LE CHAT DE LA STREET T.V.

vendredi 25 janvier 2013

ROTHSCHILD : La vraie histoire des "maîtres" du monde (vidéo)



L’histoire des Rothschild est intimement mêlée à celle de la banque en Europe. Depuis Mayer Amschel et ses cinq fils qui partirent fonder, à la fin du dix-huitième siècle, un réseau de banques à Paris, Londres, Vienne, Naples et Francfort, le Groupe Rothschild s’est développé sur les cinq continents. Il compte aujourd’hui des implantations dans une vingtaine de pays et gère quelques 215 milliards de francs pour compte de tiers, sur toutes les classes d’actifs.
A Paris, Rothschild & Cie Gestion offre une gamme complète d’OPCVM, qui repose sur ses compétences propres et sur celles des autres centres de gestion du Groupe dans le monde. Rothschild & Cie Gestion a développé plus particulièrement une expertise dans la sélection d’actions européennes (dont les actions françaises), et met parallèlement l’accent sur un contrôle permanent des risques, qui s’effectue notamment par une utilisation maîtrisée des produits dérivés. Au 31 mars 1999, Rothschild & Cie Gestion gère environ 23 milliards de francs pour le compte de clients institutionnels et privés, français et étrangers. L’Institut de Biologie physico chimique (IBPC). L’Institut Pasteur était une réalisation du baron Edmond de Rothschild comme la Caisse nationale des sciences, l’ancêtre du CNRS. Beaucoup d’énigmes entourent le centre secret du négoce bancaire international: la Maison Rothschild.
En 1750, Mayer Amschel Bauer acheta la banque de son père à Francfort et troqua son nom pour celui de Rothschild – « l’enseigne rouge » qui était suspendue à sa porte.

 Mayer se maria. II eut cinq garçons et cinq filles. Les prénoms de ses fils étaient Amschel, Salomon, Nathan, Kalmann (Karl) et Jacob (James). Son ascension s’accéléra lorsqu’il obtint les faveurs du prince Guillaume IX de Hesse-Hanau. Il prit part, en sa présence, à des rencontres de francs-maçons en Allemagne. Ce prince Guillaume, ami de la dynastie de Hanovre, avait des revenus considérables en louant ses mercenaires de Hesse au roi anglais (de Hanovre). Ce furent les mêmes troupes qui combattirent, plus tard, contre l’armée de Washington dans la Valley Forge. Rothschild devint le banquier personnel de Guillaume.
Lorsque le prince Guillaume dut s’enfuir au Danemark à cause des troubles politiques, il déposa à la banque Rothschild le salaire des mercenaires, soit 600.000 £. Nathan Rothschild (le fils aîné de Mayer Amschel) emporta avec lui cet argent à Londres grâce auquel il put ouvrir aussi une banque. L’or qui servit de garantie était issu de la East India Company. Nathan obtint une plus-value de 400 % en prêtant de l’argent au duc de Wellington qui finançait ainsi ses opérations militaires et en vendant aussi, plus tard, de façon illégale, l’or qui devait servir de garantie.
Ces transactions furent à l’origine de la fortune gigantesque de la famille Rothschild. C’est alors que débuta le commerce bancaire international : chaque fils ouvrit une banque dans un pays différent, Amschel à Berlin, Salomon à Vienne, Jacob à Paris et Kalmann à Naples. Salomon était franc-maçon.
Mayer Amschel Rothschild écrivit son testament dans lequel il indiquait comment la fortune de famille devait être gérée à l’avenir. La fortune serait administrée par les hommes et ce serait l’aîné qui aurait le pouvoir décisif et trancherait en cas de désaccord. Toutes les tenues de compte devaient rester absolument secrètes, particulièrement pour le gouvernement. Les Rothschild correspondaient par langage codé et signes cabalistiques.
En 1773, Mayer Amschel Rothschild aurait rencontré en secret dans sa maison, rue Juive à Francfort, douze bailleurs de fonds juifs, aisés et influents (les Sages de Sion ?) pour mettre à l’étude un projet de contrôle de la fortune mondiale. [...]
Des banques
 Donnez moi le contrôle de la monnaie d’une nation, et je me moque de qui fait les lois !
Amschel Mayer Rothschild (1743-1812)
Les Khazars* les plus puissants et les plus célèbres sont les Rothschild. Voici leur histoire : Moïse Amschel Bauer, un joaillier et cambiste nomade, d’origine Khazar, s’établit dans la ville où son fils Mayer Amschel Bauer vit le jour en 1743, à Francfort, en Allemagne.
Il accroche une enseigne rouge au-dessus de son magasin rue des juifs, le signe des Khazars.
C’est Mayer Amschel qui changea son nom plus tard et prit le nom « d’enseigne rouge ». Après la mort de Moïse Bauer, Amschel Bauer commence un apprentissage dans la banque Oppenheimer à Hanovre et devient rapidement un junior partner. La pierre angulaire de la richesse de Rothschild est le fait qu’il connaît le général Von Estorff qui, à cette époque, s’occupait de la messagerie de la banque. C’est par lui qu’il devient conseiller proche du prince Guillaume de Hanau.
En 1770 il épouse Gutele Schnaper, qui a 17 ans, et fonde une famille de 5 garçons et 5 filles.
ramesh meot shekelim – bank Israel)
Rothschild, agent du marchand de chair humaine Guillaume de Hanau, qui loue ses troupes à tous les gouvernements, élabore les plans pour fonder les Illuminati de Bavière, et désigne le jésuite Adam Weishaupt pour s’occuper de leur développement.

À l’aide d’une somme de 3 millions $, qu’il soutire au prince Guillaume, il décide de développer ses affaires sur une plus grande échelle. Il devient le premier banquier international ! Mayer Amschel lègue cet argent à son fils Nathan, qui gère les affaires de la famille à Londres et qui s’enrichit en prêtant de l’argent au duc de Wellington, quadruplant sa richesse.
Fort de cette richesse, les Rothschild ouvrent des succursales à Berlin, Vienne, Paris et Naples, où ils mettent leurs fils aux commandes. Londres a été et reste toujours le siège principal des Rothschild.
Dans le testament de Mayer Amschel il est précisé que toutes les positions clé doivent être occupées par des membres de la famille, et que ceux-ci, pour conserver le patrimoine et la richesse, doivent se marier entre cousins et cousines du premier et deuxième degré. La règle a été assouplie plus tard, quand d’autres banques juives sont apparues, et que les Rothschild ont marié leurs enfants à ces familles d’élite, pour agrandir la fortune.
On sait que les Rothschild étaient de fervents Talmudistes, que le contenu du Talmud faisait partie des lectures quotidiennes.
Des magiciens de la finance et des fins calculateurs, poussés par un instinct diabolique jusqu’au succès de leurs agissements secrets, c’est ainsi que le biographe Frederic Morton décrit Mayer Amschel et ses cinq fils.
Après leur succès à Waterloo, ils se mirent à la conquête des ÉtatsUnis. Ils perdirent le premier round, quand le président Jackson décida de fermer la Bank of the United States, qu’ils avaient fondée, en mettant son veto. Mais ils ne lâchèrent pas prise.
Ils excitèrent la haine des deux côtés pendant la guerre civile américaine de 1861-1865, financèrent les deux côtés à travers leur banques de Paris et Londres.
En 1914 leurs deux agents principaux, Kuhn Loeb & Co et J. P. Morgan & Co, étaient bien établis aux USA. Jacob Schiff prit le commandement et appuya, à l’aide de ses relations avec les représentants allemands des Rothschild, la banque M.M Wartburg de Hambourg et d’Amsterdam, l’édification de l’empire de Rockefeller, la Standard 011, les chemins de fer d’Edward Harriman, et les aciéries de Carnegie.
En 1907 ils provoquèrent en Amérique la plus importante crise monétaire de cette époque, à travers les banques Kuhn Loeb, Morgan et Wartburg, dont la conséquence fut la création de la banque centrale privée des Rothschild, la Federal Reserve Bank, avec leur agent et collaborateur de Kuhn Loeb & C°, Paul Wartburg à sa tête.
Jacob Schiff était pour les Rothschild le financier et le coordinateur de la révolution bolchevique et le financier des Khazars (Trotski et ses hommes), afin de permettre (comme il y a 1000 ans) que les Khazars reviennent au pouvoir en Russie.
Nous savons par les plans de Mazzini et de Pike que tout allait comme prévu, et qu’on avait monté de toutes pièces un scénario de guerre froide pour endormir l’opinion publique. On peut affirmer, sans exagérer, que la Russie, l’Armée rouge, appartient aux détenteurs de l’emblème des Khazars, à ceux qui portent son nom, les Rothschild. Ce n’est que la pointe de l’iceberg des Rothschild.
Aujourd’hui la famille veut donner l’image d’une existence discrète et anonyme. Ce qui fait que la plupart des gens croient qu’à part la légende, il ne reste pas grand chose. Les Rothschild se laissent porter par cette légende.

Baron Edmond de ROTHSCHILD
Ha Naassi – le Prince qui s’acheta une « terre sainte »
Revue Undercover n°14

* Les Khazars sont une partie du "peuple" juive. Ils sont en majeur parti russe ou d'europe de l'est. 

extrait : cmick23r.wordpress.com






Rejoignez la page Street Télé Virtuelle sur Facebook

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire