LE CHAT DE LA STREET T.V.

samedi 9 février 2013

FRANCE : 270 jours de manifestation permanente pour Bruno face a la Société Générale


Une administratrice de l'APLOMB avait envoyé, comme beaucoup d'autres, une lettre à Monsieur Frédéric Oudéa, PDG de la Société Générale.

Dans ce courrier, deux questions étaient posées.

1) Est-il au courant du siège de son agence de Lons le Saunier ?

2) Reconnaît-il que la Société Générale pratique des taux usuraires comme nous l'avons maintes fois démontré.

La réponse n'a pas été rédigée en langue française mais en langue de bois. Ça tombe bien, depuis que Najat est porte-parole du gouvernement, toute la France le parle.

Concernant le siège de son agence: "Dans votre correspondance, vous appelez son attention sur la situation de Monsieur Boulefkhad, client de l'agence de Lons le Saunier. Tout d'abord, je crois important de vous signaler que la Société Générale est très attentive à la situation de monsieur Boulefkhad".

A Paris, non seulement ils sont au courant, mais ils sont attentifs à sa situation.

C'est quoi sa situation ? Un homme est debout devant cette agence depuis 270 jours. Après avoir supporté les chaleurs de l'été, jusqu'à 39°, il est aux prises avec la rigueur de l'hiver Jurassien. Température jusqu'à -10°, humidité permanente, froid, neige.

Ils sont attentifs à sa situation ? En écoutant Itélé ou M6, ils savent qu'il a le dos défoncé et tous les maux qui vont avec. Sa santé décline de plus en plus. Il est épuisé.

Ils sont attentifs à cette situation ? Oui, comme le spectateur d'une corrida qui contemple le taureau agonisant  et attend avec jouissance et délectation son dernier soupir.

Ils sont attentifs à cette situation ? Alors ça tombe bien, l'APLOMB dont Bruno est administrateur, les prévient avec la plus grande solennité. S'il arrive malheur à Bruno, vous serez considéré comme directement responsable. Pas dans votre conscience bien sûr car vous n'en avez pas, mais devant le Procureur. Je vous informe d'ailleurs que la plainte est déjà rédigée.

Concernant la seconde question:

"Que la Société Générale reconnaisse que les frais et commissions d’interventions débités sur les comptes des clients sont liés directement aux découverts, sont une des composantes de leurs coûts et doivent se retrouver tout naturellement dans le rapport exprimé par le taux effectif global."

la réponse est: "La Société Générale se conforme aux règles légales et juridisprudentielles".

Là c'est parfait, vous vous conformez aux règles légales et jurisprudentielles.

Vous les connaissez au moins ces règles légales ? Je vous en rappelle celle sur le taux d'usure. Aucun intérêt ne peut dépasser le seuil légal de l'usure (situé aux alentours de 21%).

Tout les dossiers de la Société Générale que nous avons étudiés, je dis bien tous, enregistrent des taux largement supérieur au seuil de l'usure. 

Comme vous vous conformez aux lois, vous savez qu'il s'agit d'un délit puni de 45.000€ d'amende, 2 ans de prison et 5 ans d'interdiction de pratique de l'activité professionnelle en cause. 

Messieurs les mécanos de la générale, ça vous concerne directement. Et n'essayez pas de me contrer avec une "dénonciation calomnieuse" ou "propos diffamatoires", car les dossiers que j'ai sous les yeux prouvent que j'ai raison. 

Vous vous conformez également aux "règles jurisprudentielles". Bien, alors il est inutile de vous rappeler la Cassation du 5 février de l'an 2008. 

La lecture des jugements et arrêts est sans doute ardue, mais au moins ce n'est pas du langage de bois.

Enfin, vous rappelez que la justice est saisie et que vous attendez sa décision. Connaissant les délais de l'institution judiciaire dont l'unité est plus proche de l'échelle du temps géologique que du chrono olympique, 
vous savez que Bruno Boulefkhad restera longtemps place de la Liberté à Lons le Saunier. peut-être prendra-t-il la place du Général Lecourbe qu'il contemple à longueur de journée.

Cette action est de plus en plus médiatisé. Elle a réveillé les consciences. le mouvement des indignés s'en est emparé, au Nord, au Sud et maintenant à l'Ouest. 

A l'APLOMB nous n'avons pas de slogans vagues contre "l'ennemi sans visage" dont vous êtes une figure de proue. Nous n'avons que des arguments juridiques précis et solidement étayés.

" Vous avez voulu éviter la guerre par le déshonneur, vous aurez les deux" comme disait le vieux Lion.





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire