LE CHAT DE LA STREET T.V.

lundi 28 janvier 2013

FRANCE : Années 70, quand la pédophilie n'était pas un crime

extrait Wikipédia " Apologie de la pédophilie "

Les mouvements européens francophones

La première organisation pédophile francophone naît dans le cadre de l'« affaire de Versailles ». Paraît également dans Libération un appel à participation à une réunion pour constituer le FLIP (Front de libération des pédophiles). Si cette réunion a bien lieu, le FLIP ne lui survit pas, des divergences survenant entre les personnes présentes. Les plus radicaux fondent à la mi-77 le FRED (Front d'action de recherche pour une enfance différente), qui définit en décembre de la même année un programme, publie quelques textes en 197847, puis disparaît début 1979, par manque d'organisation et à cause de dissensions entre ses membres48.
Le premier groupe militant pédophile francophone à durer est le GRED (Groupe de recherche pour une enfance différente), fondé en juillet 1979, membre du CUARH (Comité d'urgence antirépression homosexuelle) et de l'IGA (International Gay Association). Le GRED déclare dans sa revue Le Petit Gredin (10 numéros de 1981 à 1987) vouloir « élargir son public aux « professionnels » de l’enfance, aux parents eux-mêmes, aux juges et aux éducateurs. Et aux enfants ! »49 afin d'être un organe de débat plus que de militantisme, attitude que le mouvement adopte également lors des conférences et tables rondes auxquelles il est convié49.

Le CRIES (Centre de recherche et d'information sur l'enfance et la sexualité) est fondé en Belgique, suite à la disparition du Groupe d'étude sur la pédophilie (GEP), par Philippe Carpentier afin de « rassembler des gens comme [lui] » indépendamment du mouvement homosexuel49. De début 1982 à fin 1986, le CRIES publie vingt-huit numéros de L'Espoir. Cette revue est avant tout un organe militant qui, à travers récits, illustrations et articles sur les autres mouvements, fait l'éloge des amours pédérastiques.
Dans les années 1980, parallèlement à ces organes de mouvements militants, paraissent divers magazines49, plus ou moins liés au militantisme pédophile comme Palestra, dirigée par Jean-Manuel Vuillaume et François Valet, qui ambitionnait de « recenser les grandes figures culturelles de l’enfant » et propose à ses lecteurs « une synthèse agréable et divertissante sur l'enfant dans la culture »50, ou Gaie France (1986-1993), publiée par Michel Caignet et qui soutient pédérastes et pédophiles51. De nombreuses revues de photographies sont aussi publiées : Backside (1983-1985)52, Jean's (1985)53, Beach Boys (1985-1986), Eklat (1985) et Photokid (1986).
Ces groupes, qui se rattachent encore à l'esprit contestataire post-soixante-huitard et aux mouvements homosexuels, reconnaissent un changement des mentalités, aussi bien de la part de leurs anciens alliés que de la société en général49.
Certains membres du milieu « pédophile militant » sont par la suite discrédités en raison de leur implication dans des affaires de viol sur mineur ou de vente d'images pédopornographiques ; le CRIES disparaît brusquement en 1987 lorsque l'on découvre que, derrière les photos « soft » de L'Espoir, Philippe Carpentier organisait un trafic d'images et de vidéos pédopornographiques impliquant dix-huit pays54 ; Jean-Manuel Vuillaume est condamné en 1997 pour avoir tourné en Colombie des vidéos pornographiques mettant en scène des adolescents mineurs55, affaire à laquelle Michel Caignet est également mêlé. Ces revues et mouvements ont donc pu contribuer à la formation de réseaux « pédocriminels ».

Des groupes dispersés

Ces mouvements, s'ils se font des publicités réciproques dans leurs publications, sont cependant peu nombreux, peu influents et surtout peu coordonnés, bien que certaines tentatives de regroupement soient effectuées, souvent à l'échelle nationale.
Les 5 et 6 juillet 1986, la NAMBLA, la SAP suisse, un groupe australien et des mouvements scandinaves se rencontrent à Copenhague. Ils cherchent les moyens de réinsérer le combat pour l'acceptation de la pédophilie dans celui pour la liberté sexuelle et proposent que les homosexuels continuent à combattre de front avec les pédophiles, tout en constatant affronter une très vive hostilité de la part des féministes56. Cette rencontre, qui survient alors que le mouvement s'essouffle, n'a pas d'effet concret. Actuellement, l'IPCE organise depuis sa création une rencontre annuelle de ses membres mais celle-ci n'accueille que très peu de personnes (quatre en 2006)57.




Rejoignez la page Street Télé Virtuelle sur Facebook



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire