LE CHAT DE LA STREET T.V.

samedi 9 février 2013

FRANCE : 50 millions d'euros occultés au CHU de Nantes ?


Presse Océan divulgue le rapport de la chambre régionale des comptes concernant le CHU de Nantes. L’analyse pointe des failles, en matière de financement, du projet de regroupement des activités de l'hôpital sur l’île de Nantes.
Une prouesse. Exsangue à la fin de l’année 2007, le centre hospitalier universitaire (CHU) de Nantes s’est refait une santé, à marche forcée. Le déficit abyssal de l’établissement, qui cumulait à 33 millions d’euros, est résorbé. « La situation financière du CHU s’est incontestablement améliorée à partir de 2008 », salue la chambre régionale des comptes dans un rapport qui sera dévoilé lundi aux membres du conseil de surveillance de l’hôpital.
Les charges de personnel sont « désormais maîtrisées », la productivité s’est « améliorée sensiblement » notent les magistrats. L’activité a connu une croissance significative, notamment en chirurgie ambulatoire.
Manifestement, le plan de retour à l’équilibre a pulvérisé les prévisions les plus optimistes. À tel point que les magistrats pointent « la constitution irrégulière de réserves budgétaires ». S’agissant de l’exercice 2010, le « magot » ainsi épargné a dépassé 21 millions d’euros. Les magistrats pensent même que la direction de l’Hôtel Dieu aurait occulté « un excédent de l’ordre de 50 millions d’euros en 2011 ».
En tout état de cause, la stratégie n’est pas la bonne, énonce la chambre régionale des comptes. L’autofinancement aurait été le même avec l’affichage d’un excédent. Et ce choix politique « pèse sur l’avenir » car l’apurement de nombreux emprunts risqués reste à faire. Fin 2010, le CHU de Nantes avait 34 emprunts sur les bras, dont 18 contrats potentiellement toxiques, note la chambre régionale des comptes.

Projet à un milliard
Cette donne complique le projet de transfert des activités sur le site de l’île de Nantes, dont la valeur actualisée oscille entre 863 M€ et 981 M€, selon que l’on inclut ou non les équipements. « Le CHU seul ne peut assumer le financement du projet. Une aide externe est nécessaire à hauteur de 253 M€, soulignent les magistrats, qui mettent en garde: Cette aide est in fine la seule variable d’ajustement en cas de dérive des coûts (…) Ni l’autofinancement ni l’emprunt ne peuvent raisonnablement être sollicités davantage ».
Pour Sandrine Delage, directrice de la communication du CHU de Nantes, le rapport de la chambre régionale des comptes est « positif. L’enseignement essentiel est que la situation du CHU s’est améliorée au point d’avoir restauré son équilibre financier. Le CHU a su s’adapter. L’activité de l’hôpital est dynamique, l’établissement a une stratégie, un projet. » Le projet « Île de Nantes », poursuit-elle, est « une nécessité ». « Même sans ce projet, on aurait un milliard d’investissement pour l’Hôtel-Dieu et Laënnec. Des travaux à fonds perdus car on sait que l’on ne sera jamais aux normes en matière de sécurité incendie ou d’hôtellerie sur le CHU…»

source : presseocean.fr



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire