LE CHAT DE LA STREET T.V.

vendredi 8 février 2013

HISTOIRE : La Saint Valentin est a l'origine la fête du dieu des troupeaux...

Faunus Lupercus

Qui est Valentin ?

Valentin était un médecin devenu prêtre chrétien à Rome au 3ème siècle sous le règne de l’empereur Claude II le Gothique.

Claudius_II_Gothicus


Claude II le Gothique
 Celui-ci, qui voulait constituer de puissantes légions, avait fait interdire les mariages et même les fiançailles car il trouvait que les hommes qui avaient une attache amoureuse faisaient de mauvais soldats. Valentin, bravant cette interdiction, mariait les couples en secret ; il fut démasqué et arrêté. Pendant sa captivité qui dura près d'un an, il se lia d'amitié avec Augustine, la fille d'Astérius, l’officier qui le gardait prisonnier. Celle-ci était devenue aveugle quelques années plus tôt. Valentin commença à ressentir jour après jour un sentiment très pur pour elle. En invoquant Dieu à la demande d'Astérius, il fit miraculeusement retrouver la vue à la jeune fille, ce qui amena la conversion des parents de celle-ci et par la suite celle de leur nombreuse famille.

L’ayant appris, l’empereur Claude craignit que les conversions se mutiplient. Valentin fut donc amené à comparaître devant l'empereur et des juges qui l'interrogèrent longuement. Il affirma sa croyance en un Dieu unique qui le guidait vers la lumière. L'empereur l'écoutait attentivement. Mais les juges reprochèrent à Valentin d’avoir insulté devant eux les dieux romains Jupiter et Mercure et ce-faisant il avait aussi insulté l’empereur et les gouvernants. L'empereur prononça alors la condamnation à mort de Valentin, mais aussi celle d'Astérius. La veille de son exécution, Valentin envoya à sa bien-aimée, en guise d'adieu, des feuilles en forme de cœur avec un petit message « Ton Valentin ». Le 14 février 269, il fut emmené sur la voie Flaminienne pour être roué de coups de bâtons noueux avant d’être décapité d’un coup de glaive. 

Le martyre de Saint Valentin ?
 Il fut enterré sur place, dans la propriété d’une pieuse matrone romaine qu’il avait convertie. Un amandier rose, symbole de l'amour éternel, fut planté sur sa tombe. A cet endroit une basilique en l’honneur de Valentin fut érigée par le pape Jules 1er au milieu du 4ème siècle.

Gélase 1er
En 494 Valentin fut canonisé par le pape Gélase 1er et déclaré saint martyr. La basilique, restaurée par le pape Honorius 1er au début du 7èmesiècle, était la première que rencontraient les pèlerins quand ils approchaient de la Ville éternelle. Le culte de Saint Valentin prit un développement intense, spécialement dans la Sabine et dans le Latium, où lui furent dédiées un très grand nombre d’églises. A Rome on en comptait quatre. Valentin devint le symbole de l'amour pur, entier et engagé, et il fallait que le 14 février soit reconnu officiellement comme le jour de la Saint Valentin par l'Église catholique, dans le but évident de contrer la fête païenne des Lupercales.


 
Voici un autre fait qui nous (street tv) permet de croire que cette histoire est un "prétexte" pour le "pape" qui a été celui qui a donné pour date de naissance a Jesus (sws) le 25 décembre. Pour en savoir plus sur ces fêtes que sont noël et le jour de l'an. Noël et le jour de l'an n'ont rien a voir avec la religion chrétienne.
*Pape Jules 1 premier
[...] Surtout, l’équivoque vient du fait que le choix officiel de la naissance de Jésus-Christ remonte à l’an 306 lorsque le pape Jules 1er décide que le 25 décembre sera la date de la célébration de la naissance du Christ. Le pape a choisi cette date pour incorporer la fête païenne des Saturnales aux rites chrétiens. Les Saturnales était une fête de 7 jours autour du solstice d’hiver dans la Rome Antique. Les festivités de l’époque romaine offraient des sacrifices au Dieu Saturne, les esclaves étaient libérés le temps de la fête, une journée était consacrée aux enfants et le sapin était décoré, étant le seul arbre encore vert à cette période. [...]
source : adicie.com
  
Continuons a lire l'article précédent..


La fête des Lupercales


La fête des Lupercales était une fête de purification qui avait lieu à Rome du 13 au 15 février, c’est-à-dire à la fin de l’année romaine, qui commençait le 1er mars.

Faunus Lupercus

Cette fête dédiée à Faunus Lupercus, dieu des troupeaux et des bergers, et à Junon, protectrice des femmes et du mariage romain, était l'occasion de célébrer la fertilité et la fécondité par des rites peu catholiques où boissons, coups de lanières et corps dénudés avaient tout pour choquer l'Église. 


Les Luperques, prêtres de Faunus Lupercus étaient au nombre de douze et étaient les descendants des fondateurs de Rome. Ces prêtres sacrifiaient un bouc et des chèvres à leur dieu dans la grotte du Lupercal, au pied du mont Palatin où, selon la légende, Lupa la louve avait allaité Romulus et Rémus, après avoir découvert les deux jumeaux sous un figuier sauvage situé devant l'entrée de celle-ci. 
La virginité d’une jeune fille était également offerte à Faunus Lupercus en plaçant celle-ci sur la virilité de la statue du dieu et en l’obligeant à rester immobile jusqu’à la fin des sacrifices. Deux jeunes adolescents nus, assistaient à la cérémonie. Ils évoquaient les deux frères Romulus et Rémus. Le prêtre sacrificateur leur touchait le front de son couteau, symbole de la mort. Puis le sang était essuyé d'un flocon de laine imbibé de lait, symbole de la purification. À ce moment, les jeunes gens devaient rire aux éclats, symbole du retour à la vie. Puis conduits par les Luperques, de jeunes hommes couraient presque nus, vêtus uniquement d'une ceinture en peau de bouc, dans toute la ville de Rome, armés de lanières taillées dans la peau du bouc sacrifié, avec lesquelles ils fouettaient les femmes rencontrées sur leur passage. Le bouc était symbole de la fécondité et ces coups étaient censés rendre fécondes les femmes qui souhaitaient avoir un enfant dans l’année, aider les femmes enceintes à supporter les douleurs de l’accouchement, et aussi favoriser la montée de lait de celles qui étaient de jeunes mères. 


 Les Luperques dans Rome

Durant cette fête, les jeunes gens tiraient au sort les noms des jeunes filles qui les accompagneraient durant les trois jours de la fête dans des jeux souvent érotiques. Parfois certains se plaisaient et restaient en couple par la suite. La fête se terminait par un banquet où l’on buvait beaucoup, et celà finissait généralement en scènes de bacchanales. On est alors loin, bien loin du côté « fleur bleu romantique » de la Saint-Valentin actuelle. Pour faire disparaître ces anciennes fêtes de débauche, le pape Gélase 1er fixa par décret en 498 la fête de Saint-Valentin au 14 février. 


source : domsblog9.canalblog.com



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire