LE CHAT DE LA STREET T.V.

jeudi 14 février 2013

FRANCE : "Les FEMEN non sont pas des amies de la démocratie"


N'est pas Pussy Riot qui veut, les Femen sont en train de l'apprendre à leurs dépends. La dernière provocation de ce groupe ultra féministe, dans sa version française, à savoir l'irruption seins nus au cœur de Notre-Dame de Paris en hurlant des injures contre le pape Benoit XVI et les catholiques, a permis de lever l'hypothèque qui pesait sur la vertu démocratique de ce groupuscule : les Femen ne sont pas des amies de la démocratie.

Jusque-là, un silence poli avait accueilli les premières manifestations des Femen dans la sphère politique et publique française. Personne n'osait, au motif sans doute que les Femen ukrainiennes mènent un combat autrement plus dangereux, émettre de réserves et/ou de critiques à l'encontre de la version française du groupe d'intervention politique, d'autant qu'il était soutenu par Caroline Fourest.

A-t-on besoin des Femen en France ?

Ce muet accommodement avait déjà accueilli la présence des Femen lors du défilé de Civitas (organisation ultra-catholique hostile au mariage gay) et les incidents inévitables que cela avait déclenché. De nombreux observateurs s'interrogeaient en "off" : a-t-on besoin des Femen en France ? Sommes-nous à ce point si en retard démocratiquement qu'il faille avoir recours à des méthodes d'expression politique outrancière destinées à provoquer, à l'origine, des régimes autoritaires ?

Ajoutons que la présence dans les leaders des Femen d'une ancienne militante PS qui se fit connaître lors de mouvements étudiants (Loubnia Meliane) laissait augurer du pire : la récupération d'un mouvement par des personnalités en mal de quart d'heure warholien. Montrer ses seins en public sous un prétexte politique, c'est l'assurance de passer de nouveau à la télé.

La provocation de Notre-Dame est venue confirmer les doutes que l'on pouvait nourrir au sujet des Femen. Ce mouvement n'a rien à faire en France parce qu'il ne correspond pas à la France.

Il y a de cela un an, l'auteur de ces lignes a assisté, à Notre-Dame, à l'appel des Catéchumènes désireux d'embrasser la foi chrétienne. On peut être agnostique de culture catholique, ne pas aller à la messe tous les dimanches et continuer d'aimer "rien tant que les pompes de l’Église", comme l'écrivait Apollinaire.

la suite : nouvelobs.com



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire