LE CHAT DE LA STREET T.V.

dimanche 17 mars 2013

BEZONS : Le congrès juif européen et Israël contre la décision de faire citoyen d'honneur un résistant palestinien


Dominique LESPARRE et Raymond AYIVI en présence de l’épouse de Majdi (en fond d’image), Fathiya IRHIMA – BARGHOUTI, leurs enfants, ainsi que le maire actuel de WEST BANI ZEID, Adel BARGHOUTHI
 
" L’acte de ce soir visant à faire de Majdi IHRIMA AL-RIMAWI citoyen d’honneur de notre ville est un acte politique fort qui fait suite à des prises de positions sans équivoque de ma part et de celle de la municipalité en ce qui concerne la colonisation du peuple palestinien." Maire de Bezon  


La commune de Bezons, dans le Val-d'Oise, se retrouve dans le viseur d'Israël après avoir fait "citoyen d'honneur" un Palestinien considéré comme un meurtrier par l'Etat hébreu. Le Congrès juif européen (CJE) a critiqué lundi la décision de la mairie communiste de Bezons de faire "citoyen d'honneur" un prisonnier palestinien accusé par Israël d'être impliqué dans l'assassinat d'un ministre israélien, tué en octobre 2001 à Jérusalem.
Majdi Ihrima Al-Rimawi, militant palestinien condamné à 80 ans de prison pour sa participation à l'assassinat du ministre du Tourisme Rechavam Zeevi, a été fait citoyen d'honneur de la ville de Bezons, près de Paris, lors d'un conseil municipal extraordinaire le 13 février. Une plaque avec son nom a été installée pour l'occasion à l'entrée de la mairie.
La commune, jumelée avec West-Bani-Zaïd, en Palestine, a expliqué son choix par un souci de "solidarité" avec les habitants de la ville, dont l’ancienne maire, Fathiya Irhima-Barghouti, est l'épouse de M. Ihrima Al-Rimawi. "Il s'agit d'une décision scandaleuse et terrifiante", a dénoncé dans un communiqué le président du CJE, Moshe Kantor, qui critique le fait que M. Al-Rimawi soit présenté par la mairie de Bezons comme une "victime de l'occupation".

source : europe1.fr


COMMUNIQUE DE PRESSE DE DOMINIQUE LESPARRE

La ville de Bezons, forte d’une tradition de paix, de solidarité et de coopération avec le peuple palestinien, participe au mouvement mondial pour la reconnaissance de l’Etat palestinien.

C’est dans ce cadre qu’elledéveloppe depuis plusieurs années des échanges et tisse des liens d’amitié avec la ville de WEST BANI ZEID, ses habitants, leurs élus.

La décision unanime du Conseil municipal de Bezons, réuni le 13 février dernier, de déclarer Majdi IHRIMA AL-RIMAWI, résistant à l’occupation de son pays, citoyen d’honneur de la ville s’inscrit dans cette démarche.

Qu’aujourd’hui, cet acte de solidarité suscite des réactions hostiles parmi certains partisans de l’occupation des territoires palestiniens n’est pas pour nous étonner.

Dans ma déclaration lors de ce Conseil municipal, j’ai rappelé l’importance des nombreuses décisions de l’ONU, à ce jour jamais appliquées, condamnant l’occupation de la Palestine et mettant en demeure l’Etat israélien d’y mettre un terme.

J’ai rappelé également que nous devions tout entreprendre afin de prendre le chemin d’un retour à la paix au Proche Orient, qui passe par la création de deux Etats. Notre commune, dans cet acte inédit, a souhaité prendre toute sa part à l’élan de solidarité qui, sur la planète, mobilise des millions de citoyens.

Malheureusement, toute critique de la politique des dirigeants israéliens et / ou toute allusion aux souffrances infligées au peuple palestinien sont systématiquement dénoncées comme des actes antisémites par des extrémistes israéliens. Ces derniers allant même jusqu’à entacher la mémoire et l’engagement du regretté Stéphane Hessel.

Je n’oublie pas qu’à ce jour plus de 4. 500 Palestiniens parmi lesquels des femmes, des enfants, des personnes âgées croupissent, la plupart sans jugement, dans les geôles israéliennes, parce que, comme Majdi IHRIMA AL-RIMAWI, ils résistent à l’occupation et à la colonisation de leur pays.

Cette haine affichée contre la décision de notre Conseil municipal nous renforce dans notre détermination à défendre la noble et juste cause palestinienne.


Bezons, le 11 mars 2013


REMARQUE : Nous ne comprenons pas le deux poids deux mesures des autorités sioniste. Nous repensons a l'hommage rendu par Monsieur Hollande a Yitzhak Shamir : 

" Yitzhak Shamir grandit à Ruzinoy, avant d'étudier à Białystok et Varsovie puis d'émigrer en Palestine en 1935. Son patronyme était alors Jaziernicki, mais il le changea plus tard en Shamir.
Il rejoint l'Irgun Zvai Leumi, une organisation armée sioniste de droite, qui commettra de nombreux attentats contre les civils arabes palestiniens entre 1936 et 1939, période de la Grande Révolte arabe en Palestine. Les attentats feront environ 250 morts. "
 source: wikipedia.org
Hommage qui n'a pas dérange les membres du parlement juif européen. Donc a défaut d'être juste dans vos décisions soyez honnête dans le récit de l'Histoire. Oui en Palestine une guerre est mené contre le peuple par des étrangers. Oui le droit international autorise aux peuples attaqués, agressés, assassinés, violés de se défendre que le veuille ou non les agents sionistes du parlement juif européen.
H.H. S.tv










Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire