LE CHAT DE LA STREET T.V.

lundi 4 mars 2013

APARTHEID : " Israéliens, ces murs sont votre prison "



Il était évident que certains étudiants israéliens n'aimait pas mes déclarations. Ils ont interrompu mon discours à l'Union mondiale des étudiants juifs (WUJS) conférence à Jérusalem Décembre dernier, en chantant un hymne national hébreu. Ils ne l'aiment pas quand j'ai dit que le service militaire obligatoire est une forme d'esclavage. Un jeune étudiant israélien a défendu le système de service militaire israélienne, insistant pour que Israël a besoin de son service militaire en raison de tous les Arabes (y compris les Egyptiens) sont antisémites et veulent abolir Israël. Je lui ai demandé s'il avait déjà visité l'Egypte. Il a dit: «Non, mais beaucoup de gens le disent." Je lui ai conseillé de ne pas croire moi ou n'importe qui, et d'aller voir la réalité en lui-même!Dans le nord d'Israël j'ai fait face à l'expérience inverse. J'ai été accueilli par un gentil Juif athée. Il m'a emmené à la frontière libanaise, où l'on voyait le peuple libanais, qui traversent par seulement quelques mètres de nous. Mon hôte gardé les saluant "bonjour" alors que le Liban semblait ne pas savoir comment réagir. J'étais un peu nerveux en essayant de garder un profil bas, alors j'ai demandé à mon hôte pour l'arrêter. "Quelle tristesse que nous vivons à quelques mètres les uns des autres,» at-il soupiré "et nous n'avons même pas parler!"Quelques jours plus tard, un universitaire israélien m'a accompagné à Ramallah, en secret à cause de la loi israélienne qui criminalise la visite plupart des villes palestiniennes, y compris Ramallah. La loi israélienne criminalise également visiter ce qu'on appelle «États ennemis», qui comprennent l'Iran, la Syrie, l'Irak et le Liban. Quand nous sommes passés de l'autre côté du mur, il a commencé à parler de l'impact social de la barrière. "Les Palestiniens et les Israéliens ne sont pas et ne peuvent pas interagir plus. Le processus de réconciliation a été arrêté. Mes enfants ne peuvent pas répondre à leurs amis palestiniens aussi facilement que par le passé », a t-il dit. Il n'est pas étonnant que la société israélienne s'est déplacée vers la droite, car ces murs ont été construits!Il est triste de constater que, après la révolution égyptienne, les Egyptiens et les Israéliens ont perdu le contact humain qu'ils avaient dans le passé. Il y avait environ un demi-million d'Israéliens visitant le Sinaï chaque année, et quelques autres qui visitent d'autres parties de l'Egypte. De nos jours, l'ambassade d'Egypte à Tel-Aviv semble être de mettre des obstacles en donnant des visas, alors que les Israéliens eux-mêmes ont peur de devenir visite en Egypte, même Sinaï pour lesquels ils n'ont pas besoin de visa pour visiter.Pour les Égyptiens choses n'ont pas changé tant que ça, car il a toujours été très difficile pour tout Égyptien pour obtenir un visa pour Israël, sauf s'il a été affilié à la dictature. Maintenant, après son ambassade a été incendiée, Israël a fermé sa section consulaire au Caire, en améliorant le processus de demande de visa de «très difficile» à «presque impossible». Depuis ma sortie de prison l'an dernier après avoir purgé une peine pour mes activités de blogging, je 'ai fait du lobbying auprès de tous côtés de rouvrir l'ambassade d'Israël au Caire, mais, malheureusement, tant du côté israélien et les gouvernements égyptiens semblent se désintéresser de le faire.Avant que je quitte Israël, Netanyahou a célébré l'achèvement du mur de séparation entre Israël et l'Egypte. Maintenant, il y a des murs qui séparent Israël de l'Egypte, de la Palestine et le Liban. Sa joie a incité à annoncer qu'il va commencer la construction d'un mur sur le dernier non-fortifiée frontière (avec la Syrie).À la fin de Janvier, mon mouvement, Non pour le service militaire obligatoire, avait un atelier à Berlin. Nous avons eu un invité Israël à partir du profil de mouvement de la paix israélien Nouveau participer avec nous. À la fin de l'atelier, il a dit que son rêve est de marcher à pied de la ville de son père, Téhéran, ville de sa mère, Tunis. Évidemment, beaucoup de murs doivent être détruits dans le Moyen-Orient pour faire de ce rêve possible.Je comprends que la plupart des Israéliens ont des expériences très traumatisantes de la deuxième Intifada. C'est triste de voir à quelle profondeur les traces laissées par ces kamikazes sont. Mais les Israéliens doivent surmonter. Parce que, tout simplement, plus d'Israéliens perdent la vie dans des accidents de la circulation qu'à la suite du conflit. En fait, les victimes israéliennes de la violence domestique dans le dernier numéro 39 années de plus que les Israéliens blessés par le conflit dans la même période. Je n'essaie pas de minimiser le conflit, je suis en train de le mettre à sa taille réelle.Si nous voulons que les Palestiniens et les Egyptiens à ne pas croire que les Israéliens sont «vampires suceurs de sang», et si nous voulons Israéliens de ne pas croire que «tous les Arabes sont des terroristes», les deux parties doivent au moins se rencontrent de manière régulière tous les jours. Les rencontres entre les citoyens des deux parties doivent cesser d'être un défi relevé seulement par des fous ou courageux. La seule façon de combattre les théories du complot est pour les gens à se connaître sur le plan personnel, et les gouvernements ont la responsabilité de créer un environnement dans lequel de telles rencontres sont possibles.Allemands de l'Est ne sont pas libérés jusqu'à ce qu'ils cessent de voir le mur de Berlin comme la sécurité et a commencé à le voir comme captivité, et en était de même des Russes avec le rideau de fer. Les Israéliens ont de voir que leur gouvernement a transformé Israël en une grande prison, entourée de murs de toutes parts. Les Israéliens ont à briser les murs. Je ne peux pas leur promettre qu'ils vont trouver des gens que de bonne volonté de l'autre côté. Ils trouveront seulement les êtres humains, tout comme eux.

Par Maikel Nabil est un activiste égyptien "Il est devenu le premier objecteur de conscience au service militaire en Egypte en 2010, puis le premier prisonnier conscient de boycotter les tribunaux militaires en Août 2011. Il a passé 10 mois dans les prisons égyptiennes an dernier (dont 130 jours de grève de la faim) pour défendre les droits de l'homme, et est nominé pour le Prix de la Paix Noble prochaine.







source : timesofisrael.com 

traduction google.com





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire