LE CHAT DE LA STREET T.V.

samedi 16 mars 2013

ITALIE : Le cardinal sud-africain Wilfrid Napier a affirmé que les pédophiles devaient être traités comme des "malades" et non comme des criminels

Le cardinal sud-africain Wilfrid Napier a affirmé que les pédophiles devaient être traités comme des "malades" et non comme des criminels, dans une interview à la BBC diffusée samedi.


"D'expérience, la pédophilie est vraiment une maladie, ce n'est pas un problème criminel, c'est une maladie", a dit l'archevêque de Durban, l'un des participants au conclave qui a élu mercredi soir le pape François.

"C'est une maladie psychologique. Que faites vous avec les maladies ? Vous devez essayer de les guérir. Si moi, en tant qu'individu normal, je choisis sciemment de violer la loi, je dois être puni", a poursuivi le responsable religieux âgé de 72 ans, connu pour ses positions conservatrices.


Au début des années 2000, il avait été critiqué pour sa passivité face à un scandale de prêtres pédophiles, en refusant d'expulser les coupables de l'Eglise sud-africaine.
Le cardinal a indiqué qu'il connaissait deux prêtres qui avaient été victimes d'abus sexuels dans leur enfance et qui étaient ensuite eux-mêmes devenus pédophiles.

"Ne me dites pas que ces personnes sont pénalement responsables au même titre que quelqu'un qui choisit de faire cela", a-t-il dit sur la BBC. "Je ne pense pas qu'on puisse estimer qu'une personne mérite d'être punie quand elle a elle-même été blessée".


Barbara Dorries, agressée par un prêtre pédophile dans son enfance et membre d'un groupe de victimes basé aux Etats-Unis, a réagi à ces propos sur la BBC : "Que ce soit une maladie, peut-être, mais c'est aussi un crime et les crimes doivent être punis, les criminels doivent répondre de leurs actes passés et présents", a-t-elle dit.  "Les évêques et les cardinaux se sont donné du mal pour couvrir ces crimes et permettre aux prédateurs de continuer à agir, de ne pas être arrêtés, de garder ces choses secrètes au sein de l'Eglise", a-t-elle dénoncé.

 








Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire