LE CHAT DE LA STREET T.V.

jeudi 31 janvier 2013

FRANCE : Deux hommes (stupides) braquent une école en plein jour

image Informacyde
Une école pri­maire de Seine-Saint-Denis a été bra­quée la semaine der­nière par deux mal­fai­teurs équi­pés d'armes à feu, qui ont pris la fuite après s'être fait remettre près de 200 euros par la direc­trice de l'établissement, a-t-on appris ven­dredi de sources concordantes.
Les faits se sont dérou­lés "en pleine jour­née" le jeudi 24 février, à l'école Paul Eluard de Bobigny, a pré­cisé une source proche de l'enquête.
"Les deux mal­fai­teurs étaient cagou­lés et armés. Ils se sont intro­duits dans l'école aux alen­tours de 16h00, puis sont entrés dans le bureau de la direc­trice et l'ont obligé à leur remettre de l'argent contenu dans un coffre", a raconté cette source.
Selon une source proche du dos­sier, les mal­fai­teurs ont pris la fuite avec 200 euros, à l'origine des­ti­nés à finan­cer une sor­tie scolaire.
Contactée par l'AFP, la mère d'un enfant sco­la­risé dans l'établissement s'est dite "cho­quée" par l'intrusion des deux bra­queurs, "comme l'ensemble des parents" d'élève de l'école.
"On est sur­pris que ces per­sonnes aient pu s'introduire aussi faci­le­ment", a-t-elle déclaré. "A cette heure-là, tous les élèves étaient encore dans l'établissement, à l'intérieur des classes. Ca aurait pu très mal finir", s'est elle inquiétée.
"Ce type d'incident n'était jamais arrivé, c'est très inha­bi­tuel. On ne com­prend pas pour­quoi ces gens sont venus cher­cher de l'argent dans une école", a assuré pour sa part la maire de Bobigny, Catherine Peyge (PC), qua­li­fiant ces faits d'"inadmissibles".
"Nous espé­rons que les auteurs de l'agression seront rapi­de­ment iden­ti­fiés et inter­pel­lés", a-t-elle ajouté.
Selon l'inspection aca­dé­mique de Seine-Saint-Denis, la police s'est immé­dia­te­ment ren­due dans l'école après le bra­quage. "Une cel­lule psy­cho­lo­gique a été mise en place" et "une réunion d'information a eu lieu avec les parents d'élèves", a pré­cisé Cécile Tabarin, chef de cabi­net de la direc­tion académique.
Suite à ces évène­ments, une équipe mobile de sécu­rité a été déployée dans l'école pour une durée de semaine. "Nous nous sommes enga­gés à ce qu'un emploi d'avenir soit ensuite créé pour assu­rer la sécu­rité de l'école. le contrat devrait être signé dans les pro­chains jours", a indi­qué Mme Tabarin.

source : vousnousils.fr



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire