution est tout à fait cohérent avec la tendance sexiste que l'on retrouve dans les politiques institutionnelles du FMI et ses pratiques.

Violation systématique des droits humains des femmes

Le FMI et la Banque Mondiale ont été établis après la Seconde Guerre Mondiale pour promouvoir le commerce international et la coopération monétaire en fournissant des prêts aux gouvernements lors de crises budgétaires sévères. Bien que 184 pays soient membres du FMI seulement 5 d'entre eux - la France, l'Allemagne, le Japon, la Grande Bretagne et les US - contrôlent 50% des votes qui sont alloués en fonction de la contribution de chaque pays.

C'est dans les pays du Sud que le FMI a acquis une infâme réputation car en échange de prêts les gouvernements doivent accepter toute une série de mesures d'austérité connues sous le nom de programmes d'ajustement structurel (PAS)

L'ensemble type de mesures du FMI encourage la promotion de l'exportation au détriment de la production locale et de la consommation locale. Il pousse aussi à baisser les prix et à des coupes dans les programmes gouvernementaux tels que la sécurité sociale et l'éducation. Au lieu de réduire la pauvreté les mille milliards de $ de prêts fournis parle FMI ont accru la pauvreté spécialement chez les femmes qui constituent 70% des pauvres au niveau mondial.

Les coupes gouvernementales demandées par le FMI en matière de dépenses de sécurité sociale ont souvent été réalisées en réduisant les emplois du secteur public avec un impact disproportionné sur les femmes. Les femmes occupent la plupart des emplois de bas niveau dans le secteur public et ce sont ceux-ci qui sont les premiers à disparaître. De même les programmes sociaux comme les prestations de soins aux personnes sont réduits on attend des femmes qu'elles prennent en charge des responsabilités domestiques en plus qui limitent encore plus leur accès à l'éducation ou à d'autres emplois.

En échange d'un prêt de 5.8 milliards de $ du FMI et de la Banque Mondiale la Tanzanie a accepté d'imposer des redevances sur les services de santé ce qui a conduit à une diminution des femmes allant accoucher à l'hôpital ou bénéficiant de soins post natals et naturellement des taux plus élevés de mortalité maternelle. En Zambie l'imposition des PAS a conduit à une chute significative de la fréquentation des écoles chez les filles et un pic dans le « sexe pour la survie ou la subsistance » comme moyen pour des jeunes femmes de continuer leur éducation.

Mais les mesures d'austérité du FMI ne s'appliquent pas seulement aux pauvres pays d'Afrique. En 1997 la Corée du Sud a reçu 57 milliards de $ en prêts en échange d'accepter les conditions du FMI qui a obligé le gouvernement à introduire la « flexibilité de la main d'œuvre » impliquant des compressions de salaires par le gouvernement le licenciement des « travailleurs en surplus » et des coupes dans les dépenses gouvernementales sur des programmes et de s infrastructures. Lors de la crise financière 7 femmes coréennes ont été licenciées pour 1 homme. Dans une action tordue le gouvernement Coréen à lancé une campagne « donner de l'énergie à votre mari » encourageant les femmes à soutenir leurs partenaires masculins déprimés en cuisinant faisant le ménage et prenant soin de tous.

Prés de 15 ans plus tard la situation est sombre pour les travailleurs sud coréens en particulier pour les femmes. De tous les pays de l'OCDE les Coréens travaillent le plus d'heures : 90% des hommes et 77% des femmes travaillent plus de 40 h par semaine. Selon l'économiste Martin Hart- Landsberg, en 2000 40% des travailleurs coréens étaient des travailleurs occasionnels ; en 2008 60% travaillaient dans l'économie informelle. L'Académie du Travail des Femmes Coréennes rapporte qu'actuellement 70% des travailleuses coréennes occupent des emplois temporaires.

Vendre la Terre Mère

Les politiques du FMI ont également violé la Terre en imposant aux gouvernements de privatiser les ressources naturelles dont dépendent la plupart des peuples pour leur survie : l'eau, la terre, les forêts, et les produits de la pêche. Les PAS ont également obligé les pays en développement de stopper les cultures de produits alimentaires de première nécessité pour la consommation domestique et à la place de se concentrer sur les cultures de rapport comme les fleurs coupées et le café pour l'exportation vers des marchés mondiaux volatiles. Ces politiques ont détruit les moyens de subsistance des petits fermiers dont la majorité sont des femmes.

« Les programmes d'ajustements structurels du FMI ont obligé des pays pauvres à abandonner des politiques protégeant leurs fermiers et leur production agricole et marchés » dit Henk Hobbelink de GRAIN une organisation internationale qui promeut l'agriculture durable et la bio diversité. » Résultat, de nombreux pays deviennent dépendants d'importations de nourriture car les fermiers locaux ne sont pas compétitifs avec les produits subventionnés du Nord. C'est l'un des principaux facteurs de l'actuelle crise alimentaire pour laquelle le FMI doit être directement blâmé ».

Dans la République Démocratique du Congo ( RDC) les prêts du FMI ont pavé la voie à la privatisation des mines du pays tombées aux mains des multinationales et des élites locales ce qui a provoqué le déplacement forçé de milliers de Congolais dans un contexte obscène où les femmes et jeunes filles font l'expérience de l'esclavage sexuel à des niveaux très élevés et de viol dans les provinces de l'est. Selon le Gender Action la Banque Mondiale et le FMI ont accordé des prêts à la RDC pour restructurer le secteur minier ce qui s'est traduit par le licenciement de dizaine de milliers de travailleurs dont des femmes et de s jeunes filles qui dépendaient des activités minières pour leur subsistance. De plus comme la terre a été privatisée et exploitée pour les mines des femmes et jeunes filles responsables du transport de l'eau et de la collecte de bois doivent marcher encore plus loin les exposant encore plus à des crimes violents.

Nous en avons marre

Les défenseurs des droits des femmes partout dans le monde sont constamment éberlués par le fait que de telles violations des corps des femmes soient par routine rejetées comme des transgressions mineures. Strauss Kahn l'un des politiciens les plus puissants dans le monde dont les décisions ont affectés des millions partout dans le monde est connu pour être un « homme à femmes » qui s'est souvent imposé par la force à des femmes plus jeunes dans des positions de subordination où elles étaient vulnérables face à son pouvoir plus grand son influence et son bras long. Pourtant aucun de ses collègues ou membres du Parti Socialiste n'ont pris cela au sérieux en collusion au sein d'un consensus partagé même par sa femme comme quoi la violation de l'intégrité corporelle des femmes n'est pas du tout une véritable violation des droits humains.

Pourquoi le monde tolère- t-il les sinistres informations que toutes les heures 48 femmes congolaises sont violées et reste inactif ? Eve Ensler parle pour nous tous quand elle écrit :

« J'en veux à ce monde qui a autorisé et continue d'autoriser le viol de 400 000 femmes, 3000 femmes ou seulement une seule femme n'importe où n'importe quand n'importe quel jour au Congo. Les femmes du Congo aussi ».

On vit dans un monde où des millions de femmes n'expriment pas leur vérité ne racontent pas leurs histoires sombres ne révèlent pas l'horreur qu'elles vivent chaque jour juste parce qu'elles sont nées femmes. Elles ne le font pas pour les mêmes raisons que les femmes du Congo ne s'expriment pas - elles en ont marre de ne pas être entendues. Elles en ont marre d'hommes comme Strauss Kahn des puissants en costumes qui croient qu'ils peuvent violer une femme noire dans leur suite d'hôtel juste parce qu'ils en ont envie. Elles en ont marre de la police qui ne les croit pas ou qui les arrêtent comme travailleuses du sexe. Elles en ont marre des hôpitaux qui n'ont pas de kits de viol. Elles en ont marre de rapporter un viol et d'être accusée d'adultère en Iran, au Pakistan en Arabie Saoudite.

Riposter

Pour chacune d'entre elles et pour celles d'entre nous qui ont passé de nombreuses années à s'investir avec ténacité dans les mouvements de femmes partout dans le monde le courage et l'initiative de la jeune guinéenne immigrée brille comme la torche tenue par la statue de la Liberté. Cette jeune femme vous invite à croire que vous pouvez changer la réalité. Elle a refus é d'être intimidée. Elle a tenu tête pour elle-même. Elle s'est battue pour se libérer- deux fois - de l'assaut violent de l'homme qui l'attaquait. Elle n'en avait rien à faire de qui il était - elle savait qu'on l'avait violée et elle l'a rapporté directement au personnel de l'hôtel qui ont prévenu l a police de New York qui est allée directement à l'aéroport JFK pour extirper de sa place de 1ere classe d'un avion d'Air France Strauss Kahn.

Dans un monde où on sent souvent que la richesse et le pouvoir peuvent acheter tout le courage de cette jeune femme et des gens qui se sont tenus à ses côtés nous a coupé le souffle. Ces actes obstinés de personnes de la classe ouvrière de la ville de New York nous ont rappelé que les femmes ont le droit de dire « NON ». Cela nous a rappelé que ce « NON » ne veut pas dire « OUI » comme la fraternité de ceux de Yale voudrait que l'on croit et le plus important c'est que personne quelque soit sa position ou son sexe peut être au dessus de la loi. Une femme juge sage a en plus réaffirmé l'importance du respect du corps des femmes quand elle a refusé de libérer Strauss Kahn sous caution citant son long passé d'abus des femmes.

Strauss Kahn s'est retrouvé dans sa cellule de Rikers Island. Ce serait une grande chose si ce procès réussissait à mettre fin à la tolérance du monde pour ceux qui font de la discrimination et abusent des femmes. Nous ne pouvons pas l e tolérer une minute de plus. Nous ne pouvons pas le tolérer personnellement nous devons refuser de fermer les yeux dans le cadre professionnel et nous devons le contester chaque fois que nous le voyons dans les politiques des institutions mondiales telles le Fond Monétaire International.

source : fr.sott.net

HISTOIRE : Hitler était-il un Rothschild ?

Hitler était-il un Rothschild ? (par David Icke)




La lignée est bien connue, parmi d'autres noms, comme celle des Bauers, une des lignées notoires occultes noires durant le Moyen- Age en Allemagne. Cette famille devint connue sous le nom de Rothschild. (red-schield/ Anglais ou rotes-schild/Allemand : Sceau/Bouclier Rouge/Français) durant le 18ème siècle quand une dynastie financière fut fondée à Francfort par Mayer Amschel Rothschild travaillant avec la Maison Illuminati de Hesse et autres. Ils prirent leur nom du red shield/sceau rouge ou hexagramme/ étoile de David ou sceau de Salomon qui est un ancien symbole ésotérique et qui devint un symbole associé au peule Juif seulement après que les Rothschilds l'aient adopté pour leur famille. Aucune connexion avec "David" ou "Salomon", comme les sources historiques juives le confirment.
 Les Rothschilds sont une des familles principales des lignées Illuminati sur la planète (lire : Le Plus Grand Secret.)
Guy de Rothschild, de la Maison de France, est aujourd'hui au pouvoir de cette lignée.
Déjà je peux entendre les cris qui me condamnent comme "anti-sémite" parce que les Rothschilds proclament être "Juif". Les organisations comme la Ligue d'Anti-Diffamation et la B'nai B'rith ont déjà fait des efforts  pour me mettre cette étiquette pour avoir soulevé le voile à propos des Rothschilds et pour m'empêcher de parler en public.
B'nai Brith veut dire, à juste titre, " Les Fils de L'Alliance" et fut fondé par les Rothschilds en 1843 comme un réseau d'intelligence dans le but de salir le nom et la réputation de chercheurs honnêtes par l'étiquette "anti-sémite". La plupart de leurs orateurs étaient de fervents défenseurs de l'esclavage durant la Guerre Civile Américaine et aujourd'hui ils cherchent à condamner certains dirigeants Américains-Africains sous l'étiquette "anti-sémite" ou "racistes!" Chaque année, la Ligue d'Anti-Défamation attribue leur "Torche de la Liberté" (le classique symbole Illuminati) à la personne qui a servi le mieux leur cause : une année, ils la donnèrent à Morris Dalitz, une relation intime de Meyer Lansky, syndicat criminel notoire qui terrorisa l'Amérique, choix révélateur.
Bien sûr, la force émotive qui ravive les flammes de la condamnation contre quiconque est étiqueté d' "anti-sémite" aujourd'hui, s’alimente dans la dégoûtante persécution du peuple Juif par les Nazis d'Adolph Hitler.  

Pour exposer ou questionner les actions des Rothschilds ou n'importe quelle personne Juive ou organisations, on est appelé "nazi" et "antisémite", étiquette qui a détruit tant de chercheurs et les ont empêchés d'avoir la possibilité de pouvoir parler en public. N’est-il pas étrange que, comme les très documentés : "Et la Vérité vous affranchira" et "Le Plus Grand Secret" le prouvent comme l’indique la liste interminable des chercheurs et de gens cultivés qui en établi les faits les mieux vérifiés, Adolph Hitler et les Nazis furent mis au pouvoir et sponsorisés financièrement par les Rothschilds. Ils organisèrent pour Hitler sa prise de pouvoir, grâce aux sociétés secrètes Illuminati d’Allemagne, sociétés comme la Société de Thulé et la société du Vril qu'ils créèrent à travers leurs réseaux Allemands; ce fut les Rothschilds qui sponsorisèrent Hitler grâce à la Banque d'Angleterre et autres sources Britanniques et Américaines comme Rothschild's Kuhn & Loeb (la même Banque par laquelle les Rotschild financèrent la Révolution Russe !).  
Le cœur de la machine de guerre d'Hitler fut par ailleurs le géant chimique IG. Farben, qui avait une branche Américaine contrôlée par les Rothschilds par l'intermédiaire de leurs laquais, les Warburgs : Paul Warburg, qui dirigeait durant sa création, la banque privée "Central Bank of America", la Réserve Fédérale, en 1913, siégeait comme directeur d'American IG. Bien sur, I.G Farben, qui était chargé de l’organisation du camp des travaux forcés à Auchwitz, était en réalite, une division de la Standard Oil, laquelle appartenait officiellement aux Rockefeller (l'empire des Rockefellers fut fondé par les Rothschild). Lire : " Et la Vérité vous affranchira" et "Le plus Grand Secret" pour les détails de fond et les autres aspects de cet aspect de l’Histoire. Les Rothschilds possédaient aussi les agences d'information-medias allemandes durant les deux guerres et ainsi contrôlaient les courants d'information "pour les Allemands" et le reste du Monde. Comme par merveille, quand les troupes Alliées entrèrent en Allemagne, elles découvrent que les usines IG Farben, qui sont pourtant au cœur de la machine de guerre d'Hitler, n'avaient pas été détruites par les bombardements et de même, concernant les usines Ford- un autre précieux support d'Hitler. Les autres usines furent détruites.
La force cachée derrière Hitler, représentant les Illuminatis, était bien la Maison Rothschild, cette famille" juive" supposée aider, protéger et encourager la foi juive et son peuple.
En fait ils utilisent et abusent encore aujourd’hui d'une manière écœurante du peuple juif à leur unique fin personnelle. Les Rothschild, comme les Illuminati en général, traitent la masse du peuple juif avec mépris. Ils ne sont, comme le reste de la population des nations, que des troupeaux humains à utiliser pour réaliser un programme de contrôle global et de domination du monde par un réseau de familles ... connu des chercheurs sous le nom d'Illuminati.
Vraiment, les Illuminatis sont si obsédés par leurs lignées génétiques, à cause d’un mystérieux code génétique reptilien, qu'il n'y a aucune chance pour quiconque de pouvoir arriver au pouvoir... sans les Illuminatis, ou sans qu’ils possèdent eux-mêmes ce code reptilien.
C'est cette même lignée génétique qui a produit la plupart des 42 Présidents des Etats-Unis depuis et incluant Georges Washington en 1789. C'est la lignée génétique du favori incontesté qui gagna les élections de 2000, George W. Bush. Les responsables de la seconde Guerre Mondiale : Roosevelt, Churchill et Staline, étaient de cette lignée, tout autant que franc- maçons et Satanistes. Ils furent placés à leurs postes, et le mouvement pour l'effort de guerre fut financé par les Rothschild et les autres lignées Illuminati.
Les Rothschild sont les défenseurs du peuple juif, qu’Hitler a voulu exterminer au même titre que les communistes, les gitans, les pédérastes et tous ses opposants... Les Rothschilds sont juifs, ils n’auraient jamais été derrière une telle entreprise.
Ah oui ? Vraiment ? Voyons d’un peu plus près :
D'après un livre écrit par un psychanalyste, Walter Langer, intitulé "La Pensée d'Hitler", non seulement Hitler était financé par les Rothschild, mais il ÉTAIT un Rothschild ... Il fut protégé à ce titre par la famille Royale d'Angleterre, la Maison de Windsor (en vérité la Maison allemande de Saxe-Cobourg-Gotha), y compris le fameux "héros de guerre" Lord Mountbatten, Rothschild et sataniste lui-même. Leurs parents royaux allemands, que vous n'auriez jamais soupçonnés de vouloir promouvoir un simple homme de la rue comme Hitler, étaient parmi ses partisans les plus enthousiastes. C’est qu’ils savaient, eux, d’où il était en réalité. L’étude détaillée des faits historiques  qui accompagnent les familles Illuminati fait comprendre  à quel point leur attachement obsessionnel à leurs lignées génétiques rend compréhensible l’ascension inexplicable de Hitler par le fait qu’il est, tout simplement, l’un des leurs.
Et en effet, Langer écrit :
"Le père d'Hitler, Alois Hitler, était le fils illégitime de Maria Anna Schicklgruber.
Il fut généralement supposé que le père d’Alois Hitler (Schicklgruber) était Johann Georg Hiedler.
Il y a des gens qui doutent que Johann Georg Hiedler ait pu être le véritable père d’Alois.
Un document Autrichien prouva que Maria Anna Schicklgruber vivait à Vienne au moment de la conception. En ces jours-là, elle était employée comme servante dans la maison du Baron Rothschild. Aussitôt qu’ils découvrirent sa grossesse, elle fut renvoyée dans sa famille….où Alois naquit.
L'information de Langer provint d'un officier de haut grade de la Gestapo, Hansjurgen Koehler, publiée en 1940, sous le titre : "A l'intérieur de la Gestapo". Il écrit au sujet de ses investigations sur les antécédents d'Hitler commandées par le Chancelier autrichien Dolfuss, dans les dossiers de famille d'Hitler.
Koehler mis au fait put lire une copie des documents Dolfuss qui lui furent donnés par Heydrich, le Magnat des Services Secrets Nazis. Le dossier, écrit-il, "causa tellement de remous comme jamais aucun dossier avant celui-ci ne fit dans le Monde”. (A l'Intérieur de la Gestapo, p.143). .... a suivre


source: le-nouvel-ordre-mondial.blogspace.fr



NOUVEL ORDRE MONDIAL : Qui sont les Rothschild ? (vidéos)

La famille Rothschild est une famille aux origines juives ashkénazes allemandes et aux nationalités multiples (allemande, française, britannique, israélienne, etc.). Les Rothschild se sont fait connaître depuis le XIIe siècle dans les domaines de la banque et de la finance mais également par leurs nombreuses œuvres philanthropiques, et, à partir de la fin du XIXe siècle, par leur soutien au sionisme.

HISTOIRE

Le patronyme fut adopté par leur ancêtre Isaac Elchanan, qui emprunta son nom de famille à la petite maison étroite qu'il occupait avec sa famille dans la Judengasse (rue des Juifs) de Francfort-sur-le-Main en Allemagne. Le nom Zum roten Schild, c'est-à-dire en français : « À l'Écusson rouge », ou encore « À l'Enseigne rouge », donna ainsi naissance à un nouveau patronyme : « Rothschild ».
Mayer Amschel Rothschild, (né Mayer Amschel Bauer) (1744-1812) va transformer le modeste commerce de prêt sur gages créé par son père en une banque reconnue et va devenir le gérant de la fortune de Guillaume Ier, électeur de Hesse-Cassel. Il aura sept enfants dont cinq fils. Il enverra chacun d'eux créer ou prendre la tête d'une filiale de la banque familiale à Londres, à Paris, à Vienne, à Naples et à Francfort, donnant les cinq branches de la famille. Sa fille ainée se maria avec Benedikt Moses Worms de la dynastie banquière Worms.
Le 29 septembre 1822, l'empereur d'Autriche François Ier éleva au rang de barons les cinq fils du fondateur de la dynastie (leur blason porte cinq flèches qui symbolisent les cinq branches de cette famille), Amschel Mayer Rothschild, ainsi que leurs descendants légitimes masculins et féminins portant le nom de Rothschild, sans distinction de nationalité.
Des mariages entre branches permettront à la famille de garder le contrôle de ses activités. Leur collaboration permettra aux Rothschild de se développer dans plusieurs domaines de l'activité bancaire, leur capacité de financement leur offrant ensuite des opportunités d'investissement. Ainsi au cours du XIXe siècle, ils deviendront d'importants financeurs et actionnaires dans l'exploitation minière et le développement du rail, deux des piliers du développement des économies industrielles en Europe. Les changements à la tête des gouvernements et d'autres événements politiques, jouèrent un rôle, positif ou négatif, sur la fortune de la famille mais trois événements furent marquants : les révolutions de 1848, la grande dépression des années 1930 et la montée du nazisme avec la Seconde Guerre mondiale qu'elle provoqua. Seules les branches anglaise et française existent encore aujourd'hui, les branches allemande, autrichienne et italienne s'étant éteintes.

Les différentes branches


 


Branche autrichienne :

À Vienne, Salomon Mayer Rothschild créa une banque dans les années 1820 et la famille devint rapidement une famille respectée de Vienne conduisant l'empereur à leur accorder un titre de noblesse pour leurs services. Le crash de 1929 impacta l'activité bancaire de la famille, le Baron Louis von Rothschild essayant de consolider alors la Creditanstalt, alors la plus grande banque autrichienne, pour prévenir une faillite. L'anschluss en 1938 conduisit la famille à abandonner ses banques et à fuir le pays. Les palais Rothschild furent confisqués et pillés par les nazis. En 1999, le gouvernement autrichien a accepté de rendre à la famille Rothschild 250 œuvres d'art volées par les nazis et qui se trouvaient dans les musées autrichiens.
Branche italienne :
L'unification de l'Italie en 1861 conduisit à la fermeture de la banque de Naples.
Branche allemande :
Wilhem Carl von Rothschild (1828-1901) fut le dernier Rothschild à exercer le métier de banquier à Francfort. Il n'eut que des filles. Son gendre, Maximilian Benedict von Goldschmidt-Rothschild, mourut à Francfort en 1940.
Branche anglaise :
Installé à Manchester, puis à Londres, Nathan Mayer Rothschild (1777-1836), fondateur de la banque londonienne, aurait fait fortune en étant informé avant tout le monde, par pigeon voyageur, de la victoire anglaise à Waterloo, lui permettant de spéculer. Cette version est aujourd'hui contestée[2].En effet, dès 1814, le général Wellington se voit prêter et envoyer par ce banquier de l'or pour continuer sa guerre en Espagne contre Napoléon. Deux titres de noblesse ont été successivement créés pour la branche anglaise : un premier titre de baronet, puis un titre de baron, tous deux transmissibles en ligne masculine exclusivement. La banque deviendra au cours du XIXe siècle une des principales banques de l'empire britannique. Lionel de Rothschild (1808-1879), le fils de Nathan, financera le gouvernement britannique pour sa prise de participation dans le canal de Suez (4 millions de livres sterling), se lancera, comme la branche française dans le développement du rail. Son fils Alfred de Rothschild sera pendant vingt ans l'un des directeurs de la banque d'Angleterre. La Rothschild Bank financera Cecil Rhodes dans le développement de la British South Africa Company et Leopold de Rothschild (1845-1917) gèrera la compagnie après la mort de ce dernier. Avec la branche française, Rothschild Frères, ils prendront le contrôle de la compagnie minière espagnole de cuivre Rio Tinto et deviendront les principaux actionnaires des mines de diamants de Beers d'Afrique du Sud. D'autres membres de la famille devinrent également des académiciens ou des scientifiques tels Walter Rothschild, zoologiste reconnu qui laissa son nom à différentes espèces (girafe de Rothschild, Petrogale rothschildi).
Le quatrième fils du fondateur de la branche, Nathaniel de Rothschild (1812-1870), né à Londres, déménagea pour Paris en 1850, pour travailler avec son oncle James Mayer Rothschild, fondateur de la branche française. Il acquit en 1853 le château Brane Mouton, un cru bordelais de Pauillac et le renomma Château Mouton Rothschild qui allait devenir un des crus les plus renommés au monde. Ses descendants, dont Philippine de Rothschild, actuelle propriétaire du cru, sont quelquefois rattachés à la branche française.

Branche française :

Elle est créée par James de Rothschild (1792-1868). Il installera la banque rue Laffitte à Paris. Grand collectionneur d'art, passionné de chevaux, de vin et philanthrope, il fera également construire le château de Ferrières. Ses descendants perpétueront la tradition et la renommée de la famille dans la banque mais aussi dans les écuries de course de chevaux, dans les vignobles (James acquiert ce qui deviendra Château Lafite Rothschild dans le Bordelais quelques années après l'acquisition de son neveau Nathaniel), des hôpitaux, des écoles, etc. La branche française soutient l'effort de guerre en 1870 et certains membres combattent en 1914 et 1940. Guy de Rothschild reçoit ainsi la croix de guerre 1939-1945. La famille doit également faire face à l'antisémitisme montant. L'ensemble de ses biens est confisqué par le régime de Vichy et l'occupant allemand, sa collection d'art étant pillée. La banque est relancée à la Libération, elle sera nationalisée en 1981 avec l'arrivée de la gauche au pouvoir. David de Rothschild, fils de Guy, alors âgé de 39 ans, décidera alors de créer une nouvelle banque en France. En 2003, il prend la tête de NM Rothschild, qui rassemble les activités des branches anglaise et française. En 1953, Edmond de Rothschild (1926-1997) crée ce qui va devenir le groupe LCF Rothschild. Son fils Benjamin de Rothschild en prend la direction en 1997. Le groupe est présent dans de nombreux secteurs de la finance, du conseil patrimonial, de la gestion, du conseil, et de l’assurance.
Citation d'Edmond de Rothschild (1926-1997) :
« Un Rothschild qui n'est pas riche, pas juif, pas philanthrope, pas banquier, pas travailleur et qui ne mène pas un certain train de vie, n'est pas un véritable Rothschild ».




par streettv.