LE CHAT DE LA STREET T.V.

dimanche 10 février 2013

MARIAGE GAY : Fin des débats a l'Assemblée à 5h40

Les députés sont sortis de l'Hémicycle à 5h40 samedi matin après 10 jours et 109 heures de discussions passionnées. Le projet de loi doit faire l'objet d'un vote solennel mardi après-midi.

 

Au onzième jour de débats, les députés ont achevé samedi, à 5h40 du matin, l'examen du projet de loi ouvrant le mariage et l'adoption aux couples de même sexe. Avec 109 heures de discussions et 5000 amendements examinés, ce texte arrive au septième rang des textes les plus débattus de la Ve République. Félicité par la ministre de la Justice, Christiane Taubira, par les députés PS, mais aussi par le président du groupe UMP, Christian Jacob, pour sa présidence «impartiale», Claude Bartolone a tenu à présider lui-même 90 heures de débats, un record celui-là absolu pour un président de l'Assemblée nationale. Le vote solennel sur le texte aura donc bien lieu le mardi 12 février, même si certains, à l'UMP, espéraient secrètement en retarder la date. 

La nuit dernière, une cinquantaine de députés de l'opposition ont défendu sans relâche leurs amendements, face à des élus de la majorité excédés, mais impuissants. A quatre heures du matin, il en restait encore 200 à examiner, déposés après l'article 23 (et dernier) du texte. Parmi les multiples interventions, celle du député UDI de Polynésie, Jean-Paul Tuaiva, a été écoutée attentivement. Ce chef d'entreprise a expliqué, sous les applaudissements du groupe UMP, qu' «en raison d'une forte emprise de l'église, les familles polynésiennes ont du mal à accepter que l'on puisse marier deux hommes ou deux femmes». Ces propos ont ravi les députés UMP, qui espèrent que les parlementaires ultramarins seront dans leur camp le jour du vote.

Taubira encensée

Vers une heure du matin, le coprésident du groupe des Verts, François de Rugy, qui revenait de Nantes, a provoqué la colère des élus UMP, alors que le climat était plutôt calme dans l'Hémicycle. «Je ne suis pas dépaysé, les mêmes sont toujours là. Le Breton est toujours là (en parlant de Marc Le Fur), le Normand Gosselin est toujours là, le Poisson (Jean-Frédéric Poisson ndrl) qui fraye dans des eaux parfois un peu troubles est toujours là, même celui qui a été surnommé le troll de l'Assemblée (Hervé Mariton ndrl) est toujours là». Le député Vert de Loire-Atlantique a encore lancé: «On a bien compris qu'avec vous, quand on est homosexuel, il vaut mieux se faire discret, et vouloir se marier, c'est trop». Le patron des députés UMP, Christian Jacob, a dénoncé des propos «minables et indignes», et réclamé une suspension de séance. Agacé par cet incident, le président de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone, a réuni les présidents de groupes. À la reprise, le député Vert a dit «regretter» ses propos, ce qui a calmé l'atmosphère.
Tout au long des débats, les députés UMP ont dénoncé «une victoire à la Pyrrhus» sur ce texte, et les «poupées russes» qui se cachent derrière le mariage et l'adoption pour les couples de même sexe: selon eux, la procréation médicalement assistée (PMA) pour les couples de femmes, et à terme la gestation pour autrui (GPA) pour les couples d'hommes, dont le gouvernement dit ne vouloir à aucun prix. «Si, par bonheur, les Français nous faisaient confiance en 2017, nous aurions à réécrire cette loi, et apporter une meilleure réponse aux couples de même sexe», a assuré Hervé Mariton, l'orateur principal du groupe UMP.

«Incitation à la GPA pratiquée à l'étranger»

Répondant aux critiques de l'UMP sur la rétroactivité des mariages contractés à l'étranger entre personnes de même sexe avant l'entrée en vigueur de la loi, la garde des Sceaux, Christiane Taubira, très présente en séance, s'est exclamée: «Les flux migratoires que vous dénoncez ne sont que des fantômes». La ministre a une fois encore été encensée par les députés de gauche. «Nous vous aimons», lui a même lancé Jérôme Guedj, à trois heures du matin.
De son côté, le député UDI Jean-Christophe Fromantin a fait connaître en séance les premiers effets de la circulaire Taubira concernant les enfants de mères porteuses, dont le père est français. Cette circulaire figure déjà sur un site ukrainien, avec cette annonce: «Réduction du printemps, succès garanti, 9900 euros au lieu de 12.000 euros». «Cela prouve bien que cette circulaire constitue une véritable incitation à la GPA pratiquée à l'étranger», a lancé le député-maire de Neuilly. En concluant les débats, la garde des Sceaux a salué «l'évolution de la population» en faveur de ce texte. 

source : lefigaro.fr



"Mariage pour tous" : Taubira met de la poésie dans son discours


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire